Wéi et heescht, géif et fir dës Sanktiounen och eng Lëscht vun Nimm ginn, esou eng Rëtsch Medien.

D’EU Ausseminister hunn e Freideg decidéiert, fir Sanktiounen géint déi politesch Responsabel aus Belarus op de Wee ze bréngen.
Dat huet den Ausseminister Jean Asselborn no der Visiokonferenz am RTL-Interview confirméiert.

De Jean Asselborn iwwert d'Sanktiounen a Belarus

D'EU-Ausseministeren hunn dann och hir Ënnerstëtzung fir d'Zivilgesellschaft an d'Oppositiounspolitiker an Aussiicht gestallt.

De Jean Asselborn iwwert méiglech Ënnerstëtzung

Den Alexander Lukaschenko wier an den A vun der Europäescher Unioun net dee legale President vum Land. Nieft der gefälschter Wal steet de Regime och wéinst der Policegewalt géint friddlech Demonstranten an der Kritik. Onkloer ass op de sougenannte "leschten Diktator an Europa" selwer mat Sanktioune rechne muss. Fir déi wäissrussesch Oppositioun dogéint kommen d'Sanktiounen ze fréi.

Sechs Deeg no der ëmstriddener Presidentewal wëllen um Samschdeg op en neits Dausende Mënschen a Belarus géint de Staatschef Lukaschenko op d'Strooss goen. Seng Géignerin Swetlana Tichanowskaja hat e Freideg aus hirem Exil a Litauen zu neie friddlechen Massenaktiounen opgeruff.

Litauen, Estland a Lettland fuerderen Neiwalen

Déi baltesch Länner Litauen, Estland a Lettland fuerderen iwwerdeems Neiwalen a Belarus. Mat internationalen Observateurë soll assuréiert ginn, datt fräi a fair Presidentiellen organiséiert ginn, heescht et e Samschdeg an enger gemeinsamer Declaratioun vun den 3 EU-Länner. Donieft misst de Regime zu Minsk op Gewalt géint Demonstrante verzichten an déijéineg fräiloossen déi festgeholl goufen.

Och déi Tschech Republik fuerdert Neiwalen. Dat hat Ministerpresident Andrej Babis schonn e Freideg op Twitter annoncéiert.

"Dat, wat a Belarus geschitt, ass Staatsterrorissem"

Mat dëse kloere Wierder huet den Ausseminister Jean Asselborn de Freideg de Moien um Deutschlandfunk d'Situatioun no de Walen a Belarus qualifizéiert.

© AFP (Archiv)

De Lëtzebuerger Ausseminister Jean Asselborn fuerdert nieft den Neiwalen och Sanktioune wéi zum Beispill en Areesverbuet géint déi politesch Verantwortlech aus Belarus.

D'EU misst drop pochen, datt d'Walen illegal waren an d'Resultat geklaut wier. Wéi den LSAP-Politiker géigeniwwer dem Deutschlandfunk sot, wier hien der Meenung, dass dat, wat sech an deem Land ofspillt, Staatsterrorissem wier. Weider huet hien de Regimm als Diktatur bezeechent.

Näischt maachen, wier keng Optioun, sou de Lëtzebuerger Diplomatiechef, dee sech derfir ausgeschwat huet, datt d'EU Drock op de Pouvoir a Belarus mécht, sou datt Neiwalen organiséiert ginn.

Dës Méiglechkeet huet d'EU am Kader vun enger Videokonferenz, déi fir e Freideg am Nomëtteg virgesi war.

De Jean Asselborn

Am Kader vun där online Konferenz vun den EU-Ausseminister huet d'Europäesch Unioun e Freideg d'Moyenen, fir Sanktioune géint Belarus ze decidéieren.

A Belarus ginn et no de manipuléierte Walen zanter Deeg massiv Protester géint de President Lukaschenko, souguer a Staatsbetriber gëtt gestreikt.

