D’Klimakonferenz zu Madrid, déi am Prinzip e Freideg den Owend sollt op en Enn goen, wäert verlängert ginn.

Et gëtt sech lo éischter een Ofschloss an der Nuecht vun e Freideg op e Samschdeg erwaart. Vill technesch Froe géingen ze kläre bleiwen, wat d'Ëmsetzung vum Paräisser Ofkommes ugeet, virun allem, iwwert den Ëmgang mat den CO2-Zertifikater.

Och d'Klimafinanzéierung bleift e Knackpunkt: Déi äermste Länner, déi jo bis ewell am meeschten ënnert dem Klimawandel leiden, wollten ee spezielle Fong fir Schied, déi schonn entstane sinn. Dës Iddi soll awer vum Dësch sinn.

Lëtzebuerg ass zu Madrid jo vertrueden duerch ënnert anerem d'Ëmweltministesch Carole Dieschbourg an de Finanzminister Pierre Gramegna. An der Lëtzebuerger Delegatioun sinn awer och Experte wéi de Klima-Wëssenschaftler Andrew Ferrone, deen och Lëtzebuerger Vertrieder vum Weltklimarot ass an um Mikro vum Chrëscht Beneké zu Madrid erkläert, dass d'Zil vu Paräis mëttlerweil schonn net méi duergeet.

E Méindeg de Moien ass d'Ëmweltministesch Carole Dieschbourg Invité bei eis, fir iwwert de Bilan vun der COP25 ze schwätzen.

Schreiwes vum Lëtzebuerger Ëmweltministère

Carole Dieschbourg à la 25e Conférence des parties à la convention cadre des Nations unies sur le changement climatique à Madrid (09-13.12.2019)

Communiqué par: ministère de l'Environnement, du Climat et du Développement durable La 25e réunion de la Conférence des parties à la convention cadre des Nations unies sur le changement climatique (COP25) s'est tenue à Madrid du 2 au 13 décembre 2019 sous la présidence chilienne en étroite coopération avec les autorités espagnoles.

Des négociations s'avérant difficiles

La délégation luxembourgeoise, présidée par la ministre de l'Environnement, du Climat et du Développement durable, Carole Dieschbourg, en présence de S.A.R. le Grand-Duc pour le segment de chefs d'État ainsi que le ministre des Finances Pierre Gramegna et les représentants de la Direction de la coopération au développement et de l'action humanitaire du ministère des Affaires étrangères et européennes, a suivi les négociations de près en poussant vers un accord ambitieux et cohérent, nécessaire pour une mise en œuvre adéquate de l'accord de Paris. La conférence constitue une date charnière en vue de la COP26 en 2020 et vise la finalisation des dispositions relatives à la mise en œuvre du mécanisme de coopération volontaire au titre de l'article 6 de l'accord de Paris qui concerne les marchés de carbone; le réexamen du mécanisme international de Varsovie sur les pertes et préjudices (loss and damage) associés avec le changement climatique, et la révision du (plan d'action sur le genre). Si le plan d'action sur le genre (gender action plan, GAP) a d'ores et déjà pu être adopté, les négociations s'avèrent particulièrement difficiles sur les autres sujets, notamment l'article 6 sur les marchés de carbone.

L'appel de la coalition de la haute ambition

La ministre Dieschbourg a participé aux initiatives de la Coalition pour une haute ambition (High Ambition Coalition, HAC) qui dans l'esprit de la COP21 de Paris, s'est mobilisée sur place à la COP25 en vue de lancer un appel à toutes les parties afin d'obtenir un résultat final compatible avec la solidarité, une haute ambition climatique et ne mettant pas en doute l'intégrité environnementale.

L'action climat, un élément clef de la COP25

En marge des négociations, le Luxembourg a organisé plusieurs événements au sein du pavillon Benelux-BEI. Ensemble avec le ministère des Finances et la Banque européenne d'investissement, le Luxembourg a organisé un événement sur les finances durables et la présentation d'initiatives publiques-privées (telles que LU-EIB Climate Finance Platform, International Climate Finance Accelerator Luxembourg, Luxembourg Sustainable Finance Roadmap, Blue Natural Capital Financing Facility, etc.) dont le but principal consiste dans la mobilisation de fonds privés pour l'action climatique, ainsi qu'un évènement sur l'éducation au développement durable.

Le Luxembourg a su profiter de la COP25 pour présider la 10e réunion du comité de pilotage CREWS (Climate Risk and Early Warning Systems). L'initiative CREWS a été lancée par la France à la COP21 pour augmenter considérablement la capacité des petits États insulaires en développement (PEID) et les pays les moins avancés (PMA) pour générer et communiquer des alertes précoces efficaces et des informations sur les risques pour protéger les vies. Dans le cadre de l'initiative CREWS, un événement a été également organisé dans le pavillon conjoint Benelux-BEI avec participation de la ministre Carole Dieschbourg.

Aussi, la conférence a-t-elle permis à la délégation luxembourgeoise de tenir des réunions bilatérales avec plusieurs pays bénéficiant d'un soutien financier pour des projets ou programmes dans le domaine de l'atténuation des gaz à effet de serre ou de l'adaptation aux conséquences du changement climatique. Le financement climatique international du Luxembourg est additionnel à l'assistance publique au développement (APD). Ainsi, le Luxembourg a rencontré des représentants de pays partenaires de la coopération au développement tels que le Cabo Verde et le Burkina Faso, mais aussi le Rwanda et le Costa Rica, afin de faire le suivi des projets en cours et d'identifier de nouvelles opportunités d'investissements innovants tels que les éco-villages au Burkina Faso pour ne citer qu'un exemple.

Les droits de l'homme au centre des préoccupations de l'action climat du Luxembourg

La protection des droits de l'homme était au cœur d'événements que le Luxembourg a organisé notamment à l'occasion du jour international des droits humain et du genre. À titre d'exemple, la ministre de l'Environnement, du Climat et du Développement durable, Carole Dieschbourg, a participé à plusieurs tables rondes afin de discuter davantage les défis liés à la protection des droits de l'homme et du genre dans le contexte des changements climatiques. En coopération avec le CIEL (Centre for International Environmental Law), le Luxembourg a lancé le rapport Rights in Changing Climate – Human Rights Under the UN Framwork Convention on Climate Change, en date du 5 décembre 2019.