Den 387-Milliarde-schwéiere PAC soll an Zukunft u méi gréng ginn, allerdéngs fuerdert d'Parlament hei méi streng Krittäre wéi déi 27 Memberstaaten.

D'EU-Parlament an d'Memberstaate sinn net op e gréngen Zweig komm an de Verhandlunge fir d'gemeinsam Agrarpolitik. No 3 Deeg intensive Verhandlunge war et e Freideg de Moien d'Annonce, et hätt ee keen Accord fonnt. Am Juni soll weider diskutéiert ginn.

Den 387-Milliarde-schwéiere PAC soll an Zukunft u méi gréng ginn, allerdéngs fuerdert d'Parlament hei méi streng Krittäre wéi déi 27 Memberstaaten. D'Deputéiert sinn der Meenung, datt op d'mannst 30 Prozent vun de Subside sollen un Ëmwelt-Krittäre gebonne ginn, d'Memberstaaten haten 20 Prozent proposéiert.

Hie wier ganz besuergt iwwert de Manktem u Konstruktivitéit vum EU-Rot, schreift de Lëtzebuerger EU-Deputéierte Christophe Hansen e Freideg de Moien op Twitter.

Vum Lëtzebuerger Landwirtschaftsminister Romain Schneider heescht et dann an engem Schreiwes, hie wier zouversiichtlech, datt ee beim nächsten Agrikultur-Conseil den 28. an 29. Juni hei zu Lëtzebuerg en Accord géing fannen an dann en definitiven Text am Hierscht presentéiere kéint. Et wier wichteg, sech Zäit ze huelen, fir e gudden Accord ze fannen, sou de Minister. Wat d'Ëmsetze vum PAC hei am Land ugeet, wier een amgaangen, e strategesche Plang auszeschaffen.

Déi gréng Europadeputéiert Tilly Metz schreift an engem Communiqué um Freideg de Moien, d'Ausgangspositiounen, esouwuel vum Parlament wéi vum Conseil wiere schonn ze schwaach gewiescht, fir d'Landwirtschaft am Sënn vum Green Deal ëmzegestalten. Dat wat dës Woch um Dësch louch, wier awer komplett inakzeptabel. D'Deputéiert kritiséiert d'Memberstaate schaarf. Amplaz mat den EU-Kommissären ze schwätzen, wier d'Agrar-Lobby invitéiert ginn - eng kloer Provokatioun vun de Minister, esou d'Tilly Metz.

Schreiwes vum Ministère de l'Agriculture, de la Viticulture et du Développement rural

Les négociations sur la nouvelle politique agricole commune ont dominé le Conseil «Agriculture et pêche» (28.05.2021)
Communiqué par: ministère de l'Agriculture, de la Viticulture et du Développement rural

Romain Schneider, ministre de l'Agriculture, de la Viticulture et du Développement rural, a participé au Conseil «Agriculture et pêche» des 26 et 27 mai 2021 à Bruxelles. Les négociations ardues se sont poursuivies tard dans la nuit, sans pour autant parvenir à un accord politique sur la réforme de la politique agricole commune (PAC) pour la période 2023-2027, qui était la pierre d'achoppement de ce Conseil important.

Les nouveaux éléments proposés pour la réforme sont des paiements directs et des interventions de développement rural plus ciblés et soumis à une planification stratégique; une nouvelle architecture verte reposant sur des conditions environnementales à respecter par les agriculteurs et des mesures volontaires supplémentaires dans le cadre des deux piliers; une approche fondée sur les performances, en vertu de laquelle les États membres seraient tenus de rendre compte de leurs réalisations chaque année.

Des divergences entre le Conseil et le Parlement européen ont subsisté au niveau des thèmes particuliers de l'architecture verte et des éco-régimes, du ciblage des paiements et de la conditionnalité sociale.

Tout au long des négociations, Romain Schneider a rappelé que le Luxembourg soutient dès le départ une nouvelle PAC réformée basée sur la subsidiarité, la flexibilité pour les États membres dans la conception de leurs plans stratégiques, ainsi que sur la simplification des procédures, les règles devant être adaptées en fonction des besoins de chaque État membre afin de maintenir au mieux le revenu des agriculteurs.

Romain Schneider est cependant confiant que les discussions ont mûri, et qu'un accord politique sur la nouvelle PAC pourra être trouvé lors du prochain Conseil «Agriculture et pêche» les 28 et 29 juin à Luxembourg, le but étant d'aboutir à un texte final en automne 2021: «Mieux vaut privilégier un compromis de qualité qu'un accord rapide insatisfaisant. Il faut prendre le temps nécessaire pour aboutir à un texte convenable, et après trois ans de discussions autour de la PAC, ce petit délai supplémentaire ne changera pas fondamentalement le calendrier!». Au niveau de la transposition nationale de la PAC, l'élaboration du Plan stratégique national est en cours.

RTL

(de g. à dr.) Angel Boixareu, directeur général - Agriculture, pêche, affaires sociales et santé (Conseil de l'Union européenne) ; Romain Schneider, ministre de l'Agriculture, de la Viticulture et du Développement rural / © Conseil de l'Union européenne