Nëmmen een Dag war en Dënschdeg den Ausseminister Asselborn op Aarbechtsvisitt am Afghanistan.

Notamment huet de Jean Asselborn op der Militär-Basis vu Masar-i-Sharif déi zwee Lëtzebuerger Arméi-Membere begéint, déi den Ament am Kader vun enger Nato-Missioun am Biergerkrichsland stationéiert sinn. Dëst sinn en Ënneroffizéier an en Zaldot.

D'Lëtzebuerger Arméi wäert nach bis 2024 d'Nato-Missiounen ënnerstëtzen. Bis ewell sinn eng 325 Membere vun der Arméi am Afghanistan stationéiert gewiescht - dëst war soss zu Kandahar a Kabul de Fall.

Bei de politesche Gespréicher zu Kabul goung et an der Haaptsaach natierlech ëm de schwieregen an delikate Friddensprozess, nodeems d'Konflikter um Hindukusch elo ewell bal 2 Joerzéngte laang daueren.

Lëtzebuerg wëll dann och an Zukunft wirtschaftlech Liene mam Afghanistan opbauen an e bilateralen Accord am Domaine vun der Aviatioun ofschléissen.

En enormen Defi fir d'Land ass d'Re-Integratioun vun engen 6 Milliounen Afghanen, déi den Ament deplacéiert, delogéiert oder op der Flucht sinn.

De Krich an Afghanistan dauert ewell scho 17 Joer. En ass dee längste Krich an der Geschicht vun den USA. Washington plangt mëttlerweil, eng Léisung erbäizeféiere bei Friddensverhandlunge mam Äerzfeind, den Taliban, déi am Gaang sinn, rapid un Terrain ze gewannen a mëttlerweil ronn 70% vum Territoire kontrolléieren.

De Wee op Kabul ass laang a beschwéierlech. De Schoss-sëchere Gilet an de Casque si Virschrëft. Vun der Militärbasis vu Mazar-i-Sharif geet et iwwert d’Schnéifelder vum Hindukusch, mee déi al russesch Helikopter fléien déif a sinn net gepanzert. An d’Géigend ënnendrënner ass ënnert der Kontroll vun den Taliban, wéi iwwert d’Halschent vum Land.
Zu Kabul, hannert zeg Reie vun 30cm décke Bëtongsmaueren hannerteneen, der sougenannter Green Zone, engem Héichsécherheetsbunker am Zentrum, gëllen déi normal Gesetzer, wéi an der westlecher Welt. Baussen net. Mee d’Taliban féiere Friddensgespréicher. Och beim President Ashraf Ghani am Büro hannert dem Bëtong besteet d’Hoffnung op Fridden. Och bei der Nato.

Verhandlungen oder och nëmmen Diskussioune mat den Taliban, mam islamistesche Feind, goufen ëmmer vun alle Partner an der westlecher Koalitioun ausgeschloss. Milliarden US-Dollar goufe versenkt an engem 17 Joer laange Krich. Ronn 100 Milliounen Euro Hëllef huet Lëtzebuerg zanter 2000 bezuelt. An elo sëtzt Washington mat den Taliban ronderëm een Dësch. Et ass bal wéi wann een den Islamisten eng Victoire géif agestoen.

Méiglecherweis wäert ee sech awer och missen erëm mam islamistesche Gesetz vun der Sharia an Afghanistan offannen. An déi afghanesch Regierung dierft am Deal tëscht Washington an den Taliban um Enn mol net hir Meenung gefrot kréien.

Communiqué vum Ausseministère

Visite de travail de Jean Asselborn en Afghanistan (05.03.2019)

Communiqué par: ministère des Affaires étrangères et européennes Sur invitation du ministre des Affaires étrangères de l'Afghanistan, Salahuddin Rabbani, le ministre des Affaires étrangères et européennes, ministre de l'Immigration et de l'Asile, Jean Asselborn, a effectué une visite de travail en Afghanistan le 5 mars 2019.

La première étape a été une visite à la base militaire de Mazar-i-Sharif afin de rencontrer les deux membres de l'Armée luxembourgeoise actuellement déployés en Afghanistan. Dans son entretien avec le sous-officier et le soldat, le ministre Asselborn a exprimé sa reconnaissance et son admiration pour le courage et le dévouement dont ils font preuve. Il leur a transmis les remerciements du gouvernement et de tous les Luxembourgeois pour leur engagement au service de la paix en Afghanistan.

