D'akut Verstéiss géint d'Mënscherechter am Iran loossen d'EU net kal.

Duerfir och de Méindeg de Moien d'Decisioun vun den EU-Ausseministeren op hirem Conseil zu Bréissel, datt weider 31 Persounen an iranesch Firmen a Strukture sanktionéiert ginn. Zu de viséierte Leit, deenen hiert Verméige blockéiert an d'Arees verbuede gëtt, gehéiere Persounen, déi zum "inner cercle" vun de Revolutiounsgarden zielen.

Hannergrond ass natierlech d'brutal Repressioune vun de Maniffen, déi et zanter dem Doud vun der jonker Mahsa Amini am Police-Arrest ginn - zanterhier sollen ewell eng 15.000 Demonstrante verhaft gi sinn.

De Lëtzebuerger Ausseminister bezeechent de Regime am Iran als Militär-Diktatur, déi keng aner Sprooch wéi déi vun de Sanktioune géif verstoen.

De Jean Asselborn (1)

Nieft de Sanktioune wéinst de Mënscherechtsviolatiounen am Iran huet d'EU och ewell esou Mesurë wéinst dem iranesche Support am russesche Krich géint d'Ukrain decidéiert.

Ungarn bremst bei Ukrain-Hëllef

Fir de Point vun der Situatioun am Ukrain-Krich ze maachen, war och den ukraineschen Ausseminister Dmytro Kuleba per Video bäigeschalt. No de militäresche Succèse vun de leschte Woche wier den Tëschebilan éischter positiv ausgefall, grad zu Cherson wier d'Freed nom Réckzuch vun der russescher Arméi grouss. De Kuleba hätt och ënnerstrach, datt d'Sanktioune géint Russland wierke géingen.

Dat ass dem Jean Asselborn no virun allem ee Message un Ungarn, dat aktuell d'Ausbezuele vun Hëllefe blockéiert.

"Mir hunn eng 18 Milliarden Euro, mat deene mer der Ukrain makrofinanziell hëllefe wëllen. Datt virun allem dat ukrainescht Vollek iwwer de Wanter kënnt. Et gëtt jo net nëmme futti geschloen, mee och déi ganz Infrastruktur vun der Energie gëtt futti geschloen. Fir iergendwéi waarm duerch de Wanter ze kommen, brauch d'Ukrain Suen an déi 18 Milliarden Euro ginn am Moment praktesch eleng vun Ungarn blockéiert."

Dobäi hätt Ungarn u sech kee Problem, fir der Ukrain déi Suen zoukommen ze loossen, d'Blockad wier vill méi eng Reaktioun op ee Sträit mat der EU-Kommissioun.

"Et huet näischt mat der Ukrain ze doen, et huet mat deem Rechtsstaatmechanismus, dee d'Kommissioun och absolut zu Recht applizéiert, ze doen. Milliarden Euro fléissen net vun der EU an Ungarn wéinst der Korruptioun a well d'Rechtsstaatlechkeet net ëmmer agehale gëtt, dat ass de politesche Punkt. An dee kritt een natierlech net aus der Welt, wann ee lo freet, firwat musse mer bei esou Froen nach Eestëmmegkeet hunn?"

Ungarn nozeginn, ass fir de Jean Asselborn awer keng Optioun. Wie sech net un déi europäesch Traitéen hält, kéint net erwaarden, datt Sue vun der EU fléissen.

Um Ausseminister-Conseil e Méindeg zu Bréissel goung och iwwert d'aktuell politesch Spannungen tëscht Roum a Paräis Rieds - Hannergrond ass jo den italienesche Refus vun der Regierung Meloni, fir eng 230 Flüchtlinge vun der "Ocean Viking" opzehuelen, déi um Enn am Hafe vun Toulon vu Bord gaange sinn.

Frankräich hat vun engem exzeptionellen Accueil geschwat, "deen der Flicht zur Mënschlechkeet" geschëlt wier. De Jean Asselborn schwätzt vun engem "schappege Gespills" mat Mënschen, déi Hëllef sichen.

De Jean Asselborn (2)

Lëtzebuerg huet iwwerdeems am Kader vum Relokatiounsmechanissem zanter der Kris 2015 283 Demandeurs d'asile aus Italien am Grand-Duché opgeholl.

