An der Chamber gouf e Méindeg iwwert d'Iddi vum séieren Tram vun der Stad Lëtzebuerg bis op Esch diskutéiert.

Wéi kann een d’A4 entlaaschten an d’Stied Esch a Lëtzebuerg besser matenee verbannen? Op dës Fro versicht den Infrastrukturminister François Bausch den Ament eng Äntwert ze ginn an huet e Méindeg de Moien den Deputéierten an der zoustänneger Chamberkommissioun Explikatiounen iwwert de sougenannte „séieren Tram“ ginn, dee mat bis zu 100 Kilometer an der Stonn streckeweis kéint fueren.
Esou bréicht e Passagéier vun Hollerech op Esch Belval ëm déi 20 Minutten, fir op seng Destinatioun ze kommen.

Den DP Deputéierte Max Hahn präziséiert, dass am Ufank geduecht war, d'Cloche d'Or mat Esch unzeschléissen, dat hätten fir de Notzer vum séieren Tram zousätzlech 13 Minutte bedeit. D'Iddi ass deemno elo vun Esch Belval op Schëffleng an iwwer Féiz an d'Stad direkt eranzekommen.

AUDIO: De Max Hahn

No den Diskussiounen huet sech gewisen: D’Iddi vun engem "séieren Tram" gëtt parteiiwwergräifend begréisst. Och wann deen eréischt fréistens 2035 kéint komplett operationell sinn. An enger éischter Phas kéint bis 2028 d'Stad mat Féiz raccordéiert ginn. Fir d’éischt géifen awer nach vill Detailfroen ze kläre bleiwen. Do zum Beispill d’Acquisitioun vun den Terrainen ëm d’A4, wou den Tracé vum "séieren Tram" an enger Vëlospist lafe soll. Ma och aner Infrastrutkurprojeten missten ëmgesat ginn, ier dee vum Tram vu der Stad op Esch kéint realiséiert ginn, do zum Beispill de Contournement vun Zéisseng, sot den CSV-Deputéierten Serge Wilmes.

No de Parlamentarier e Méindeg de Moien, kritt d’Presse mëttes Detailer iwwert dëse Projet presentéiert, dee bis elo wéi gesot just eng Iddi ass.

© Service Information Presse

Tram, Bus oder Monorail? Wéi eng Alternativ ass déi bescht fir d’Stad Lëtzebuerg mat Esch ze verbannen? Där Fro ass eng Etüd vun der Firma Transport Technologie Consult fir den Infrastrukturministère nogaangen. An huet do erausfonnt, datt ee séieren Tram, dee bis zu 100 Kilometer an der Stonn kéint fueren, déi beschten Optioun ass. En ass zwar vum Ufanks-Investissement méi deier wéi de Bus, mee huet aner Avantagen. Wann een zum Beispill Busser mat héije Capacitéiten asetze géif, missten d’Garen adaptéiert gi fir 800 Busser kënnen opzehuelen. De Monorail ass och net fir eng Stad wéi Lëtzebuerg gemaach, mee fir grouss Metropol, wat eis Haaptstad nu mol net ass. 2035 kéint den éischte séieren Tram op de Schinnen Esch mat der Stad verbannen. Ma déi éischt Phase kéint schonn 2028 fäerdeg ginn, an den Tram dee Moment bis op Féiz fueren, wou et ee Pôle d’echange soll ginn. Ier e Sonndeg de Mëtteg d’Presse Explikatiounen iwwert de séieren Tram kritt huet, ware scho Moies d’Deputéiert an d’Bild gesat ginn, wou et e parteiiwwergräifende Konsens gouf, esou de Serge Wilmes vun der CSV.

AUDIO: De Serge Wilmes (CSV)

D’Viraarbechte wieren op jiddwer Fall mol gemaach ginn, huet Mëttes den Infrastrukturminister François Bausch gemengt.

