Déi europäesch Aussen- a Migratiounsministeren hu sech e Méindeg getraff, fir iwwer en Accord an der europäescher Migratiounspolitik ze diskutéieren.

Am Fokus stoung de Sträit ëm d'Rettung vu Migranten, déi am Mëttelmier landen. Bei dëser informeller Aarbechtsreunioun war och de Lëtzebuerger Ausseminister Jean Asselborn dobäi.

Et war net de groussen Duerchbroch, ma et kënnt ee sech méi no. Dat waren d'Reaktiounen nom Treffen zu Paräis. Hanner zouenen Diere gouf e Méindeg ouni de populisteschen-italieneschen Inneminister Matteo Salvini diskutéiert.

AUDIO: Europäesch Migratiounspolitik/Reportage Tim Morizet

Dësen hat e Sonndeg schonn iwwer Twitter säi Clinch mat der franséischer an däitscher Immigratiounspolitik matgedeelt. Et géif net goen, datt dës wichteg Decisiounen nëmmen zu Paräis a Berlin getraff ginn. An datt d'Fuerderunge vun de betraffe Länner ewéi Italien a Malta géifen ignoréiert ginn.

Italien verbitt Booter mat Flüchtlingen u Bord zanter Wochen d'Undocken an italieneschen Häfen, soulaang net gekläert ass, wou d'Refugiéen duerno hikommen.

No Aussoe vum franséische President Emmanuel Macron hätte sech e Méindeg zu Paräis 14 EU-Länner fir de Prinzip ausgeschwat, Migranten, déi am Mëttelmier a Séinout gerode sinn, ze retten an ënnerteneen opzedeelen. Des Initiative goung vu Frankräich an Däitschland aus. Aacht Länner, hätten eng aktive Bedeelegung zougesot, sou de Macron. En definitiven Accord gouf et awer nach net. D'Verhandlunge sollen no Aussoe vum däitschen Inneminister Horst Seehofer nächst Woch weider goen. An der éischter Septemberwoch soll et dann eng Spezialreunioun op Malta ginn.
Den däitsche Minister huet sech optimistesch gewisen, dass dee Moment eng Eenegung fonnt gëtt. Am Idealfall kéinten sech eng Dose Staaten fräiwëlleg engagéieren, fir Flüchtlingen opzehuelen. Déi vun Däitschland a Frankräich initiéiert Reegelung soll verhënneren, dass Italien a Malta Schëffer mat Migranten u Bord den Accès an hir Häfen verbidden.

Et war eng Transitiounsreunioun, vläicht fir méi Konkretes dann erauszekréien am September zu Malta. Mä et huet ee gespuert, datt dat, wat zu Helsinki diskutéiert gi war, elo och nach ëmmer aktuell ass.", esou de Jean Asselborn e Méindeg. Ma iwwert esou eng Koalitioun gouf schonn 2016 eng Kéier diskutéiert. Bis ewell ouni Resultat, am September kéint et also esou wäit sinn.

D'Rettung vun de Flüchtlinge wier net d'Aarbecht vun den ONGen, ma och vun de Memberstaaten huet et weider de Méindeg de Mueren am Jean Asselborn senger Ried geheescht. Duerch en direkt Agräife géif och den illegale Mënschentransport eliminéiert.

Weider misst och un de Kollaboratioune geschafft ginn. D'Situatioun a Libyen wier net ze akzeptéieren an d'Leit dohin zeréckzeschécken, wier onmënschlech.

"Et ass net ze akzeptéieren, datt Leit, déi interceptéiert ginn, datt déi ënnert deene Konditiounen, déi mer kennen, zeréckgeschéckt ginn a Libyen. Do gi Leit als Sklave verkaaft. Se gi gefoltert. Et ass kee Kontroll do.", betount de Lëtzebuerger Ausseminister.

Vu Lëtzebuerger Säit war et ze héieren, datt et keng Flüchtlingskris géif ginn, ma eng Kris mat villen Doudegen am Mëttelmierraum. Eleng 2019 wieren hei schonn iwwer 300 Mënsche verstuerwen.

