D'Tierkei misst weider finanziell ënner d'Äerm gegraff kréien, fënnt den Ausseminister, fir datt Schoulen a Spideeler fir d'Migrante kënne gebaut ginn.

D'Migratioun stoung am Mëttelpunkt vum Conseil "Justice et Affaires Intérieures" déi lescht 2 Deeg zu Lëtzebuerg. D'Problematik wier absolut net geléist, seet de Jean Asselborn.

Et hätt ee sech net genuch Mëttele ginn an de leschte 4 Joer, bedauert de Lëtzebuerger Diplomatiechef. Notamment vun der Tierkei erfort géife vill Leit versichen, fir eriwwer a Griicheland ze kommen:

"Et gouf am September eng Spëtzt vun 12.000 Leit. Et ass kee Mount wou et manner wéi 1.000 Migrante sinn. Et ginn Deeg do kommen 12 Schëffer op griicheschen Inselen un. Wann déi Zuelen unhalen, kann ee sech virstelle, wat fir Zuelen datt dat ginn."

De Jean Asselborn iwwert d'Migratioun


D'Tierkei misst weider finanziell ënner d'Äerm gegraff kréien, fënnt den Ausseminister, fir datt Schoulen a Spideeler fir d'Migrante kënne gebaut ginn.

Och a Spuenien an allgemeng am Mëttelmier bleift d'Migratiounsproblematik aktuell. Nom Depart vum Inneminister Salvini maachen d'Italiener hir Häfen zwar nees op a vun do aus kann och eng Repartitioun organiséiert ginn. Ma et wiere leider ëmmer déi 7 selwecht Länner, déi sech bereet géingen erklären, fir Leit opzehuelen:

"Et gëtt Länner déi op de Mound kucken amplaz z'iwwerleeën. An enger Gemeinschaft déi Europa heescht, halen d'Responsabilitéit an d'Solidaritéit alles zesummen."

De Jean Asselborn iwwert d'Ophuele vu Migranten


Déi gutt Noriicht wier awer déi, datt d'Schwäiz elo géing matmaachen, esou nach de Jean Asselborn.

Jean Asselborn au Conseil « Justice et affaires intérieures » (08.10.2019)

Communiqué par: ministère des Affaires étrangères et européennes

Le ministre des Affaires étrangères et européennes, ministre de l'Immigration et de l'Asile, Jean Asselborn, a participé au Conseil « Justice et affaires intérieures » qui s'est tenu à Luxembourg le 8 octobre 2019.

En matière de politique migratoire, les ministres ont discuté des défis à venir en matière d'immigration et d'asile. Lors du déjeuner, auquel a participé le ministre Asselborn, les ministres ont débattu de la situation à Chypre et en Grèce avec la reprise du flux sur la route migratoire orientale, des arrangements de débarquement pour la Méditerranée centrale et de la réforme du régime d'asile européen commun.

Lors de son intervention, le ministre Asselborn a déploré que « les derniers mois, la solidarité s'est limitée à une poignée d'Etats membres ». Plaidant pour un mécanisme flexible qui permette à un maximum d'Etats membres et de pays associés de se joindre à cet effort de solidarité, le chef de la diplomatie luxembourgeoise a exprimé son souhait de « regrouper un nombre significatif d'Etats membres solidaires ». Dans ce contexte, le ministre Asselborn a cependant regretté que « si dans l'Union européenne, on refuse la solidarité entre Etats membres, on se met en dehors de l'esprit de la construction européenne ».

En ce qui concerne la réforme du régime d'asile européen commun, le ministre a exprimé son souhait que les Etats membres n'aillent pas enterrer tous les acquis des négociations avec le Parlement européen.