Am éischte Semester vun dësem Joer sinn d'Faillitten zu Lëtzebuerg liicht geklommen. Et waren der 628.

Am Verglach mam Joer virdru sinn dat 2,78% méi. Dat huet Creditreform elo matgedeelt.

Hei dat offiziellt Schreiwes


Légère hausse au Luxembourg

Les entreprises de plus de cinq ans d’âge toujours très touchées / Les jeunes firmes s’en sortent beaucoup mieux / Changement de tendance en Europe Creditreform a analysé l’évolution des faillites au Luxembourg au cours du premier semestre 2019 et les a comparées à ceux de l’année précédente. Herbert Eberhard, administrateur délégué de Creditreform Luxembourg S.A., a souligné: «Avec une hausse de 2,78 %, à 628 faillites au 1er semestre 2019, le nombre des entreprises tombées en déconfiture est presque resté le même». Les résultats provisoires des autres pays européens montrent, spécialement en France, des chiffres en hausse. Chez nos voisins de la région de Trèves, on assiste même à une croissance de 15,79 %.  Dans les autres Länder allemands,  les chiffres stagnent avec une baisse de 0,4%, mais laissent présager un revirement de tendance.

Le nombre de faillites est passé au Luxembourg pendant la période de janvier à juin 2019 de 611 à 628 unités. Comparé à 2018, ceci représente une augmentation de 2,78 %. Le nombre de firmes âgées de plus de cinq ans a à nouveau crû  et est passé à 78,82 % contre 76,60 % l’année précédente.  La part des déconfitures d’entreprises ayant moins de cinq ans a baissé de 23,40% à 21,18%.

En analysant les faillites par tribunal d’arrondissement, on constate 555 échecs contre 545 en 2018 à Luxembourg, soit une progression de 1,83%. A Diekirch, il y a eu 73 procédures (66 en 2018). L’augmentation  s’élève ici à  10,61 %.

Les déconfitures par secteur économique ont également été analysées par Creditreform. Dans le secteur du bâtiment 29 entreprises ont failli, ce qui représente un chiffre identique à l’année dernière.

Le secteur des services est à nouveau le malheureux leader dans ce tableau avec 470 cas en 2019 (439 en 2018), soit une croissance de 7,06 %. L’industrie manufacturière a connu une faillite contre six en 2018, soit une baisse de 83,33 %. Le commerce avec 128 entreprises en échec est également bien représenté dans ces statistiques. En 2018, il y avait 137 déconfitures, soit une baisse de 6,57%.

Herbert Eberhard constate que cette année, il n’y a pas d’entreprise  très connue ayant eu de nombreux  salariés qui a subi ce grave échec. Ce sont surtout de petites firmes qui ont failli, selon lui.

Creditreform constate au niveau des formes juridiques des entreprises une hausse importante  des sociétés anonymes avec 270 déconfitures contre 232 l’année précédente, soit une progression de 16,38%.

Les sociétés à responsabilité limitée (s.àr.l.) ont connu une régression de 6,54% à 343 faillites, mais représentent toujours la quote-part la plus importante avec 55%.

«Le ralentissement économique, dont fait face l’Europe, va  aussi affecter le nombre de faillites au 2e semestre 2019. On devra s’attendre avec une augmentation du  nombre d’échec au cours de ce semestre», conclut Herbert Eberhard.

Niederanven, 10.07.2019