Fir de Jean Asselborn ass d'Léisung vum Immigratiounsproblem nëmmen um europäesche Plang ze fannen. Zwee Drëttel vun de Leit, déi e Freideg no enger inhumaner Odyssee mat der "Ocean Viking" zu Toulon ukomm sinn, wäerten an 11 europäesche Länner ënnerkommen, dorënner och hei am Land.

Dat offiziellt Schreiwes aus dem Ausseministère:

Jean Asselborn a participé à la réunion du Conseil « Affaires étrangères » de l'UE (14.11.2022)

Communiqué par : ministère des Affaires étrangères et européennesLe ministre des Affaires étrangères et européennes, Jean Asselborn, a participé à la réunion du Conseil « Affaires étrangères » de l'UE, qui s'est tenue le 14 novembre 2022.
La réunion a commencé avec l'adoption de conclusions sur l'agenda « Femmes, Paix et Sécurité » (FPS). Tout en saluant la poursuite des efforts pour renforcer l'agenda FPS dans le monde, le ministre Asselborn a signalé, dans son intervention au nom des pays du Benelux, que « l'UE doit faire plus face à la pression croissante sur l'espace civique et le sérieux recul de la participation pleine, égale et significative des femmes et des filles dans tous les domaines de la vie politique et économique ». Après avoir mis en avant que l'UE doit continuer à développer et à mettre en œuvre des politiques, des activités et un plaidoyer pour faire front commun sur ce sujet important, Jean Asselborn a fait remarquer que la violence sexuelle et sexiste est l'une des violations des droits humains les plus répandues, persistantes et dévastatrices.
Par la suite, après avoir été informés via VTC par leur homologue ukrainien des derniers développements sur le terrain en Ukraine, les ministres des Affaires étrangères ont eu une discussion approfondie sur les questions liées à la guerre d'agression russe contre l'Ukraine. Dans ce contexte, le ministre Asselborn a souligné l'importance pour l'UE de rester unie et de maintenir son soutien à l'Ukraine, notamment en vue de l'hiver. Il a également mis en exergue qu'il est essentiel que l'accord sur les céréales puisse continuer et soit prolongé à son expiration dans quelques jours. Le Secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres, pourra compter sur le soutien sans faille du Luxembourg dans ses efforts à cet égard.
Par la suite, les ministres ont eu un échange de vues sur la région des Grands Lacs. Le ministre a exprimé la grande préoccupation du Luxembourg face aux développements dans cette région, qui à côté du Sahel et de la Corne de l'Afrique, constitue une autre poudrière sur le continent africain.
Face au conflit persistant à l'Est de la République démocratique du Congo, qui demeure une des pires crises humanitaires au monde, le ministre Asselborn a souligné la nécessité de maintenir les canaux de dialogue ouverts ainsi que d'œuvrer en faveur de la transparence, de la désescalade, et de la coopération régionale. Dans ce contexte très préoccupant, le Luxembourg se félicite de l'élaboration d'une nouvelle stratégie de l'UE sur la région des Grands Lacs; stratégie qui met l'accent sur un processus politique basé sur une approche commune de résolution régionale des conflits, mais qui inclut aussi la réconciliation nationale au sein des différents pays de la région.
Les ministres se sont ensuite penchés sur la situation dans les Balkans occidentaux, dont notamment les derniers développements liés au dialogue entre Belgrade et Pristina. Les situations au Monténégro et en Bosnie-Herzégovine ont également été évoquées, tout comme la nécessité pour les partenaires de la région de s'aligner sur la politique étrangère et de sécurité commune ainsi que la politique des visas de l'UE.
Enfin, la journée a été clôturée par un échange sur les sujets d'actualité européenne et internationale, dont notamment la situation en Iran et les derniers développements au Liban. Le Luxembourg a exprimé toute sa solidarité avec les femmes et les hommes iraniens qui risquent leurs vies en manifestant pour le respect de leurs droits humains et leur désir de liberté. Face à la répression brutale menée par le régime iranien contre sa propre population, le Luxembourg salue l'adoption par l'UE aujourd'hui de sanctions supplémentaires à l'encontre de 29 individus et trois entités impliqués dans de sérieuses violations de droits humains en Iran.