Nodeems een am Ausland schonn op de nämmlechte Wee gaangen ass, wäert och zu Lëtzebuerg den Etat de Crise an nächster Zäit ausgeruff ginn.

Et ass eng aussergewéinlech Situatioun, sou wéi et se hei am Land nach ni gouf. Dat huet de Premierminister en Dënschdeg de Mëtteg an der Chamber deklaréiert. Dat hätt een no engem Gespréich mam Grand-Duc a mat den Institutiounen decidéiert.

AUDIO: Coronavirus als Sujet an der Chamber / Rep. Roy Grotz

"Mir haten de Moie Regierungsrot an nom Regierungsrot hunn ech gefrot, fir d'Institutiounen ze gesinn: de Staatsrot an d'Conférence des présidents. No engem Gespréich mam Grand-Duc kommen mer net derlaanscht, fir och exzeptionell Mesurë matzedeelen. Mir wäerten den Artikel 32.4 vun eiser Verfassung invoquéieren an den Etat de Crise zu Lëtzebuerg deklaréieren. Dat ass een absolut aussergewéinlecht Instrument. Een Instrument wat virgesinn ass, fir e Fall wei deen hei, wou mer Mesurë mussen huelen, fir déi Kris schnellstméiglech an de Grëff ze kréien. Mir schafen e kloren Kader am Aklang mat der Verfassung. Et ass definéiert, wat de Kader ass an et ass limitéiert op déi Mesuren, déi net iwwer déi normal legislativ Prozedur kënne geholl ginn.  A maximal 10 Deeg, nodeems mir dësen Text ugeholl hunn an de Staatsrot seng Zoustëmmung ginn huet, muss d'Chamber och den Text hei validéieren an déi gëllt fir eng maximal Zäit vun 3 Méint. D'Parlament kann dat zu all Ament réckgängeg maachen oder ënnerbriechen an et gëtt och eng parlamentaresch Kontroll, an déi ass wichteg. A mir hunn eis och engagéiert vis-à-vis vun den Deputéierten, dass, wa Mesurë geholl ginn, mir selbstverständlech d'Chamber och direkt informéieren."

Xavier Bettel rifft den Etat de Crise aus

De Staat an d'Institutioune fonctionéiere weiderhin. D'Grenze gi kontrolléiert, ma et gëtt keng Garantien, dass se net och nach zougemaach ginn.

Dat Allerwichtegst ass d'Verbreedung vum Virus ze verhënneren. Wann een net zesumme agéiert, da kréie mer Problemer, dat war den Haaptmessage vum Premier Xavier Bettel. Et gëllt déi Vulnerabelst maximal ze schützen.

Aktuell wier een nach net am Etat de Crise. D'Regierung schafft aktuell un engem Reglement mat Mesuren. Soubal dat fäerdeg ass, kënnt den Etat de Crise. Dat dierft net laang daueren. Duerno muss d'Chamber bannent 10 Deeg d'Reglement mat 2/3-Majoritéit an der Plenière unhuelen, fir et kënnen op 3 Méint ze verlängeren.

"Bleift doheem"

De Message vum Premier Minister Xavier Bettel en Dënschdeg e Mëtteg  an der Chamber war kloer. "Bleift doheem. Kee soziale Kontakt." Et wier elo net, fir sech Rendez-vous ze ginn, fir matenee spadséieren ze goen oder mateneen ze Picknicken, well d'Wieder sou lackeleg ass. Dat wär genee de Contraire vun deem, wat elo gefuerdert wier, sou de Premier.

Xavier Bettel, Extrait 1

D'Oppositioun an der Chamber ënnerstëtzt d'Regierung. Den Etat de Crise gëtt begréisst, mat vläicht Nuancen. Et war den Appell zur Unitéit, mä gläichzäiteg misst d'Chamber grad an Zäite vun Etat de Crise gutt kontrolléieren, wat d'Regierung mécht gëtt. Um Schluss vun den Deklaratiounen hat d'CSV-Fraktiounscheffin, d'Martine Hansen, nach eng Fro un de Premier. Wat bedeit et, bleift doheem?

