Bei der Gläichberechtegung wiere grouss Progrèsen ze constatéieren, dat hunn déi zoustänneg Regierungsmemberen annoncéiert.

D'Ministesch fir Chancëgläichheet Taina Bofferding an de Wirtschaftsminister Etienne Schneider hunn de Point gemaach. An de Verwaltungsréit vun den établissements publics wieren entretemps 40% vun de staatleche Vetrieder Fraen. Am Verglach: viru 4 Joer waren et nach 30%. D'Chancëgläichheetsministesch schwätzt vun engem grousse Succès.

AUDIO: Chancëgläichheet/Reportage Pit Everling

Wann een d'Verwaltungsréit vun den établissements publics am Ganze kuckt, da leie mer do bei 34,96% Fraen, gutt 7 Punkte méi ewéi nach Ugangs 2015.

Bei de Societéiten ass d'Evolutioun eng ähnlech, vun de Leit, déi doduerch de Staat vertriede sinn der 30% weiblech.

2014 hat déi viregt Regierung sech op de Fändel geschriwwen, fir systematesch aktiv ze ginn, en Vue vun enger besserer Representatioun vum weibleche Geschlecht an Decisiouns-Gremien.

40% war sech als Zil gesat ginn.

Quote wieren en effikasse Moyen, se wieren zwar keng Wonnerléisung, awer si kéinten hëllefen, fir Traditiounen ze briechen, esou d'Taina Bofferding.

An deem Sënn schreift d'Regierung sech op d'Lee, fir weider Efforten am genannten Domaine ze maachen.

Och am Privatsecteur bléif nach vill Sputt no uewen, wat d'Gläichberechtegung an héije Gremien ugeet.

Offizielle Communiqué

Égalité femmes-hommes dans les conseils d'administration: Le gouvernement se réjouit d'un objectif réussi de 40 %

Communiqué par: ministère de l'Égalité entre les femmes et les hommes / ministère de l'Économie Vendredi 8 février, la ministre de l'Égalité entre les Femmes et les Hommes, Taina Bofferding, et le Vice-Premier ministre, ministre de l'Économie, Etienne Schneider, ont présenté les résultats du récent bilan intermédiaire sur les efforts du gouvernement pour l'égalité des sexes dans les organes de prise de décisions. « C'est un succès notable. Pour la première fois, la barre des 40 % de femmes représentant l'Etat dans les conseils d'administrations des établissements publics a été franchie », ont souligné les ministres.
Le gouvernement précédent s'était engagé à l'automne 2014 à intervenir de manière systématique pour favoriser une meilleure représentation du sexe sous-représenté dans les organes de décision. Et ce, dans les établissements publics et les sociétés dans lesquels l'État est représenté. L'objectif clair, chiffré et mesurable a été fixé à 40% de mandats pour le sexe sous-représenté d'ici à 2019.

Concrètement, le récent bilan intermédiaire montre que :

• Le taux de femmes représentant l'État dans des organes de décision des établissements publics est désormais de 40,19% (contre 30,34% en janvier 2015)
• Le taux total de femmes dans les conseils d'administration des établissements publics, donc y inclus les personnes représentant d'autres partenaires, atteint 34,69% (contre 27,41% en janvier 2015)

« Cet objectif de 40 % a permis de renforcer les discussions sur le profil des administrateurs. C'est un moyen efficace pour faire évoluer les mentalités. Certes, les quotas ne sont pas une solution miracle, mais ils peuvent aider à dépasser le poids de la tradition », a noté la ministre de l'Egalité entre les Femmes et les Hommes.

Pour les sociétés, le bilan affiche une progression de six points de pourcentage pour s'établir à un taux de 30,58% de femmes représentant l'Etat. Comme l'ont expliqué les ministres, les postes vacants ne sont pas uniquement déterminés par le gouvernement mais également par d'autres acteurs tels que les représentants de communes, de syndicats régionaux ou de partenaires sociaux.

Les ministres Taina Bofferding et Étienne Schneider ont ainsi réitéré la volonté de poursuivre les efforts. Ils invitent l'ensemble des acteurs à œuvrer de concert pour atteindre un meilleur équilibre.