"D'Erausfuerderungen un d’Entwécklungshëllef si grouss. An et gesäit momentan net esou aus, wéi wa mer se kéinten erfëllen." sou d'Paulette Lenert.

An der Chamber war et e Mëttwoch de Mëtteg d'Deklaratioun iwwer déi Lëtzebuerger Entwécklungspolitik. D'Kooperatiounsministesch Paulette Lenert huet déi mat gemëschte Gefiller, wéi si sot, presentéiert. Lëtzebuerg investéiert dëst Joer 420 Milliounen Euro, läit hanner Schweden un der Spëtzt vun de generéiste „Geberlänner“.

AUDIO: Extrait Paulette Lenert (1)

Lëtzebuerg hëlt als eent vun de räichste Länner vun der Welt seng Roll Eescht, investéiert 1% vu sengem RNB, mä d'Ambitiounen an Erausfuerderunge si grouss, sot d'LSAP-Ministesch. Déi extrem Aarmut an der Welt huet zwar ofgeholl, mä weltwäit liewen 800 Millioune Leit a grousser Aarmut.

Lëtzebuerg huet aktuell 7 prioritär Partnerlänner an huet déi lescht 5 Joer seng Kooperatiounspolitik nei opgestallt, fir méi en effikassen a konkreten Impakt ze hunn. Afrika a speziell d'Sahel-Zon mat Länner wéi dem Niger, Burkina Faso oder dem Mali stinn am Mëttelpunkt. D'Educatioun ass a bleift ee vun den Haaptschwéierpunkte vun der Lëtzebuerger Entwécklungshëllef. Fir méi Chancëgläichheet tëscht Fra a Mann gëtt sech engagéiert an déi erneierbar Energie sinn eng Prioritéit.

D'LSAP-Kooperatiounsministesch wëll och sécherstellen, datt all d'Suen, déi an d'Entwécklungshëllef investéiert ginn, optimal genotzt ginn. Si wëll dowéinst d'Programmer op de Leescht huelen a kucken, wat gutt leeft a wat manner gutt.

AUDIO: Extrait Paulette Lenert (2)

Déi klassesch Entwécklungshëllef stéisst un hir Grenzen, gëtt d'Paulette Lenert ze bedenken. Nei, modern Technologien an Innovatioun si gefrot, fir zum Beispill den Honger an der Welt ze bekämpfen.

Direkt no der Deklaratioun war dunn d'Debatt iwwer déi Lëtzebuerger Politik...d'Ënnerstëtzung fir d'Lëtzebuerger Kooperatiounspolitik ass do, mä et gouf och Kritik speziell vun der Oppositioun.

Déi Lénk an den David Wagner wënsche sech Kohärenz an der Entwécklungshëllef-Politik. Wa mir Lëtzebuerger d'Häerz tatsächlech op der richteger Plaz hunn, da misste mer dat beweisen a méi koherenz diskutéieren. Et wier vläicht och gutt wann aner Regierungsmemberen op der Regierungsbänk wieren, déi och vläicht heiansdo d'Aarbecht vum Kooperatiounsministère courcircutéieren an da kéinte mer och beweisen, dass eist Häerz net sou no un de Portmonni vun engem gewëssene Milieu läit.

AUDIO: Den David Wagner

De Fernand Kartheiser vun der ADR gëtt ze bedenken, datt „sech entwéckelen“ sech bäisst mat der Klimapolitik. Op engem Weltniveau hätt een déi Kontradiktioun eklatant, déi mer och hei zu Lëtzebuerg hunn. Et kéint een net op der enger Säit de Wuesstem virun dreiwen, an op der anerer Säit d'Ëmwelt schützen. Et sollt een net maachen, wéi wann et do keng Kontradiktioune géif ginn, sou nach de Fernand Kartheiser.

AUDIO: De Fernand Kartheiser

Lëtzebuerg gëtt och vill méi aus wéi deen ee Prozent vum RNB, sot nach den ADR-Deputéierten, wann een z.B. och d'Efforten an der Flüchtlingspolitik mat arechent. Dee Chiffer kéint een och roueg nennen, huet den CSV-Deputéierte Claude Wiseler gemengt. Hie wier net der Meenung, dass wann een dat géif derbäi setzen, da wier een immens héich, mir bräichte guer net esou héich ze sinn. "Ech sinn der Meenung, mir sollen esou héich sinn. Ech sinn och der Meenung, datt mer et da kënne soen, wat dat dann heescht, de globale Pak, dee Lëtzebuerg fir d'Kooperatioun mécht."

AUDIO: De Claude Wiseler

D'Paulette Lenert huet d'Diskussioun am Parlament begréisst, sicht e gemeinsame Konsens. Si wëll d'Programmer analyséieren, fir ze garantéieren, datt d'Suen effikass agesat ginn. Lëtzebuerg wëll och an Zukunft déi sougenannt IATI-Standarden ëmsetzen. Dat géif net einfach ginn, mä wäert méi en transparente Bléck op d'Lëtzebuerger Entwécklungshëllef ginn.

Offizielle Communiquéën

Déclaration à la Chambre des Députés de la ministre Paulette Lenert sur la politique de coopération (14 mai 2019)

Communiqué par: ministère des Affaires étrangères et européennes / Direction de la Coopération et de l'Action humanitaire

Lors de sa première Déclaration sur la politique de coopération et de l'action humanitaire à la Chambre des Députés le 14 mai 2019, la ministre Paulette Lenert a réaffirmé l'engagement ferme du Luxembourg pour le maintien de l'aide publique audéveloppement à hauteur de 1% du revenu national brut.