De Xavier Bettel huet hei op d’franséisch Virschrëften higewisen a widderholl, dass  d'Ausname sinn: bei den Dokter goen wann et urgent ass, Liewensmëttel akafe goen, spadséieren, wann een et net zu puer mécht.

D'Stater Buergermeeschtesch Lydie Polfer huet donieft op Reglementer higewisen an deenen et ëm d'"Continuation de l'activité des infrastructures critiques" geet. Doriwwer eraus hunn d'Gemengen eege Pläng, fir déi wesentlech Servicer nach oprecht z'erhalen, wéi beispillsweis d'Waasserliwwerung.

Kuckt een d’Reglement an déi Punkten, déi d’Regierung e Sonndeg präziséiert huet, kann ee sou graff resuméieren: Stroum, Gas a Pëtrolsproduktioun, respektiv Liwwerung a Stockage mussen oprecht erhale ginn. Internet an aner Telecom- a Finanztransaktioune musse kënne goen. Spideeler a Laboe mussen natierlech funktionéieren, mä och d’Fleeg vun eeler Leit a Persoune mat engem Handicap. Den Approvisionnement vu Liewensmëttel an Drénkwaasser (mat all deem, wat dat mat sech bréngt) muss natierlech och garantéiert sinn, genee wéi den Traitement vum Offall. Den Transport dann (Strooss, Schinn a Flich) musse kënnen operéiert ginn, geféierlech chemesch Industrië mussen kënne weiderfueren an an der Administratioun mussen Defense, Justiz, Ordre Public a Rettungsdéngschter funktionéieren.

AUDIO: Clarifikatioun "Ausgangsspär" / Rep. François Aulner

Wat sinn d'Activités critiques?

1° le secteur de l'énergie comprend la production et la distribution d'électricité, le conditionnement et la distribution de gaz et le stockage et le commerce de pétrole ;
2° le secteur des technologies de l'information et de la communication s'étend d'un côté sur les domaines de la programmation informatique, de la gestion d'installations informatiques, du traitement de données, de l'hébergement de services d'information et des portails internet. Le volet de la communication couvre les télécommunications filaires, les télécommunications sans fil et les télécommunications par satellite ;
3° le secteur des finances inclut les activités de la banque centrale, ainsi que les infrastructures et les systèmes d'échange, de paiement et de règlement des instruments financiers ;
4° le secteur de la santé compte les activités hospitalières, ainsi que les laboratoires d'analyses médicales ;
5° le secteur de l'alimentation comprend l'approvisionnement alimentaire, la production alimentaire et la sécurité alimentaire ;
6° le secteur de l'eau englobe le captage, le traitement et la distribution de l'eau, la collecte et le traitement des eaux usées, ainsi que la collecte, le traitement et l'élimination des déchets ;
7° le secteur des transports se compose du transport terrestre (par route et ferroviaire), du transport par eau (maritime et fluvial), du transport aérien et des activités de poste et de courrier ;
8° le secteur de l'industrie chimique vise les infrastructures manipulant des substances dangereuses ;
9° l'administration publique vise notamment les services de prérogative publique, telle que la défense, la justice, les activités d'ordre public et de sécurité et les services de secours.

Xavier Bettel, Extrait 2

Fir alles, wat net essentiell ass: doheem bleiwen!

Zu de Strofe krute mer vum Staatsministere dëst matgedeelt: Infraktioune kënnen zu enger Amende féieren vu 500 Euro bis 10.000 Euro, mä et riskéiert een och Prisong vun engem Mount bis zwee Joer.

Ekonomesch Mesurë fir Firmen


All d'Chantiere solle iwwerdeems bis op Weideres zougemaach ginn.
D’ekonomesch Aktivitéit geet weider. Grondversuergung muss garantéiert bleiwen, mä d'Gesondheet steet iwwert dem wirtschaftlechen Interessi. Et géing een alles maache fir den Impakt sou kleng wéi méiglech ze halen. Lëtzebuerg hätt eng staark Wirtschaft an zolidd ëffentlech Finanzen. Zil ass et, dass d'Entreprisen sou gutt wéi méiglech duerch dës Kris kommen.

