Den 3. Juli 2015 war et zu Senneng zu engem brutalen Iwwerfall op eng eeler Koppel komm.

Béid Persounen, déi zu dem Zäitpunkt 85 a 87 Joer al waren, goufen deemools uerg verwonnt. Zwee Fransousen, déi un dësem Iwwerfall bedeelegt waren, konnten e Mëttwoch zu Metz festgeholl ginn. Dat huet de Lëtzebuerger Parquet e Mëttwoch den Owend an engem Communiqué matgedeelt. Wéi et heescht, wier dëser Arrestatioun eng méintelaang Enquête tëscht de franséischen a Lëtzebuerger Autoritéiten virausgaangen.

Bei deenen zwou Persounen, déi festgeholl goufen, handelt et sech ëm ee Mann vun 29 Joer an deem säi Monni vu 57 Joer. Si goufe mat engem europäesche Mandat d'Arrêt gesicht. Deen eelere vun deenen Zwee war schonn hei zu Lëtzebuerg wéinst dësem Fall vun Homejacking zu 7 Joer Prisong veruerteelt ginn.

Wéini déi zwee Männer un de Grand-Duché ausgeliwwert ginn, kéint een zu dësem Zäitpunkt nach net soen, heescht et am Schreiwes vum Parquet. Si hate beim Iwwerfall op déi eeler Koppel Bijouen an Diamanten am Wäert vun net manner wéi 750.000 Euro geklaut. Zwee vun deenen dräi Täter konnten nom Iwwerfall am Juli 2015 ganz séier a Frankräich interpelléiert an un déi Lëtzebuerger Autoritéiten ausgeliwwert ginn. Ee vun hinne sëtzt schonn hei am Prisong.

Schreiwes vum Parquet général

Arrestation en France de deux hommes recherchés par les autorités luxembourgeoises (17.07.2019)

Après plusieurs mois d’investigations et en étroite coopération avec la Cellule recherche fugitifs de la Police judiciaire luxembourgeoise, la Brigade nationale de recherche des fugitifs (BNRF) de l’Office central de la lutte contre le crime organisé français (OCLCO) a pu arrêter le 17 juillet 2019 deux ressortissants français à Metz. Ils seront entendus demain par les autorités judiciaires françaises.

Les arrestations ont eu lieu dans le cadre d’un vol à l’aide de violences en date du 3 juillet 2015 au domicile d’un couple très âgé et lors duquel les victimes avaient été grièvement blessées.

Un des hommes arrêtés aujourd’hui avait été acquitté dans un premier temps de l’ensemble des infractions lui reprochées par un jugement du 16 février 2017 rendu par le tribunal d’arrondissement de Luxembourg, chambre criminelle. Suite à appel relevé par le Ministère public, la Cour d’appel, chambre criminelle, avait réformé le jugement de première instance et avait prononcé en date du 27 mars 2018 une peine de sept ans de réclusion. Un recours en cassation contre cet arrêt avait été rejeté le 28 mars 2019.  La deuxième personne est suspectée d’avoir été impliquée dans la même affaire mais elle n’avait à ce jour pas pu être arrêtée.

Des mandats d’arrêts européens avaient été décernés par les autorités judiciaires du Luxembourg.

A l’heure actuelle il est encore trop tôt pour savoir si, respectivement, quand les deux hommes seront remis par la France au Luxembourg.

Tout comme la Police grand-ducale, le Parquet général tient à souligner que la coopération au sein du réseau ENFAST (European Network Fugitive Active Search Teams) a à nouveau fonctionné de manière très efficace.