D'Zuel vun de Flüchtlingen, déi iwwert d'Mëttelmier an Europa landen, ass staark réckleefeg. Italienesche Sourcen no sinn dëst Joer nëmmen 3.200 Refugiéen ukomm. 2018 waren et der 23.000, 2017 bal 120.000. D'Angscht an Europa virun enger neier Flüchtlingswell klëmmt awer nees no den neien Ausernanersetzungen a Libyen.

Offiziellt Schreiwes

Jean Asselborn à la réunion informelle sur les migrations à Paris le lundi 22 juillet (22.07.2019)
Communiqué par: ministère des Affaires étrangères et européennes

Sur invitation du ministre français de l'Europe et des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian et du ministre de l'Intérieur, Christophe Castaner, le ministre des Affaires étrangères et européennes, Jean Asselborn, a participé à une réunion de travail informelle sur les migrations en Méditerranée centrale qui s'est tenue le lundi 22 juillet à Paris.

La rencontre des ministres en charge des affaires étrangères et des ministres en charge de la migration a eu vocation à faire le point sur les développements récents en matière de migration et de continuer les discussions entamées à la réunion informelle des ministres de la Justice et des Affaires intérieures (JAI) de l'UE à Helsinki la semaine dernière. Outre la gestion des débarquements en Méditerranée centrale, ont été discutés les retours, la situation en Libye, la coopération avec les pays d'origine et de transit ainsi que les engagements de réinstallation. La Commission européenne, le Service européen pour l'action extérieure, l'Union africaine, le haut-commissaire aux réfugiés et le directeur-général de l'Organisation internationale pour les migrations (OIM) se sont joints aux travaux.

Lors de son intervention le ministre Asselborn a rappelé qu'«il n'y a pas de crise de réfugiés mais une crise des décès en Méditerranée centrale avec plus de 300 décès en 2019».

Le chef de la diplomatie luxembourgeoise a par ailleurs souligné que «sauver n'incombe pas seulement aux ONGs, mais aussi les États membres doivent participer au sauvetage conformément à leurs responsabilités. Il s'agit d'une situation humanitaire urgente. Il est nécessaire que l'UE se penche sur un rétablissement opérationnel de la mission EU Sophia avec des navires qui complèteront les actions de sauvetage de la société civile et qui pourront s'attaquer aux modes opératoires des trafiquants.»

Rappelant l'importance de trouver un équilibre entre le facteur d'attrait et de sauvetage, le ministre Asselborn a souligné que «le prétexte du facteur d'attrait n'est pas admissible. On ne peut pas se cacher derrière le «pull effect» pour ne pas devoir sauver des vies.»

De plus le ministre Asselborn a estimé qu'un «système équitable implique une rotation parmi les ports du bassin méditerranéen et un mécanisme prévisible de distribution des personnes éligibles à la protection internationale parmi une masse critique d'États solidaires» en ajoutant que «pour ce faire, il faut des hotspots dans les ports, gérés avec les agences européennes, l'Agence des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) et l'Organisation internationale pour les migrations (OIM), où les personnes sont enregistrées et accueillies. Les personnes à protéger sont à relocaliser et les personnes non éligibles à la protection internationale sont à retourner avec dignité dans leurs pays d'origine.»

S'agissant de la Libye, le ministre a mentionné qu'en 2019, les garde-côtes libyens ont intercepté 4.000 personnes. «L'Union européenne a dépensé beaucoup d'argent pour former les garde-côtes et a donc aussi une responsabilité en ce qui concerne les actes de ces agents à l'égard des personnes interceptées. Il n'est plus admissible que des êtres humains soient renvoyés dans des camps de détention libyens qui ne sont pas contrôlés par les autorités onusiennes», a fait remarquer le ministre Asselborn. Aussi bien Filippo Grandi, le haut-commissaire des Nations unies pour les réfugiés que António Vitorino, directeur général de l'Organisation internationale pour les migrations ont confirmé des traitements inacceptables comme l'esclavage, l'extorsion et les traitements inhumains dans ces centres de détention.