Pragmatesch a séier wëll d'Regierung de Firmen hëllefen, déi finanziell an d'Laberenten duerch d'Corona-Kris geroden: am Ministerrot gouf de Gesetzesprojet vu finanziellen Hëllefe fir kleng a mëttel Firmen op grouss Entreprisen a liberal Beruffer erweidert. Den entspriechende Plaffong vun de remboursablen Avancë gouf pro Firma vun 200.000 Euro op eng hallef Millioun eropgesat.

D'Firme kréien och zousätzlech Delaien, fir Steieren an sozial Cotisatiounen ze bezuelen. Op einfach Demande beim Enregistrement hin, kënnen d'Avancë vum 1. an 2. Trimester annuléiert ginn. 20.000 kleng a mëttelstänneg Betriber sollen iwwerdeem nach dës Woch hiren TVA-Iwwerschoss zeréckbezuelt kréien, wann dësen ënner 10.000 Euro läit.

Den Delai fir d'Steiererklärung eranzeginn, gëtt op den 30. Juni geréckelt.

Communiquéen: Hëllef fir Entreprisen an Zäite vum Coronavirus

Renforcement du soutien aux entreprises touchées par le coronavirus COVID-19 (17.3.2020)

Communiqué par: ministère de l'Économie

Le gouvernement luxembourgeois a décidé de renforcer le soutien aux entreprises touchées par les conséquences financières associées à la pandémie liée au coronavirus COVID-19. Il a approuvé aujourd'hui des amendements qui visent notamment à étendre le champ d'application du projet de loi relative à la mise en place d'un régime d'aides qui a été présenté la semaine dernière par le ministre des Classes moyennes et le ministre du Tourisme Lex Delles ainsi que par le ministre de l'Économie Franz Fayot, aux grandes entreprises et aux professions libérales. De plus, le montant maximal de l'aide qui, rappelons-le, prend la forme d'une avance remboursable en faveur des entreprises se trouvant en difficulté financière temporaire, a été relevé de 200.000 à 500.000 euros par entreprise unique (groupe).

Le mode de calcul des coûts admissibles a également été revu dans un souci de simplification administrative. Le texte amendé retient comme coûts admissibles les frais de personnel et les charges de loyer de l'entreprise, ces dernières étant plafonnées à 10.000 euros mensuels par entreprise unique. Le texte assimile aux frais de personnel les revenus provenant de l'exercice d'une activité professionnelle exercée en tant qu'indépendant sous condition que la personne concernée soit affiliée en tant que tel suivant les dispositions du Code de la sécurité sociale, ces frais étant plafonnés à un montant équivalent à 2,5 fois le salaire social minimum. Il a finalement été précisé que le remboursement de l'aide ne doit commencer que 12 mois au plus tôt après le premier paiement de l'avance remboursable.

Ce projet de loi complète les instruments d'aides déjà existant qui s'appliquent aussi dans de tels cas de figure, comme p.ex. le chômage partiel.

Mesures fiscales de soutien aux entreprises et indépendants face à la pandémie du Covid-19 (17/03/2020)

Communiqué par: Ministère des Finances

Face à la crise liée à la propagation du Covid-19, le Gouvernement a décidé de mettre en œuvre plusieurs mesures fiscales en faveur des personnes morales et des personnes physiques. L'objectif principal de ces mesures est de pallier aux besoins de financement et de liquidités des entreprises et des indépendants qui sont fortement impactés par les restrictions économiques actuelles.