Elle a rappelé que « c'est une question de principe » pour le Luxembourg, un des pays les plus riches du monde, de se montrer solidaire envers les pays moins avancés. En se basant sur le principe de l'aide non liée, l'engagement du Luxembourg est fondé sur de vraies valeurs humanistes, ce qui lui a valu la première place des pays appliquant une politique de développement non-intéressée au « Principled Aid Index » du think tank Overseas Development Institute.

Pour 2019, le Luxembourg investira 420 millions d'euros dans la politique de développement et maintiendra son positionnement en deuxième place à l'échelle mondiale des donateurs les plus généreux.

Cet engagement se décline à travers une concentration tant bien géographique que sectorielle.

Assurant une présence sur tous les continents, le Luxembourg met un accent stratégique sur les pays les plus pauvres en Afrique, notamment dans la région du Sahel. Au-delà du Niger, du Mali, du Burkina Faso, du Sénégal et du Cabo Verde, le Laos et le Nicaragua sont des pays partenaires prioritaires.

Quant aux secteurs prioritaires d'intervention, le Luxembourg se concentre particulièrement sur l'éducation et la formation professionnelle et la santé. Le renforcement de la bonne gouvernance et de la société civile ; l'agriculture ; l'eau et la finance inclusive constituent d'autres secteurs où le Luxembourg fait valoir son expertise.

Paulette Lenert a en outre réaffirmé le rôle primordial de l'aide humanitaire dans un contexte de solidarité internationale. Afin de notamment assurer une bonne transition entre l'aide humanitaire et l'aide au développement, la ministre a annoncé vouloir davantage explorer des solutions innovantes dans le domaine, notamment en ce qui concerne la logistique, la technologie et les finances.

Une action internationale consolidée étant la clé pour affronter des problèmes avec des répercussions mondiales, la ministre a rappelé l'importance du multilatéralisme et notamment la coopération au sein de l'UE et de l'ONU. Ce n'est qu'à travers le multilatéralisme que le Luxembourg peut être visible et se positionner en tant que partenaire modeste, mais efficace et innovateur.

Paulette Lenert a mis un accent particulier sur les énergies renouvelables et sur l'innovation technologique, notamment digitale, comme vecteur essentiel permettant de rendre la coopération au développement plus efficace. Elle n'a en outre pas manqué de mentionner la transparence de l'aide et le besoin continu d'évaluation des procédures et a annoncé l'adhésion du Luxembourg à l'Initiative internationale pour la transparence de l'aide (IATI).

Jean Asselborn à la réunion ministérielle avec les pays du G5 Sahel (14.05.2019)
Communiqué par: ministère des Affaires étrangères et européennes

Le ministre des Affaires étrangères et européennes du Luxembourg, Jean Asselborn a participé à la réunion du Conseil «Affaires étrangères» rassemblant les ministres des Affaires étrangères et les ministres de la Défense de l'Union européenne avec leurs homologues des pays du G5 Sahel, qui s'est tenue le 14 mai 2019 à Bruxelles.
Face à la dégradation rapide et substantielle de la situation sécuritaire dans la région du Sahel, la réunion a permis aux ministres européens d'avoir un échange de vues approfondi avec leurs collègues du Burkina Faso, du Mali, de la Mauritanie, du Niger et du Tchad sur les derniers développements sur le terrain.
Plus d'un an après la conférence à haut niveau de Bruxelles sur le Sahel, qui s'est tenue en février 2018, l'objectif général de la réunion ministérielle entre les États membres de l'UE et du G5 Sahel a été de faire le bilan des efforts en cours et d'évoquer les mesures à prendre, en partenariat entre le G5 Sahel et l'Union européenne, pour rétablir une stabilité et une paix durable dans la région. Les activités de la force conjointe du G5 Sahel et l'appui fourni à cette force par l'UE et ses États membres ont été évoqués dans ce contexte.
Dans son intervention au Conseil, le ministre Asselborn a souligné que «seule une approche globale, intégrée et cohérente permettra de répondre aux multiples défis qui affectent la région» en ajoutant que «ces défis, avant d'être militaires, sont de nature politique et sociale».

Après avoir rappelé que le Sahel est une des régions prioritaires de la politique étrangère luxembourgeoise, et ce depuis plus de 30 ans, Jean Asselborn a mis en exergue que le Luxembourg «est déterminé à agir en faveur de la stabilité et de la paix dans la région, dans la durée, en suivant une approche des 3D, combinant les outils de la diplomatie, du développement et de la défense».
Le chef de la diplomatie luxembourgeoise a également rappelé que «la paix ne pourra être établie durablement que par un retour effectif des services de l'État sur l'ensemble des territoires, par une amélioration de la gouvernance, et dans le cadre d'un développement socio-économique porteur d'emplois et de perspectives d'avenir, notamment pour les femmes et pour les jeunes» , en ajoutant qu' «il faut promouvoir des dialogues nationaux et inclusifs avec toutes les parties des sociétés sahéliennes et encourager le rôle important des femmes dans les efforts de stabilisation et de pacification.»
Pour conclure, le ministre Asselborn a souligné qu'«il est essentiel de respecter les principes et les normes du droit international. Les violations, quelle que soit leur origine, doivent faire l'objet d'enquêtes diligentes et transparentes et aboutir à des procès justes et équitables». À cet égard, il a rappelé que le Luxembourg soutient la Commission d'enquête internationale sur les allégations d'abus et de violations graves du droit international des droits de l'homme et du droit international humanitaire commis au Mali.