D'EU misst vun der sougenannter Flüchtlingskris 2015 léieren an an Zukunft méi no beim Problem schaffen.

Dat sot de Vizepresident vun der EU-Kommissioun Margaretis Schinas zu Bréissel am Kader vun enger Reunioun vun den Inneminister.

Thema war International Protektioun, Migratioun a Sécherheet am Zesummenhang mat der Situatioun am Afghanistan.

De Lëtzebuerger Aussen- an Immigratiounsminister Jean Asselborn, dee kompetent ass fir d'Froen déi um Ordre du Jour stoungen, hat sech dofir agesat, datt d'EU sech konkret géing engagéieren, Mënschen a Gefor opzehuelen.

"Dass wir Anstrengungen maachen müssen um Frauen, Kinder, Richter, Journalisten, Menschenrechtsverfechter, und viele andere Menschen, die in diesem Moment in Lebensgefahr sind, eine Perspektive zu setzen, dass die europäische Union nicht vorbeischaut."

Den däitschen Inneminister Horst Seehofer (CSU) huet dozou gemengt, Lëtzebuerg sollt méi Récksiicht op déi Länner huelen, déi am meeschte Flüchtlingen ophuelen.

"Der Herr Asselborn sollte ein bisschen stärker die Probleme betrachten, die die großen Ländern in der europäischen Union haben, wir reden hier nicht über ein paar Hundert Personen, sondern über viele Tausend, die jetzt schon in Deutschland sind, und wir müssen darauf achten, dass wir wissen wer ins Land kommt und dass diese Menschen auch kein Sicherheitsrisiko für die Bevölkerung in Deutschland bedeuten."

Den Horst Seehofer huet dofir plädéiert, datt d'Ënnerstëtzung vun Nopeschlänner vun Afghanistan soll doru gebonne sinn, ob si Flüchtlingen ophuelen.

Iwwerdeems sollen Efforte gemaach ginn, fir ze verhënneren, datt Leit irregulär an Europa kommen. Si géif bannent dem nächste Mount eng Propositioun maachen, fir besonnesch vulnerabel Persounen op sécher Aart a Weis an Europa ze bréngen, sot d’EU-Kommissärin fir bannescht Affären Ylva Johansson.

An engem Communiqué begréisst de Lëtzebuerger Chefdiplomat dës Annonce

Eng konkret Zuel, wéi vill Flüchtlingen iwwert sougenannte Resettelments an der EU sollen opgeholl ginn, gouf deemno net festgehalen.

Hei dat offiziellt Schreiwes:

Jean Asselborn a participé à la réunion extraordinaire du Conseil « Affaires intérieures » de l'Union européenne, le 31 août 2021 à Bruxelles

Communiqué par: ministère des Affaires étrangères et européennes Le ministre des Affaires étrangères et européennes, ministre de l'Immigration et de l'Asile, Jean Asselborn, a participé à une réunion extraordinaire du Conseil « Affaires intérieures » de l'Union européenne ce mardi 31 août à Bruxelles.
La réunion extraordinaire a été convoquée afin de permettre aux ministres d'avoir un échange de vues approfondi sur la situation actuelle en Afghanistan.

Pour éviter une crise migratoire, il est indispensable d'éviter une crise humanitaire, et ce alors que la situation humanitaire en Afghanistan est déjà préoccupante. Dans ce contexte, il sera nécessaire d'appuyer immédiatement les agences onusiennes et autres partenaires internationaux présents en Afghanistan pour acheminer une assistance directe au peuple afghan. L'Union européenne va également soutenir les pays voisins de la région qui accueillent déjà une large communauté afghane. Le plan d'action pour l'Afghanistan sera révisé pour tenir compte du changement de circonstances fondamental en Afghanistan.

Après des débats parfois tendus, les ministres en charge de la migration ont adopté une déclaration portant sur les aspects migratoires et sécuritaires liés à la détérioration de la situation en Afghanistan.
Dans son intervention, le ministre Asselborn a rappelé que l'Union européenne doit rester fidèle à ses valeurs en faisant preuve de solidarité avec le peuple afghan meurtri par les guerres et les persécutions. Notre action dans la région doit poursuivre un objectif primaire, à savoir que les Afghans en péril, et en particulier les plus vulnérables, puissent quitter l'Afghanistan pour sauver leurs vies. Notre dialogue doit apporter un appui pour que les pays voisins laissent ouvertes leurs frontières et puissent garantir un accueil digne des Afghans qui cherchent refuge, surtout au Pakistan.

« Les pays voisins auront besoin de notre assistance et pour que cela puisse fonctionner, notre principal levier est celui des agences onusiennes sur le terrain », a souligné le ministre Asselborn, avant de plaider en faveur d'une programmation financière à la hauteur de ces ambitions.

« Si le Canada, le Royaume-Uni ou les États-Unis prennent des engagements fermes, l'Europe ne peut pas rester divisée. Nous avons une obligation morale d'aider ceux qui tiennent à nos valeurs ; nous ne pouvons pas les abandonner », a poursuivi le ministre Asselborn.

Avec l'appui de plusieurs Etats membres, de la Commission européenne et du Service européen d'action extérieure, le chef de la diplomatie luxembourgeoise s'est investi et engagé pour parvenir à un effort collectif en faveur de la protection internationale. Le ministre a ainsi su convaincre la Commission européenne de convoquer au mois de septembre un forum sur la réinstallation pour mettre en œuvre les engagements de réinstallation pris à la réunion du G7 du 24 août 2021. La Commission prendra en charge le financement des efforts de réinstallation avec une enveloppe de 300 millions d'euros pour la période 2021-2022.

Cet engagement permettra de protéger des filles, femmes, anciens juges, défenseurs des droits de l'homme ou toute autre personne menacée en leur permettant de trouver refuge auprès de ceux dont ils partagent la vision d'un monde libre.