Au niveau des impôts directs, des facilités en matière d'avances d'impôt ainsi que des délais de paiement seront accordés aux entreprises et indépendants. Plus précisément, les personnes morales et les personnes physiques exerçant une activité générant un bénéfice commercial, un bénéfice agricole et forestier ou un bénéfice provenant de l'exercice d'une profession libérale, qui rencontrent des problèmes de liquidités en raison de la pandémie Covid-19 peuvent faire une simple demande d'annulation des avances en matière d'impôt pour les 2 premiers trimestres de 2020. Sont visés par cette mesure l'impôt sur le revenu (des collectivités) et l'impôt commercial communal.
Par ailleurs, ces mêmes personnes peuvent solliciter, pour les impôts venant à échéance après le 29 février 2020, un délai de paiement de quatre mois. Ce délai de paiement n'entraînera pas des intérêts de retards et concerne l'impôt sur le revenu (des collectivités), l'impôt commercial communal et l'impôt sur la fortune.

Pour bénéficier de ces deux mesures précitées, il suffit d'envoyer à l'Administration des contributions directes les formulaires respectifs, qui sont désormais disponibles sur l'adresse suivante : https://impotsdirects.public.lu/. La demande est d'office acceptée dès réception par l'administration. La date limite pour la remise des déclarations d'impôt est reportée au 30 juin. Cette décision est applicable aussi bien pour les personnes morales que pour les personnes physiques. Le délai pour remettre, pour révoquer ou modifier une demande d'imposition individuelle est reporté à cette même date.

Au niveau des impôts indirects, l'Administration de l'enregistrement, des domaines et de la TVA remboursera dès cette semaine tous les soldes créditeurs TVA en dessous de 10.000 euros. Il s'agit d'une mesure qui permettra de subvenir aux besoins de liquidités d'environ 20.000 entreprises établies au Grand-Duché.

Opstocke vu medezineschem Material

Genee sou däitlech an determinéiert wéi de Staatsminister a puncto finanziell Ënnerstëtzung vu Firme war d'Gesondheetsministesch Paulette Lenert, déi annoncéiert huet, datt vun e Mëttwoch de Moien 10 Auer un d'Maisons médicales sollen opgestockt fonctionéieren, dat mat engem kloeren Zil, fir systematesch ze testen an de Flux vu Patienten ze trennen a kloer Diagnosen ze stellen.

Bis ewell goufen eng 1.500 esou Tester duerchgefouert. Well een eréischt am Ufank vun der Pandemie steet, ginn d'medezinesch Strukturen eropgefuer, dëst um Nivo vun den Urgencen, wou bannent de nächsten Deeg dierft d'Zuel vu Patienten konsequent klammen.

Fir de medzineschen Traitement vu méi einfache Soine ginn entspriechend Zentren zu Kolpech an zu Munneref am Thermalbad geschaaft.

D'medezinescht Material gëtt déi nächst Deeg vun Zaldote verdeelt, den entspriechende Stock gëtt och vun der Arméi iwwerwaacht. D'Télé-Consultatioune vun den Dokteren, also d'virtuell Salles d'attente, sollen de Prinzip ginn. De Corona-Krise-Management leeft also, den hashtag #bleiftdoheem gëllt, d'Leit am Land solle keng Angscht hunn, mä sech bewosst ginn, datt d'Situatioun eescht ass, d'Zäit leeft, sech d'positiv Fäll heefen an et lo op d'Behuele vun all Eenzelnen ukënnt.

Dës Chamber-Séance war bis op Weideres déi läscht déi offiziell um Agenda ass, d'Deputéiert mussen natierlech direkt dann beieneen kommen, wann et gëllt legislativ Noutstands-Mesuren ze stëmmen.

Gesondheetsmaterial gouf geklaut

"Et wär schlëmm fir dat ze soen, ma immens vill Gesondheetsmaterial géing geklaut ginn, drop an derwidder. Dofir géingen déi nei Liwwerungen elo vun der Arméi bewaacht ginn", sou d'Gesondheetsministesch Paulette Lenert.

Paulette Lenert, Extrait 1

Reaktiounen

D’CSV huet begréisst, datt de Staatsminister den Etat de Crise ausgeruff huet. D’grouss Oppositiounspartei huet och zur Unitéit a Solidaritéit opgeruff, mä sech och ugebueden, fir konstruktiv matzeschaffen.

