Jean-Asselborn op Visite beim Italieneschen Ausseminister Enzo Moavero Milanesi. Et war e Besuch bei Frënn.

Europa an d'Bezéiungen tëscht béide Länner waren d'Haaptsujeten, bei enger Aarbechtsvisitt vum Jean Asselborn an Italien.

Zesumme mat sengem italieneschen Homolog huet de Lëtzebuerger Ausseminister dobäi festgehalen, dass, trotz punktuelle politeschen Differenzen, Italien e wichtegen Handelspartner vum Grand-Duché bleift.

AUDIO: Asselborn an Italien / Reportage Eric Ewald

Ronn 10 Méint nom „Merde alors“-Incident mam italieneschen Inneminister Matteo Salvini waren d'Flüchtlingen awer natierlech och en Thema.

Mir hu vill Respekt virun den Italiener zu Lëtzebuerg. Deen Incident dee war, dat war eppes, wat net direkt Italien a Lëtzebuerg betrefft. Ma eigentlech eng Astellung, déi een Haut an Europa huet. Entweder zu engem Europa, wat op dat gemeinschaftlecht setzt, an een deem aneren hëlleft, oder en Europa, wou Leit mengen, et kéint jidderee fir sech goen, sou de Jean Asselborn.

Den italieneschen Inneminister hätt Problemer net nëmme mat Lëtzebuerg, mä d'Relatiounen tëscht béide Länner sinn net just d'Relatiounen tëscht dem Här Salvini an dem Jean Asselborn. Haut nach liewen 25.000 Italiener zu Lëtzebuerg an et gëtt eng staark Frëndschaft tëscht béide Länner.

De Jean Asselborn huet dann och betount, dass et vill Respekt virun den Italiener zu Lëtzebuerg gëtt an den Tëschefall vum September zejoert eng Astellung betrëfft, déi een zu Europa huet, entweder fir en Europa, wou een deem aneren hëlleft, oder en Europa, wou jidderee fir sech goe kann a seng eege Politik kann entwéckelen.

Op deem Punkt hätt säin Homolog Enzo Moavero Milanesi déiselwecht Vue. Wärend gutt annerhallwer Stonn hunn déi zwee Ausseminister iwwer Mëtteg zesummen diskutéiert. Déi Bi-Lateral Relatioune beschreift den italieneschen Ausseminister, deen als Riichter op der Europäescher Cour geschafft an zu Lëtzebuerg gelieft huet, als 'Solide', tëscht zwee Partner. Ënnerschriwwe gouf zu Roum en Accord, fir d'Relatiounen tëscht béide Staate weider ze verdéiwen. No eisen dräi Noperen, no Groussbritannien an Holland, ass Italien ee vun de wichtegsten Handels-Partner vu Lëtzebuerg. An engem Europa, dat den italieneschen Ausseminister anescht gesäit, wei d'Bild wat de Matteo Salvini hannerléiss.

Mir wëllen allen Zwee schaffen, un engem Europa, wat fonctionnéiert. En Europa wat virukënnt. En Europa wat integréiert an net ausenaner dividéiert.

Staatsfinanzen, déi aus dem Rudder lafen, Strukturreformen, déi net uschloen: Italien ass eent vun de Suergekanner an der EU. D'Stëmmung an d'Moral bei der Populatioun sinn net gutt. Do ass et fir de Koalitiounspartner vun der Lega Nord einfach, fir mam Fanger op Bréissel ze weisen an esou e Schëllegen ze sichen.

Asselborn reagéiert op Wiel vun Johnson

Vu Roum aus huet de Jean Asselborn awer och op d'Wiel vum Boris Johnson zum neie Chef vun de britesche Konservative reagéiert, wat bedeit, dass de fréiere Buergermeeschter vu London neie Premier gëtt. De Lëtzebuerger Ausseminister huet ervirgestrach, dass dee Choix fir de Boris Johnson d'Relatioune mat Europa net fundamental op d'Kopp geheie géif:

AUDIO: Asselborn iwwert Boris Johnson

De Jean Asselborn hofft, dass béid Säiten net op en „no deal“ zousteieren. Dat wär fatal fir Bréissel a London an dat sollt ee verhënneren, sou den Opruff vum Chef vun der Lëtzebuerger Diplomatie. Et sollt ee weider un engem Deal schaffen, wann och net zu alle Konditiounen. De Boris Johnson géif an deem Sënn elo eng Verantwortung droen.

De Communiqué

Visite de travail de Jean Asselborn en République italienne, le mardi 23 juillet 2019
Communiqué par: ministère des Affaires étrangères et européennes Sur invitation du ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale de la République italienne, Enzo Moavero Milanesi, le ministre des Affaires étrangères et européennes du Luxembourg, Jean Asselborn, a effectué une visite de travail à Rome, le mardi 23 juillet 2019.

Lors de leurs discussions à la Villa Madama à Rome, les deux ministres ont fait le point sur les relations bilatérales et se sont penchés sur les grands dossiers de l'actualité politique européenne et internationale. Au niveau bilatéral, les liens historiques d'amitié et de coopération entre les deux pays fondateurs de l'UE sont consolidés par la présence de la forte communauté italienne au Luxembourg. Dans ce contexte le ministre Asselborn a fait remarquer qu'«avec une forte présence historique au Grand-Duché d'Italo-Luxembourgeois et près de 22.500 ressortissants italiens au Luxembourg, la communauté italienne contribue significativement à l'enrichissement culturel de notre pays et à son essor économique».

Dans le cadre de leur rencontre, les ministres Asselborn et Milanesi ont notamment signé un protocole d'entente sur les consultations politiques entre l'Italie et le Luxembourg. Ce texte vise à établir des consultations structurées régulières entre les deux parties au niveau politique et administratif dans le but de développer et d'approfondir leur coopération au niveau bilatéral, européen et multilatéral. Dans ce contexte, le chef de la diplomatie luxembourgeoise a mis en exergue que «la signature aujourd'hui du protocole d'entente sur les consultations politiques nous permettra de renforcer à l'avenir nos relations traditionnellement excellentes et d'ouvrir de nouvelles perspectives de coopération».

Les ministres ont pu constater une large convergence de vues sur les principales questions européennes dont le prochain cycle institutionnel, le cadre financier pluriannuel, le processus d'élargissement de l'UE, la protection de l'État de droit au sein de l'UE et le retrait du Royaume-Uni de l'UE. Au lendemain de la réunion de travail informelle sur les migrations en Méditerranée centrale qui s'est tenue le lundi 22 juillet à Paris, ils ont également discuté du dossier migratoire et plus particulièrement de la situation en Libye. Les deux ministres se sont montrés inquiets des combats autour de Tripoli, qui ont également une répercussion directe sur les flux migratoires en Méditerranée centrale. Dans ce contexte, les ministres ont été unanimes à reconnaître qu'il n'y a pas d'alternative à la création de capacités suffisantes pour la réception des migrants, sous la responsabilité de l'ONU. Relatant sa visite en Libye en 2018, le ministre Asselborn a souligné que «toutes les parties doivent respecter le droit international humanitaire et permettre à l'Agence des Nations unies pour les réfugiés (HCR), ainsi qu'à l'Organisation internationale pour les migrations (OIM), de travailler sans restriction. Les bombardements de camps, tels que le centre de détention Tajoura à Tripoli le 2 juillet, sont inacceptables».

En outre, les ministres ont abordé les développements récents dans le détroit d'Ormuz où la situation reste très préoccupante selon les deux ministres.