De “séieren Tram” ass awer keng Allzweckwaff a kann och keng Wonner bewierken. Wa keen Ëmdenke bei de Leit kënnt, da verschlechtert sech d’Situatioun op der Strooss, an dësem Fall op der A4 net. Mam Ëmklammen zum Beispill op den Tram, Bus a Zuch a Vëlo kéint déi momentan Situatioun beschtefalls stabiliséiert ginn.

Offiziellt Schreiwes

François Bausch présente le projet multimodal «Séieren Tram – tram rapide» pour le corridor A4 à l'horizon 2035 (11.06.2018)
Communiqué par: ministère du Développement durable et des Infrastructures

En date du 11 juin 2018, François Bausch a présenté le projet multimodal «Séieren Tram – tram rapide» pour le corridor A4 à l'horizon 2035.

Le projet s'inscrit dans la logique du concept de mobilité Modu 2.0 qui passe d'une logique de rattrapage à une logique d'anticipation. Le but était d'élaborer un système de transport multimodal cohérent sur l'axe de l'A4 en tenant compte des éléments existants (tram, bus, train, P + R,...), de l'enquête de mobilité «Luxmobil» conduite en 2017 et des projections de la demande à l'horizon 2035. L'analyse a été conduite par un bureau d'études franco-allemand (TTK) spécialisé dans la planification des transports. «La première question qui se pose est celle de la demande sur l'axe, ensuite quel système se prête le mieux à satisfaire cette demande?», a expliqué le ministre.

L'entreprise a vite constaté que le corridor de Luxembourg-Esch-sur-Alzette dispose d'une offre de bus importante, d'une liaison ferroviaire qui fait un détour et d'une faible desserte d'une partie du territoire présentant un développement accru. Suivant le calcul des habitants et emplois à l'horizon 2035, la demande en mobilité augmentera de 55% dont environ 20.000 déplacements par jour devront être reportés sur le bus, une multiplication par 4 par rapport à 2018. En plus, ces voyageurs devront être incités à ne plus utiliser leur propre voiture par une offre performante et confortable en transports en commun.

L'offre à l'horizon 2035 devra remplir plusieurs critères: desservir de manière directe les habitants et emplois situés à l'écart des gares ferroviaires au Sud, permettre un accès direct au centre de Luxembourg-Ville et au quartier Kirchberg et finalement proposer la capacité nécessaire, un bon niveau de confort et des temps de parcours compétitifs.

Les analyses des différents systèmes de transport possibles sur l'axe en question ont montré que le tram sur pneus (bus à haut niveau de service) ne se prête pas à ce service vu que les places debout sont uniquement autorisées en localité. Le car à haut niveau de service (double étage), offre une capacité limitée de seulement 90 places, largement insuffisantes, allant de pair avec des difficultés des terminus en Luxembourg-Ville ainsi que des coûts d'exploitation élevés. Le monorail respectivement métro impliquerait une capacité surdimensionnée (demande dépassant les 100.000 voyageurs par jour) allant de pair avec une insertion souterraine très coûteuse/insertion aérienne difficile dans le tissu urbain.

Le tram rapide par contre tient compte de tous les besoins sur le trajet: vitesse 100 km/h, circulation sur le réseau tram classique, même aspect extérieur et possibilité de places assises ainsi que de places debout, à un coût moyen. Ce tram permettrait de relier directement les principales destinations de la Ville de Luxembourg avec les quartiers en pleine expansion de Schifflange, Foetz, Esch-sur-Alzette et Belval à moindres coûts d'exploitation, mais avec des capacités et temps de parcours adaptés.

François Bausch a conclu: «Le projet sera présenté aux communes impliquées, puis intégré dans la liste des projets d'infrastructure déposée chaque juillet au parlement. La décision finale devra être prise par le prochain gouvernement, auquel il appartiendra de lancer les études techniques. Pour moi, ce projet est indispensable; il s'intègre parfaitement dans une approche organisée et harmonieuse de l'aménagement du territoire.»