D’Fraktiounscheffin Martine Hansen huet no Detailer gefrot iwwer d’Mesuren, fir datt Leit net méi erausginn wann et net noutwendeg ass.

"Fir eis ass et definitiv sécher. Mir brauchen eng u sech zimmlech strikt Ausgangsspär, net fir d'Leit ze schikanéieren, mä fir hinnen ze hëllefen. A mir musse resolut agéieren. Och bis hin zu engem Shutdown, wann et da muss sinn. An natierlech mat eisen Noperen, net zögerlech, mä entschlossen. Mir kënnen als Lëtzebuerg net als Insel funktionéieren an dës Kris muss definitiv groussregional gekuckt ginn an et muss groussregional zesummen agéiert ginn."

D'Martine Hansen

D’CSV-Fraktiounscheffin Martine Hansen huet och betount, fir si dierf kee Betrib wéinst der Corona-Kris Faillite maachen.

Schreiwes vum Ministère

Déclaration du Premier ministre à la Chambre des députés (17.03.2020) : Restez à la maison !
Communiqué par: ministère d'État


« Restez à la maison ! »

En ce jour, le Premier ministre, ministre d’État, Xavier Bettel, a fait une déclaration à la Chambre des députés sur les mesures du gouvernement face au COVID-19. S’est suive une déclaration de la Ministre de la Santé, Paulette Lenert.

« Nous nous trouvons dans une situation exceptionnelle et extraordinaire. Une situation que nous n’avons jamais eue au Luxembourg. Le plus important – et je me répète – est de freiner et limiter la propagation du virus. Nous luttons contre ce virus et devons surtout protéger les plus vulnérables de notre société. Nous avons tous cette responsabilité. », a déclaré le Premier ministre lors de son intervention devant la Chambre des députés.

Avant de donner plus de détails sur les différentes mesures, le Premier ministre a tenu à exprimer un message très clair à la population : « Restez à la maison ! C’est le principe primordial qui doit guider notre quotidien. Restez un maximum chez vous à la maison. Nous devons réduire les contacts sociaux à ce qui est strictement nécessaire. ».

Le gouvernement souligne ainsi la nécessité absolue de respecter les mesures qui ont été a adoptées pour freiner la propagation du virus COVID-19 dans la population.

La circulation sur la voie publique est strictement limitée aux activités suivantes:

  • déplacement vers les structures de santé en cas d’urgence et pour des interventions qui ne peuvent être reportées,
  • achat de denrées alimentaires, de produits pharmaceutiques et de produits de première nécessité,
  • déplacement vers le lieu de travail si d’autres mesures comme le télétravail ne sont pas possible,
  • assistance et soins aux personnes âgées et dépendantes, aux personnes handicapées ou aux personnes particulièrement vulnérables,
  • en raison d'un cas de force majeure ou d'une situation de nécessité,

Il est permis de sortir en plein air sous la stricte condition d’éviter des contacts sociaux et de respecter les consignes de précautions et le gestes barrières. Finalement, il a été décidé que toutes les aires de recréations restent fermées jusqu’à nouvel ordre.

Déclaration de l’état de crise

Après une séance extraordinaire du Conseil de gouvernement extraordinaire ce matin (17.03.2020), le Premier ministre et les Vice-Premier ministres ont eu un échange de vues avec la Conférence des Présidents de la Chambre des députés et le Bureau du Conseil d’État. En concertation étroite avec tous les partenaires institutionnels et avec l’accord du Grand-Duc, il a été décidé de préparer la déclaration de l’état de crise suivant l’article 32, paragraphe 4, de la Constitution.

Ainsi, le Premier ministre, ministre d’État, Xavier Bettel, a annoncé son intention de déclarer l’état de crise sur le territoire national. Il est prévu de soumettre un projet de règlement grand-ducal déclarant l’état de crise et prévoyant des mesures urgentes au Conseil de gouvernement en date du 18 mars.