Les deux membres de l'Armée luxembourgeoise font partie de la task force Nord, qui est déployée à Mazar-i-Sharif dans le cadre de la mission «Resolute Support» de l'OTAN. Cette mission vise à soutenir l'Afghanistan notamment par la formation, le conseil et l'assistance aux forces armées afghanes en vue de leur permettre, à terme, d'assurer la sécurité du pays. Le ministre Asselborn a rappelé que le Luxembourg a confirmé son soutien au fonds fiduciaire de l'OTAN pour l'armée afghane jusqu'en 2024. À ce jour, le Luxembourg a déployé plus de 325 personnels en Afghanistan dans le cade des missions de l'OTAN. Par le passé, ces personnels ont été affectés à des tâches à Kaboul et à Kandahar.

Ce même jour, le chef de la diplomatie luxembourgeoise a été reçu à Kaboul par le président de la République, Ashraf Ghani, après avoir rencontré le ministre des Affaires étrangères afghan, Salahuddin Rabbani dans le cadre d'un déjeuner de travail.
Les discussions avec le président Ghani ont porté plus particulièrement sur le processus de paix, les différents pourparlers et initiatives de paix et le poids des acteurs régionaux et internationaux dans la résolution du conflit qui dure depuis 18 ans maintenant. Le président Ghani a souligné que la paix si chère au peuple afghan n'avait jamais été aussi proche.

Les échanges ont par ailleurs permis de souligner le rôle clef et les attentes des femmes afghanes dans le cadre du processus de renforcement de l'État de droit et de l'accès à la justice. Le président a souligné que la paix ne peut être imposée de l'extérieur, mais doit être négociée par les Afghans et pour les Afghans. À ce titre il a rappelé la proposition de l'Union européenne de soutenir le processus de paix sur base des cinq propositions faites lors de la conférence de Genève en novembre 2018. Le président a aussi évoqué les élections présidentielles prévues le 20 juillet 2019. Il a appelé de ses vœux des investissements accrus afin de consolider le développement économique du pays et mis en évidence le potentiel de l'Afghanistan pour le développement de la région et de la connectivité entre l'Europe et l'Asie. La situation des réfugiés afghans et les besoins en matière de formation professionnelle ont enfin été présentés.

Les échanges de vues avec le ministre des Affaires étrangères de l'Afghanistan, Salahuddin Rabbani, ont permis de se pencher sur les derniers développements en Afghanistan, sur l'actualité régionale et la situation sécuritaire qui s'est dégradée ces dernières années.

Comme le président Ghani, le ministre Rabbani a remercié le ministre Asselborn pour l'engagement continu du Luxembourg et pour l'appui qu'il a fourni à l'Afghanistan en termes de sécurité, de coopération au développement et d'aide humanitaire. Les discussions ont également porté sur l'influence des acteurs régionaux et l'appui de ces derniers aux talibans et aux autres groupes armés.

S'agissant de la migration, le ministre Rabbani a rappelé que l'Afghanistan compte plus de six millions de réfugiés, notamment au Pakistan et en Iran, mais aussi au Proche-Orient et en Europe. Dans ce contexte, les ministres ont discuté du défi que constituera pour l'Afghanistan la réintégration des millions d'Afghans revenus au pays ces dernières années et de ceux qui voudront revenir après la fin du conflit.

Jean Asselborn a aussi saisi l'occasion pour identifier avec ses interlocuteurs les moyens de renforcer les relations bilatérales entre l'Afghanistan et le Luxembourg, notamment au niveau économique. À ce titre, il a évoqué l'AIIB (Asia Infrastructure Investment Bank) que l'Afghanistan a rejoint en 2017 et notamment la réunion annuelle de l'AIIB que le Luxembourg accueillera en juillet 2019. Il a aussi été convenu de relancer les efforts en vue de conclure un accord bilatéral sur les services aériens.
À Kaboul, le ministre Asselborn a également eu une entrevue avec Sir Nicholas Kay, le haut représentant civil de l'OTAN qui vient de prendre ses fonctions. Cette entrevue a permis de faire un tour d'horizon des développements politiques et sécuritaires, à la lumière de l'action de l'OTAN et des Alliés en Afghanistan.

De Jean Asselborn mam Nicolas Kay, Héijen Ziville Vertrieder vun der Nato. / © MAEE