Zënter de Service d'Aide Médicale Urgente an den 80er Jore geschaf gouf, ass d'Populatioun am Land vun 386.000 op iwwer 600.000 gewuess.

De Ministerrot huet de prinzipiellen Accord fir e 4. Samus-Auto ginn: Dee soll vum Juli un zu Hesper stationéiert ginn, am Centre d'incendie et de secours, wéi d'Inneministesch Taina Bofferding do sot; an enger zweeter Phas kënnt dat Gefier dann an den zukünftege Centre national d'incendie et de secours, kuerz CNIS, op den Houwald.

AUDIO: Samu gëtt verstäerkt/Reportage Eric Ewald

Bis ewell hat Lëtzebuerg ee sou e Samus-Won pro 200.000 Awunner; a Rheinland-Pfalz kënnt z.B. een op 60.000 Awunner. Déi aktuell 3 Samue stinn zu Ettelbréck, an der Stad an zu Esch; zejoert si si ronn 7.300 Interventioune gefuer.

Hei d'Schreiwes:

Le vendredi 15 mars 2019, la ministre de l'Intérieur, Taina Bofferding, a annoncé dans le cadre d'une conférence de presse que le Service d'aide médicale urgente (SAMU) sera renforcé par un 4e vecteur.

Le système du SAMU luxembourgeois, mis en place dans les années 80, est souvent considéré comme étant un des plus performants dans la comparaison internationale, grâce à son personnel hautement qualifié et son équipement moderne. L'équipage de chaque base SAMU se compose d'un médecin spécialiste en anesthésie-réanimation et d'un infirmier en anesthésie et réanimation. «Ce système a fait ses preuves au cours des dernières décennies et il s'agit de garantir son efficacité aussi à l'avenir», a affirmé Taina Bofferding.

Depuis la mise en vigueur du SAMU au Luxembourg, la population est passée de 386.000 habitants en 1986 à 602.000 habitants en 2018, et le nombre de frontaliers a quasiment quadruplé, passant de quelques 50.000 à plus de 184.600. Sur base des données démographiques, le Luxembourg dispose d'un vecteur SAMU pour environ 200.000 habitants et pour plus de 260.000 personnes présentes sur le territoire en journée.

Taina Bofferding a conclu que: «Bien que la population à prendre en charge par le SAMU, et d'ailleurs aussi les interventions, aient quasiment doublé depuis 1986, le nombre des vecteurs SAMU n'a pas été adapté. Pour moi, ces chiffres parlent d'eux-mêmes et j'ai décidé d'en saisir le Conseil de gouvernement le plus vite possible. Ce matin, nous avons décidé de charger le CGDIS de la mise en place d'un 4e vecteur SAMU.»

Le président du conseil d'administration, Alain Becker, a par la suite précisé que ce 4e vecteur sera stationné à partir du 1er juillet 2019 dans une première phase auprès du Centre d'incendie et de secours Hesperange dans le but de garantir une couverture territoriale homogène. Dr Pascal Stammet, le directeur médical du CGDIS, a fourni les détails opérationnels concernant le SAMU, soulignant ainsi l'importance de ce renforcement opérationnel.