E Méindeg koumen d'EU-Ausseminister zu Lëtzebuerg zesummen, fir ënnert anerem iwwert de Konflikt Armenien/Aserbaidschan oder den Nawalny ze schwätzen.

Lëtzebuerg war duerch de Jean Asselborn vertrueden. Wéinst der unhalender Gewalt géint d'Demonstranten a Belarus goufen e Méindeg Sanktioune géint de Staatschef Alexander Lukaschenko an d'Weeër geleet. Wéi AFP aus EU-Kreesser gewuer gouf, hu sech d'Ministeren um Kierchbierg grondsätzlech op eng Ausdeenung vun de Sanktioune gëeenegt wéinst der ëmstriddener Presidentschaftswal den 9. August 2020. Concernéiert sinn nieft dem Lukaschenko ënnert anerem och Familljememberen a verschidde Riichter. Am ganze sinn eng 40 Persounen dovu betraff. Déi konkret Ëmsetzung muss awer nach vun den zoustännegen EU-Gremien entscheet ginn.

Edgars Rinkēvičs, ministre des Affaires étrangères de la Lettonie; Jean Asselborn, ministre des Affaires étrangères et européennes ; Luigi di Maio, ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale de l'Italie / © MAEE

Zanter der Presidentschaftswal ass et a Belarus ëmmer nees zu Masseprotester komm. D'Oppositioun reprochéiert dem Staatschef Walbedruch, deen zanter 26 Joer un der Muecht ass. Bannent de leschte Wochen hätt sech d'Lag am Land net verbessert. Um Ufank vum Conseil sot den däitschen Ausseminister Heiko Maas, dass d'Gewalt géing weidergoen, déi vum Lukaschenko-Regime ausgeet. Dowéinst hätt hie proposéiert, nei Sanktiounen ze lancéieren, déi och de Lukaschenko géinge betreffen.

Éischt Sanktioune goufe schonn am August decidéiert, Zypern hat awer wärend Woche verhënnert, dass dës a Kraaft trieden. Dat, well Zypern gläichzäiteg Sanktioune géint d'Tierkei gefuerdert hat wéinst dem Gas-Konflikt am Mëttelmier.

Fall Nawalny

Um Conseil gouf sech dann och drop gëeenegt, dass no der Gëftattack op de Kreml-Kritiker Alexej Nawalny nei Sanktioune géint Russland sollen op der Wee bruecht ginn. D'Ausseministeren hunn decidéiert, dass elo déi noutwenneg Virbereedunge geholl ginn, esou d'DPA.

Hei den offizielle Communiqué vum Ausseministère

Jean Asselborn a participé au Conseil « Affaires étrangères » de l’Union européenne (12.10.2020)

Communiqué par: ministère des Affaires étrangères et européennes

Le ministre des Affaires étrangères et européennes, Jean Asselborn a participé au Conseil « Affaires étrangères » de l’Union européenne, qui s’est tenu le 12 octobre 2020 à Luxembourg.

Le Conseil « Affaires étrangères » a commencé sa session par les questions d’actualité, ce qui a permis aux ministres de se pencher sur le conflit autour du Haut-Karabakh entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan. Le ministre Asselborn s’est déclaré préoccupé par les affrontements récents, qui ont pris une ampleur inquiétante : « Un drame humanitaire frappe les civils, les femmes et les enfants dans la région. Il faut éviter à tout prix une internationalisation du conflit. Nous sommes très préoccupés par l’attitude de la Turquie. Il est inquiétant de lire des rapports faisant état du transfert de combattants étrangers de la Syrie vers l’Azerbaïdjan et de l’utilisation de bombes à sous-munitions ».

« Le Luxembourg exprime son appréciation pour les efforts déployés à tous les niveaux par les Co-Présidents du Groupe de Minsk, et se rallie aux déclarations appelant à un cessez-le-feu immédiat ainsi qu’à un retour à la table des négociations sans conditions préalables », a poursuivi Jean Asselborn.

La discussion sur les questions d’actualité a aussi permis d’évoquer les développements au Kirghizstan après les élections législatives du 4 octobre dans ce pays, la situation au Mozambique, le sommet UE-Ukraine qui s’est tenu le 6 octobre dernier à Bruxelles, ainsi que l’avancement des travaux sur le Plan d’action de l’UE sur les droits de l’Homme et la démocratie. La récente mission que le Service européen pour l’action extérieure a menée au Venezuela a également été abordée, de même que les tensions qui persistent en Méditerranée orientale.

Par la suite, le représentant spécial de l’Union européenne pour le dialogue entre Belgrade et Pristina, Miroslav Lajčák, a informé les ministres des développements récents en Serbie et au Kosovo dans le cadre du dialogue facilité par l’Union européenne entre les deux parties. Le chef de la diplomatie luxembourgeoise a souligné qu’un accord est possible si la Serbie et le Kosovo s’engagent de bonne foi en gardant à l’esprit la perspective européenne.

La situation au Belarus a aussi figuré à l’ordre du jour. Le Conseil a adopté des conclusions définissant une approche européenne commune. Dans ce contexte, le ministre Asselborn et ses homologues européens ont fait le point sur l’action de l’UE après l’adoption des sanctions au début de ce mois. « L’Union européenne a démontré qu’au-delà des déclarations, elle peut agir concrètement, en envoyant un signal fort de soutien à celles et ceux qui s’engagent avec courage pour le respect des libertés fondamentales et des droits humains au Belarus », a déclaré le ministre Asselborn. Le Luxembourg soutient l’approche graduelle en matière de sanctions. Compte tenu du fait que la répression violente des manifestations pacifiques se poursuit au Belarus, le chef de la diplomatie luxembourgeoise a salué l’accord politique qui a été trouvé lors du Conseil pour adopter des sanctions ciblées additionnelles de l’UE et y inclure également Aleksandr Loukachenko.

S’agissant des questions liées à la représentation diplomatique européenne au Belarus, le Luxembourg a exprimé sa solidarité avec la Pologne et la Lituanie, qui ont été obligées par les autorités biélorusses de retirer leurs ambassadeurs et de réduire leur présence diplomatique à Minsk.

La réunion du Conseil à Luxembourg a également été l’occasion pour les ministres des Affaires étrangères d’avoir un débat approfondi sur les relations entre l’UE et la Russie, dans le cadre de la mise en œuvre des cinq principes d’orientation retenus en 2016. Les questions liées à la situation des droits de l’homme et à l’empoisonnement d’Alexeï Navalny ont aussi été discutées dans ce contexte. Les ministres ont convenu de préparer des mesures restrictives ciblées dans le cadre du régime de sanctions de l’UE visant les personnes et entités participant au développement et à l’utilisation d’armes chimiques.

Enfin, lors du déjeuner de travail qui a conclu leur réunion, les ministres ont eu un débat stratégique sur les relations de l’Union européenne avec les pays de l’Amérique latine et des Caraïbes.

En marge de la réunion du Conseil « Affaires étrangères », le ministre Asselborn a eu une entrevue bilatérale avec le Prince Faisal bin Farhan Al Saud, ministre des Affaires étrangères de l’Arabie saoudite. Cette première entrevue entre le ministre Asselborn et le Prince Faisal bin Farhan Al Saud a permis de faire le point sur la lutte commune contre la pandémie de COVID-19 ainsi que sur les derniers développements au Moyen-Orient, y compris le processus de paix et la solution des deux Etats. En outre, le chef de la diplomatie luxembourgeoise a saisi l’occasion de l’entrevue pour soulever la question des droits de l’homme et rappeler l’opposition de l’Union européenne à la peine de mort.