La déclaration de l’état de crise est une décision extraordinaire qui a pour but de donner au gouvernement la possibilité de mettre en place des mesures urgentes pour faire face à cette crise. De cette manière, un cadre réglementaire et juridique clair est défini en accord avec la constitution Luxembourgeoise : le champ d’action couvert par cet article se limite aux mesures qui ne peuvent être prises en temps utile via la procédure législative normale. La Chambre peut à tout moment suspendre ou révoquer l’état de crise : le contrôle parlementaire est ainsi pleinement garanti.

Cellule de crise interne au ministère de la Santé, maisons médicales et téléconsultations

Durant sa déclaration devant la Chambre, la ministre de Santé, Paulette Lenert, a déclaré que le ministère de la santé est passé au stade supérieur de ses travaux de préparation et de planification, afin d’anticiper au mieux l’évolution de la crise et les mesures à prendre. Une cellule de crise interne au ministère de la santé a été mise en place.

L’accent est mis sur le recensement des besoins des hôpitaux tant en ce qui concerne le personnel que le matériel. Les capacités des hôpitaux doivent être augmentées. De même, de nombreuses commandes d’équipement médical et de matériel de protection ont été introduites. Dès qu’elles auront abouti, la stratégie de distribution pourra être déployée. La ministre tenait assurer la population et les professionnels du secteur : « Tous les professionnels de la santé concernés seront approvisionnés en matériel de protection adéquat ».

De plus, la ministre a annoncé qu’à partir de demain 10h00, les trois maisons médicales pourront accueillir les patients souffrant d’infections respiratoires. L’objectif est de séparer les flux et d’améliorer le tri ainsi que le diagnostic des patients infectés. Des options dans la région EST sont actuellement en train d’être analysées.

Finalement, Paulette Lenert a rappelé que la téléconsultation médicale est bien en place. Cela ne signifie pas que les cabinets médicaux seront dorénavant fermés, ils opéreront selon un autre mode de fonctionnement, pour mieux protéger la santé des patients.

Nouvelles mesures décidées par le Conseil de Gouvernement du 17 mars

« Le gouvernement n’abandonnera personne. Nous ferons tout ce que nous pouvons pour amortir l’impact et de surmonter cette crise aussi sur le plan économique. La portée du COVID-19 sur nos marchés sera importante – mais la protection de la santé et de la vie prime sur les intérêts économiques., » a déclaré le Premier ministre à cet égard devant la Chambre de députés.

Ainsi, le gouvernement a mis en place une série de mesure afin d’assouplir l’impact financier et économique pour les entreprises et les acteurs de notre économie.

Ainsi les entreprises et indépendants qui rencontrent des problèmes de liquidités, peuvent faire une demande d’annulation des avances trimestrielles payables pour les deux premiers trimestres de 2020. Ils peuvent également demander un délai de paiement de quatre mois pour les impôts venant à échéance après le 29 février 2020. De plus, la TVA remboursera dès cette semaine tous les soldes créditeurs TVA en dessous de 10.000 euros. Plus d’informations à l’égard de ces mesures seront communiquées par le Ministère des finances.

Lors du Conseil de gouvernement, une modification de la loi régissant les artistes professionnels et les intermittents a été arrêté. Plus d’informations ont été communiqués par le Ministère de la culture.

Le gouvernement a décidé de renforcer le soutien aux entreprises touchées par les conséquences financières associées à la pandémie liée au coronavirus COVID-19 en étendant le champ d’application du projet de loi aux grandes entreprises et aux professions libérales. Plus amples informations ont été communiquées par le ministère de l’économie.

Les échanges avec entre le ministre des classes moyennes et La Grande distribution et Lëtzshop se poursuivent afin de pouvoir mettre en place un système de livraison aux personnes vulnérables avant la fin de la semaine. Plus d’informations suivront à ce moment.

L’activité économique générale ne sera pas discontinue, car il est essentiel que notre chaîne d’approvisionnement soit être maintenue. Cependant, il a été décidé que les chantiers doivent être fermés. Il est à noter que les métiers de l’artisanat peuvent continuer leurs activités, sous réserve qu’ils n’accueillent pas de public et qu’ils ne se rendent pas sur des chantiers.