E puer Deeg virum EU-Sommet en Donneschdeg an e Freideg, ass schonn dëse Méindeg de Conseil vun den EU-Ausseminister.

Op der Agenda sti Berodungen iwwert d'Kris a Venezuela an d'Friddensbeméiungen am Jemen-Konflikt. Bei de Gespréicher dobäi ass och de Lëtzebuerger Ausseminister Jean Asselborn. Donieft geet et virum EU-China-Sommet Enn Abrëll, ëm déi zukünfteg Relatioune mat Peking. Et wär nämlech eent vun den Ziler e Méindeg, fir d'Situatioun mat China ze "entkrampfen" an dat wär net einfach. Dat sot de Lëtzebuerger Ausseminister Jean Asselborn de Méindeg de Moie virun de Journalisten zu Bréissel.

AUDIO: De Lëtzebuerger Ausseminister Jean Asselborn

De Multi-Laterlismus géing net zur chinesescher Kultur gehéieren. Dat wär d'Kultur vum internationale Recht. Wann een iwwer Aussepolitik schwätzt, misst een dann awer och iwwer d'Uiguren an d'Mënscherechter diskutéieren. Dat soll awer an engem positive Sënn bleiwen, sou de Jean Asselborn.

Wat déi wirtschaftlech Relatioune mat China ugeet, wär den Ausseminister der Iwwerzeegung, dass se missten op Géigesäitegkeet berouen. Wann Ouverturen an der EU entstinn, da missten der och op chinesescher Säit entstoen. Dat kéint awer natierlech just fonctionnéieren, wann ee sech bewosst ass, dass China net mat der EU zesummeschafft aus philanthropesche Grënn, mee well eben haart wirtschaftlech Interessien op béide Säiten ze verdeedege wären, sou nach de Jean Asselborn.

Fir den Optakt vum Conseil , gëtt un de fënneft Joresdag vun der illegaler Annexioun vun der ukrainescher Hallefinsel Krim duerch Russland erënnert. D'EU mécht an dem Kontext hir Positioun nach eemol däitlech, deemno een des Annexioun net unerkennt. Um Bord vun der Renconter dierft och iwwert de Brexit diskutéiert ginn.

De russesche President Putin gëtt iwwerdeems um Méindeg op der Hallefinsel am Schwaarze Mier empfaangen a participéiert un de Feierlechkeeten fir eng Insertioun vun der Krim a russesche Staatsterritoire. De President mécht eng Visitt vun der Hafestad Sewastopol an ass bei der Ouverture vun engem neien Elektrizitéitswierk dobäi. Russland hat d'Krim den 18. Mäerz 2014 no engem ëmstriddene Referendum besat. D'Regierung zu Kiew an de Weste bezeechnen dës Annexioun als illegal consideréieren d'Krim weider als Deel vun der Ukrain. D'EU an d'USA haten doropshin Sanktioune géint Moskau verhaangen.

Offiziellt Schreiwes

Jean Asselborn au Conseil «Affaires étrangères» de l'Union européenne (18.03.2019)
Communiqué par: ministère des Affaires étrangères et européennes

Le ministre des Affaires étrangères et européennes du Luxembourg, Jean Asselborn, a participé au Conseil «Affaires étrangères» de l'Union européenne, le 18 mars 2019 à Bruxelles.

Le Conseil a commencé par une séance publique commémorant le cinquième anniversaire de l'annexion illégale de la Crimée par la Russie en mars 2014. La position européenne de non-reconnaissance de l'annexion de la Crimée et de Sébastopol a été rappelée à cette occasion.

Les ministres ont eu ensuite un débat sur les questions d'actualité, ce qui a permis de passer en revue les dossiers les plus pressants à l'ordre du jour international, notamment le suivi de la situation en Crimée et de l'incident de novembre dernier près du détroit de Kertch, ainsi que les derniers développements en République centrafricaine, en Syrie, au Venezuela et en Algérie.

Suite à l'annonce des États-Unis relative aux restrictions de visa pour le personnel de la Cour pénale internationale, le ministre des Affaires étrangères néerlandais Stef Blok a réitéré, au nom des ministres Benelux, son soutien indéfectible à la Cour pénale internationale et à son action indispensable pour mettre fin à l'impunité et rendre justice aux victimes des crimes les plus graves ayant une portée internationale.

Les ministres se sont par ailleurs penchés sur la République de Moldova et sur le processus politique en cours dans ce pays en vue de la formation d'un nouveau gouvernement, suite aux élections parlementaires de février dernier. Les ministres se sont notamment félicités de l'analyse de la mission d'observation de l'OSCE, selon laquelle les élections législatives du 24 février en Moldavie se sont déroulées de manière compétitive tout en appelant à la mise en œuvre des recommandations faites avant les élections par la Commission de Venise.

Le déjeuner de travail des ministres, en présence de leur collègue de la République populaire de Chine, le conseiller d'État et ministre des Affaires étrangères Wang Yi, a été l'occasion de faire le point sur les relations entre la Chine et l'Union européenne. Ainsi, les ministres ont abordé tant les défis et opportunités que présentent les relations bilatérales avec la Chine. Ils se sont notamment focalisés sur la coopération en termes de politique étrangère, mais également sur les défis liés à l'économie, aux nouvelles technologies et aux investissements.

Rappelant l'importance du respect des droits de l'homme, le ministre Asselborn a souligné que «le défi pour nous européens consiste à défendre et à promouvoir les valeurs universelles fondamentales, tout en continuant de travailler de manière constructive avec la Chine là où cela est possible et nécessaire».

Après le déjeuner, les ministres ont évoqué le Yémen, afin d'explorer des pistes concrètes de soutien de l'UE à la mise en œuvre de l'accord de Stockholm de décembre dernier, visant notamment à résoudre la situation alarmante autour du port de Hodeïda.