Zu Bréissel gouf e Méindeg en Accord diskutéiert, deen de Baueren no negativ Konsequenze wäert hunn.

D'Lëtzebuerger Bauereverbänn maache sech Suergen ëm dat sougenannte Mercosur-Ofkommes, iwwert dat e Méindeg zu Bréissel am Conseil vun der Landwirtschaft an der Fëscherei diskutéiert gouf. En Ofkommes, deen de Baueren no negativ Konsequenzen wäert hunn. De Landwirtschaftsminister Romain Schneider betount awer, datt et nach e laange Wee bis dohinner ass an een op enger ganzer Partie Punkten nach nobessere muss.

AUDIO: Kritik u Mercosur-Ofkommes/Reportage Claudia Kollwelter

D'Ofkommes tëscht der EU an de Mercosur-Staaten, dat si Brasilien, Paraguay, Uruguay an Argentinien, kënnt fir d'Lëtzebuerger Bauereverbänn aus e puer Grënn, esou wéi et de Moment festgehalen ass, net a Fro. D'Standarden a puncto Qualitéit, Hygiène mä och Sozialstandarde wiere mam Ofkommes net méi garantéiert, mengt de President vun der Bauerenzentral Marc Fisch.

Hei gëtt mat Länner en Ofkommes gemaach, wou beispillsweis Planzeschutzmëttel nach zougelooss sinn, déi hei an Europa schonn zu 75 Prozent verbuede sinn, a wou Wuesstemshormoner kënnen agesat ginn, wat och a ganz Europa verbueden ass.

De Marc Fisch fäert, datt d'Industrie heimat kloer virun d'Landwirtschaft gesat gëtt. Am meeschte Suerge mécht hie sech ëm d'Fleeschproduktioun, wou Europa eigentlech genuch produzéiert an net op Importer ugewisen ass.

Dat Fleesch ass en plus jo vun enger ganz anerer Qualitéit, gëtt mat ganz anere Methoden produzéiert a ka vill méi bëlleg produzéiert ginn, sou datt si kloer am Virdeel si vis-à-vis vun engem europäesche Produkt.

De Landwirtschaftsminister Romain Schneider ënnersträicht awer, datt déi Standarden, déi mir an der EU hunn, natierlech och mat esou engem Fräihandelsofkommes musse vu béide Säiten agehale ginn.

An dat wäert eppes sinn, wou mer ganz kloer wäerten drop pochen. Genee wéi mer am Mercusor-Ofkommes wäerten drop pochen, datt all déi Accorden aus dem Paräisser Ofkommes agehale ginn, respektiv och alles, wat de soziale Volet betrëfft, muss respektéiert sinn.

Et soll och elo eng Impaktetüd gemaach ginn, fir ze kucken, wat den Accord fir déi verschidde Secteuren heescht. Donieft betount de Romain Schneider, datt d'Texter vun der Kommissioun nach duerch déi verschidde Conseilen, duerch d'EU-Parlament an déi national Parlamenter goe muss an déi hiren Accord musse ginn.

Hei dat offiziellt Schreiwes:

Romain Schneider au Conseil « Agriculture et pêche » : Des sujets importants à l'ordre du jour, dont la réforme de la PAC, l'accord de libre-échange UE-Mercosur et la peste porcine africaine (15.7.2019)

Communiqué par: ministère de l'Agriculture, de la Viticulture et du Développement rural

Romain Schneider au Conseil « Agriculture et pêche » :
Des sujets importants à l'ordre du jour, dont la réforme de la PAC, l'accord de libre-échange UE-Mercosur et la peste porcine africaine (15.7.2019)

Le ministre de l'Agriculture, de la Viticulture et du Développement rural, Romain Schneider, a participé au Conseil des ministres « Agriculture et pêche » qui a eu lieu aujourd'hui, le 15 juillet 2019 à Bruxelles.

En guise d'introduction, la nouvelle présidence finlandaise a présenté ses priorités politiques dans le domaine de l'agriculture et de la pêche. Les travaux sur le paquet "réforme de la Politique Agricole Commune" seront poursuivis pour que la PAC modernisée puisse relever les défis que sont la sécurité alimentaire et la sécurité sanitaire des aliments, les changements climatiques et la protection de l'environnement.

Le Conseil devra progresser sur les trois propositions législatives suivantes: le règlement relatif aux plans stratégiques de la PAC, le règlement relatif à l'organisation commune de marché unique (OCM) et le règlement horizontal relatif au financement, à la gestion et au suivi de la PAC. Dans ce contexte, Romain Schneider a rappelé que « le budget alloué à la PAC devra être à la hauteur du niveau de notre ambition environnementale ! A Luxembourg, nous restons de l'avis que les mesures environnementales pluriannuelles optionnelles et flexibles sont les plus efficaces ! »

Assurer la durabilité de l'agriculture dans le cadre de l'accord de libre-échange UE-Mercosur !

Les ministres ont entendu les explications de la Commission européenne en ce qui concerne notamment le volet agricole de l'accord de libre-échange entre l'Union européenne et les pays du Mercosur. Cet accord politique de principe est le plus important du genre jamais négocié par l'UE car il crée un marché intégré de 780 millions de citoyens-consommateurs avec le Brésil, l'Argentine, l'Uruguay et le Paraguay et l'Union européenne.

Le ministre Romain Schneider a exprimé ses réserves quant au texte proposé : « Je vous fais aujourd'hui part de mes inquiétudes, et ceci pas uniquement dans le domaine agricole. Le principe de précaution, la durabilité et le respect de nos normes élevées de production nous tiennent à cœur ! Nous examinerons d'abord si nos lignes rouges n'ont pas été dépassées, dont notamment l'Accord de Paris sur le climat. Nous allons donc étudier attentivement les textes qui nous sont parvenus que très récemment. En plus nous attendons les résultats d'une étude d'impact pour évaluer les conséquences économiques, écologiques et sociales pour le secteur agricole. »

Bien-être animal : Luxembourg pour une limitation de la transports d'animaux de longue durée !

Les mois d'été et la canicule étant souvent synonymes de calvaire pour les animaux lors des transports, la question du bien-être animal a figuré au centre des débats. Le ministre Romain Schneider a insisté que le bien-être animal est une priorité absolue et une question d'éthique ! « Luxembourg demande une proposition législative afin de limiter la durée maximale autorisée du transport des animaux. Voilà pourquoi j'ai interdit les transports d'animaux de très longue durée au départ de Luxembourg, notamment vers la Turquie, pendant les mois d'été! »

Les ministres ont aussi reçu des informations sur l'état de la situation en ce qui concerne la peste porcine africaine. Le Grand-Duché n'étant pas touché par le virus, le ministre Romain Schneider a rappelé l'importance des mesures de prévention pour endiguer la dissémination du virus : « A Luxembourg, les mesures de prévention ont compris la construction d'une clôture pour empêcher la circulation des sangliers et la réduction de la population de sangliers. Bien sûr, les règles de biosécurité ont été respectées et la communication à l'égard du grand public, des chasseurs et des professionnels du transport a été renforcée. »

Enfin, Romain Schneider a souhaité bonne chance à la Présidence finlandaise dans la poursuite de la réforme de la PAC en offrant la coopération totale de la part d'une délégation luxembourgeoise « ouverte et prête à travailler de façon constructive ».