Et wëll een domadder et de Leit méi einfach maachen, fir mat hirem Diplom an deene spezifesche Länner ze schaffen.

Präzis geet et an dësem Accord, wou elo eng Absichtserklärung ënnerschriwwe gouf, datt een d'Uni- an Héichschouldiplomer géigesäiteg géif unerkennen. Esou eng Conventioun gëtt et aktuell ebe schonn op der enger Säit tëscht der Belsch, Holland a Lëtzebuerg an op der anerer Säit tëscht Lettland, Estland a Litauen.

Am Traité ass och virgesinn, dat eventuell aner Länner oder Regiounen, déi sech dësem Accord wéilten uschléissen, dëst och méi einfach kéinte maachen.

De Communiqué

Les pays du Benelux et les États baltes souhaitent reconnaître mutuellement leurs diplômes (8/11/2019)
Communiqué par: ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche Bruxelles, le 8 novembre 2019| Sous présidence luxembourgeoise, les ministres compétents de l'Enseignement supérieur * des pays du Benelux et leurs homologues des États baltes (Estonie, Lettonie et Lituanie) ont signé une déclaration d'intention sur la reconnaissance automatique des niveaux des diplômes de l'enseignement supérieur. Les pays du Benelux et les États baltes reconnaissent déjà automatiquement les diplômes des autres États-membres au sein de leurs pays ou régions respectifs et jouent de ce fait un rôle de précurseur au sein de l'Union européenne. Par le biais de cette déclaration politique, les ministres souhaitent établir un pont entre les deux coopérations régionales afin de donner une impulsion à la création d'un espace européen de l'enseignement supérieur.

Reconnaissance automatique des diplômes et grades de l'enseignement supérieur

Les ministres compétents de l'Enseignement supérieur du Benelux ont décidé en 2015 d'introduire la reconnaissance mutuelle automatique des niveaux des grades de bachelier et de master et en 2018 d'ajouter les associate degrees et les doctorats à ce régime. Pour les pays du Benelux, cette reconnaissance constitue un aboutissement important du processus de Bologne. En 2018, les États baltes ont également signé entre eux une convention relative à la reconnaissance automatique des niveaux des diplômes et grades de l'enseignement supérieur.

Simplification administrative et stimulation de la mobilité

La reconnaissance automatique des niveaux des diplômes et grades implique que toute personne qui a obtenu un titre reconnu comme relevant de l'enseignement supérieur dans un des pays signataires est assurée que ce titre sera reconnu automatiquement dans les pays partenaires, sans procédure spécifique. Cette mesure facilite dès lors l'accès aux études et au marché de travail dans les autres pays. La reconnaissance automatique offre des avantages importants pour les étudiants, les établissements d'enseignement supérieur, le secteur privé et les autorités, tels que des gains de temps et d'argent, une sécurité juridique et une diminution des charges administratives.

Confiance

Cette déclaration témoigne de la confiance que les pays du Benelux et les États baltes ont dans les garanties et les contrôles de qualité des systèmes d'enseignement supérieur des autres États concernés.

Les pays prépareront à présent un traité multilatéral, offrant également la possibilité à d'autres pays ou régions d'y adhérer ultérieurement.
*
- Monsieur Claude Meisch, ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche (Luxembourg)
- Monsieur Ben Weyts, ministre de l'Enseignement (Communauté flamande)
- Madame Valérie Glatigny, ministre de l'Enseignement supérieur et de l'Enseignement de la Promotion sociale (Communauté française)
- Monsieur Harald Mollers, ministre de l'Education et de la recherche scientifique (Communauté germanophone)
- Madame Ingrid van Engelshoven, ministre de l'Education, de la Culture et des Sciences (Pays-Bas)
- Madame Mailis Reps, ministre de l'Enseignement et de la recherche (Estonie), représentée par : le secrétaire général Monsieur Mart Laidmets
- Madame Ilga Šuplinska, ministre de l'Enseignement et science (Lettonie)
- Monsieur Valdemaras Razumas, vice-ministre de l'Enseignement, des sciences et du sport (Lituanie)