D'Police-Asätz géint d'Demonstrante sinn demesuréiert. Rieds geet vun enge 7.000 Leit, déi eleng bannent den éischte 4 Deeg no de Presidentiellë verhaft gi wieren. Gefaart gëtt, datt an Osteuropa e Police-Staat nom System vun de sowjetesche Gulagen entsteet.

Hei den offizielle Communiqué vum Ausseministère, deen e Freideg den Owend verschéckt gouf

Communiqué : Jean Asselborn a participé à la réunion extraordinaire des ministres des Affaires étrangères de l’Union européenne le 14 août 2020

Communiqué par: ministère des Affaires étrangères et européennes

 

Le chef de la diplomatie luxembourgeoise, Jean Asselborn, a participé ce vendredi 14 août à la réunion extraordinaire des ministres des Affaires étrangères de l’Union européenne, qui s’est tenue par visioconférence.

Cette réunion a été convoquée par le haut représentant de l’Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité et vice-président de la Commission européenne, Josep Borrell, pour permettre aux ministres de se pencher sur les sujets pressants à l’ordre du jour international.

La discussion s’est d’abord concentrée sur la récente escalade des tensions en Méditerranée orientale. Le ministre Asselborn a exprimé son inquiétude face à la situation et a appelé à ce que la spirale négative soit stoppée sans tarder. Il a réitéré que la délimitation des zones économiques exclusives ne peut se faire que par le dialogue et la négociation de bonne foi, dans le plein respect du droit international et conformément aux principes des relations de bon voisinage. « Nous attendons de la Turquie qu’elle s’abstienne de toute action qui pourrait aggraver la situation », a encore estimé Jean Asselborn.

Les ministres ont ensuite procédé à un échange de vues sur la situation au Bélarus, à la lumière de la violente répression qui a suivi les élections présidentielles du 9 août dans ce pays. Le chef de la diplomatie luxembourgeoise a fait remarquer que les citoyens du Bélarus doivent pouvoir jouir des mêmes droits que les citoyens d’autres pays européens. Jean Asselborn a souligné que « l’état de droit, la responsabilité démocratique, des élections libres et régulières et le droit de manifester pacifiquement sont essentiels à la liberté, à la stabilité et sécurité de nos sociétés » et que « le respect de ces valeurs et principes est vital partout en Europe ». Or, les élections présidentielles du 9 août au Bélarus ne se sont pas déroulées conformément aux normes et standards internationaux. Il n’y a pas eu d’observation indépendante, les candidats ont été mis sous pression et emprisonnés. Les résultats ne sont pas vérifiables et ont été clairement falsifiés. « Lorsque le peuple du Bélarus, privé de sa voix, est descendu dans la rue en réponse, il a été confronté à une répression violente et à des intimidations, aux balles et à la torture. Nous assistons à un terrorisme d’État au Bélarus. C’est clairement inacceptable en Europe au 21ème siècle! Le peuple du Bélarus mérite mieux », a affirmé Jean Asselborn, qui a insisté sur le fait que les Européens doivent envoyer un message fort et clair et travailler ensemble pour demander des comptes aux responsables, afin d’accroître la pression sur le régime de Loukachenko.

Le ministre Asselborn s’est exprimé en faveur de sanctions ciblées et efficaces : « Les sanctions devraient viser clairement les personnes du régime responsables des récentes violences et violations des droits de l’homme. Dans le même temps, nous devons faire tout notre possible pour soutenir la société civile - y compris les journalistes indépendants, ainsi que les étudiants biélorusses - et pour soutenir ceux qui sont attachés à un Belarus démocratique. »

En fin de réunion, les ministres ont fait le point sur la situation au Liban et sur l’appui fourni par l’UE et ses Etats membres suite à l’explosion du 4 août à Beyrouth. Ils ont aussi évoqué la situation au Venezuela et les conditions qui doivent être réunies pour la tenue des prochaines élections législatives dans ce pays.