60 Prozent vun den Europäer fannen, dass si perséinlech vum internationalen Handel profitéieren.

Dat weisen d'Resultater vum neiste Spezial-Eurobarometer. D'Enquête vun der EU-Kommissioun huet och erginn, dass 71 Prozent vun de Befroten der Meenung sinn, dass d'EU d'kommerziell Interesse vun hirem Land besser verdeedegt ewéi d'Land dat selwer kéint.

An all Memberland vun der EU goufen déi selwecht Froe gestallt. Zu Lëtzebuerg goufen tëscht dem 10. an dem 21. Mee 514 Interviewe gemaach.

76 Prozent vun de Lëtzebuerger hunn uginn, e Virdeel an der internationaler Handelspolitik ze gesinn. Dësen Eurobarometer war och Thema zu Bréissel um Conseil fir den Commerce vun der Europäescher Unioun. De Lëtzebuerger Chefdiplomat Jean Asselborn zitt folgend Konklusiounen aus der Enquête.

''Dat weist, dass mir um gudde Wee sinn mat der europäescher Handelspolitik an natierlech och mat deem, wat mir an den eenzele Länner gemaach hunn, wann ech dat däerf soen och zu Lëtzebuerg. An zwar dass esou ee gewëssene climat de confiance do ass. 54 Prozent vun de Leit an Europa mengen, dass d'Handelspolitik gutt wär fir Aarbechtsplazen ze schafen. 6 vun 10 Europäer hunn och Vertrauen, dass si eben a Saachen Effizienz vun der internationaler Handelspolitik vun der Kommissioun gutt vertruede sinn. Zu Lëtzebuerg sinn et 81 Prozent déi soen, dass d'EU méi effikass ass, ewéi wa mir elo déi grouss international Froen am Handel missten um nationale Plang reegelen.''

Déi international Handelsverträg wären iwwerdeems e gutt Instrument fir d'Normen an de Beräicher Ëmwelt, Soziales an Mënscherechter an d'Luucht ze schrauwen, esou nach de Jean Asselborn.

Hei dat offiziellt Schreiwes:

Le ministre des Affaires étrangères et européennes du Luxembourg, Jean Asselborn, a participé au Conseil des affaires étrangères dans sa configuration commerce, le jeudi 21 novembre 2019 à Bruxelles.

Le Conseil s'est penché sur la question de la réforme de l'Organisation mondiale du commerce (OMC), notamment dans le contexte du blocage imminent de son organe d'appel. Les ministres ont également préparé la prochaine conférence ministérielle de l'OMC, qui se tiendra à Nour-Soultan, au Kazakhstan, en juin 2020.
Les ministres ont par ailleurs discuté de l'évolution récente des relations commerciales entre l'UE et les États-Unis. Dans ce contexte, le ministre Asselborn a fait remarquer que: «nous avons non seulement des intérêts et des objectifs communs mais il est aussi impératif que nous puissions trouver un moyen pour discuter avec eux des sujets tels que la question du budget ou de l'organe d'appel».

S'agissant des mesures américaines contre l'acier européen, le chef de la diplomatie luxembourgeoise a rappelé qu'«il est primordial que les mesures de sauvegarde que nous avons adoptées soient calibrées de manière à être pleinement efficaces». Regrettant que la situation de l'acier européen reste critique et les mauvaises nouvelles, notamment en matière de pertes d'emploi, s'accumulent, le ministre Asselborn a invité la Commission à exercer un monitoring continu de la situation et à ne pas hésiter à prendre des mesures correctives, si cela s'avère nécessaire. «Les mesures de sauvegarde ont été et restent la plus grande expression concrète de l'unité et de la solidarité que nous saluons tous aujourd'hui» a mis en exergue Jean Asselborn dans ce contexte.

Les ministres ont également tenu un débat d'orientation sur la mise en œuvre des accords de libre-échange (ALE). Saluant le fait que les efforts de l'UE visant à mettre le développement durable au premier plan portent leurs fruits, le ministre Asselborn a rappelé qu'«il faudra mettre en place de nouveaux instruments afin que nos petites et moyennes entreprises puissent profiter davantage des opportunités créées par les accords commerciaux».

Les ministres ont également eu un échange de vues sur les résultats de l'enquête Eurobaromètre de 2019 sur le commerce international. Jean Asselborn s'est félicité du fait que 60% des citoyens européens estiment qu'ils profitent du commerce international et qu'en même temps le même pourcentage des luxembourgeois interrogés souhaite que les normes environnementales et sanitaires de l'UE soient respectées à travers les accords commerciaux. Le ministre Asselborn a estimé qu'«il ne faut cependant pas se reposer sur ses lauriers mais continuer à rendre la politique commerciale plus transparente et davantage axée sur le respect des valeurs, en poursuivant notamment le dialogue avec les organisations de la société civile et de représentants des pouvoirs publics».

Les ministres ont ensuite eu un premier échange de vues sur la possibilité d'une harmonisation au niveau européen des initiatives des États membres en matière de conduite responsable des entreprises. Le ministre Asselborn s'est exprimé en faveur d'une initiative européenne pour renforcer la responsabilité sociale et environnementale des entreprises transnationales et pour garantir le respect des droits humains tout au long de leur chaîne de valeur. La Commission européenne a été invitée à proposer un plan d'action de l'UE relatif à la conduite responsable des entreprises.

Au cours du déjeuner, les ministres ont tenu un débat informel sur les relations commerciales avec la Chine ainsi que sur l'état d'avancement des autres négociations commerciales bilatérales.