Et wär méi effizient, d'physesch a sozial Kontakter ze limitéieren, sou wéi mir dat maachen, anstatt Grenzen zouzemaachen, sou nach den Ausseminister.

Pressekonferenz Jean Asselborn / Rep. Eric Ewald

Kuerz virum 25. Gebuertsdag vun den oppene Grenzen an Europa, spréch vum Schengen-Raum, gëtt et a 15 vun de 26 Länner, déi do matmaachen, Kontrollen op de Grenzen oder sinn déi ganz zou: Dat huet den Ausseminister e Méindeg am Nomëtten op engem Point-presse zum Coronavirus ervirgehuewen.

Jean Asselborn am RTL-Interview
De Lëtzebuerger Ausseminister huet sech um Méindeg ënnert anerem zu der aktueller Corona-Kris an den deels zouene Grenze geäussert.

Dass dee "grousse Virdeel Schengen" vum net-ugehale-ginn agegrenzt ass, mécht de Jean Asselborn betraff. D'EU hätt schonn an der Migratiounsfro Schwieregkeete gehat, an elo wär een an dëser Situatioun.

Europa géif op der ganzer Welt fir de Schengen-Raum beneit ginn, sou de Chef vun der Lëtzebuerger Diplomatie, deen an deem Kontext 3 Froe gestallt an an engems d'Äntwerten dorop ginn huet: „Gëtt duerch d'Zoumaache vu Grenzen de Virus, d'Ausbreedung agedämmt? Ass dat alles am Aklang mat den EU-Gesetzer? An ass dat keng Diskriminéierung tëscht de Bierger vu verschiddene Länner? An op déi 3 Froe muss een äntweren: Et ass keng Andämmung méiglech doduerch, dass een d'Grenzen zoumécht, et ass géint d'europäesch Gesetzgebung an et kënnt och zu enger Diskriminéierung tëscht den europäesche Bierger vu verschiddene Länner!“

Virologe géife soen, dass Grenzkontrolle keng grouss Wierkung hunn, soudass et méi effizient wär, wéi Lëtzebuerg et mécht, fir d'physesch a sozial Kontakter ze limitéieren. D'EU misst dann och alles dofir maachen, dass all d'Grenzen tëscht de Memberlänner nees opginn.

De Jean Asselborn huet erkläert, a senge 15 Joer als Ausseminister nach ni eng Videokonferenz gehat ze hunn: „Déi Digitaliséierung vun der Aussepolitik, mengen ech, däerf net d'Reegel ginn, well de System ass kal, en ass onperséinlech, an et ass keng Alternativ, an normalen Zäiten, fir Aussepolitik ze maachen!“

Et wär een awer net an normalen Zäiten, sot den Ausseminister, woubäi e Méindeg de Moie just den Telefon gaange wär, awer net de Video.

An dëser Kris géif et awer och zum Beispill d'positiv Zeeche ginn, dass de Grand-Duché an Däitschland dem franséische Grand Est hëllefen: „Wann heiansdo déi institutionell Solidaritéit wierklech ënnerbrach gëtt, dann ass awer um mënschleche Plang, an Europa, selbstverständlech déi grouss Solidaritéit nach ëmmer do!“

De Moment sinn op alle Kontinenter eng 300 Lëtzebuerger ënnerwee. An deem Sënn goung en Appell un all d'Länner, fir hir Flughäfen opzeloossen. Fir Lëtzebuerger a Leit aus dem Schengen-Raum heemzebréngen, géif iwwregens e Luxair-Vol op de Cap Vert goen.

Nieft dem Coronavirus war ënnert den EU-Ausseministeren awer och dat 10. Joer vum Krich a Syrien e Sujet: „10 Joer, dat ass duebel sou laang wéi den Zweete Weltkrich gedauert huet. Mir liewen de Moment hei an enger Situatioun, déi mer jo net sou gewinnt sinn, déi aussergewéinlech ass, mä et kann ee sech virstellen, a wat fir enger Situatioun, dass d'Leit a Syrien liewen, vill, vill, vill méi schlëmm nach. D'Angscht, d'Bommen, déi nach ëmmer falen, an dofir hoffe mer, dass mer als Europäesch Unioun déi 4. Bréissel-Konferenz kënne maachen, v.a. iwwert d'Aide humanitaire!“

Extrait Jean Asselborn

Déi u sech Enn Juni virgesi war an op där d'EU eng wichteg Roll ze spillen hätt, als gréissten Donateur vu sou humanitärer Hëllef, wéi de Jean Asselborn ervirgestrach huet. De Grand-Duché géif iwwregens 7,5 Milliounen € d'Joer fir Syrien ginn.

Schreiwes vum Ausseministère

Jean Asselborn a participé au Conseil des Affaires étrangères de l'Union européenne, le 23 mars 2020
Communiqué par: ministère des Affaires étrangères et européennes

Le ministre des Affaires étrangères et européennes du Luxembourg, Jean Asselborn, a participé au Conseil des Affaires étrangères de l'Union européenne, le lundi 23 mars 2020. Etant donné qu'il s'est déroulé par vidéoconférence, le Conseil n'a pris aucune décision formelle, mais la discussion des ministres a été significative au regard de la crise liée à la pandémie de COVID-19.

Les chefs de la diplomatie des États membres de l'Union européenne ont entamé la session par une discussion sur les sujets d'actualité internationale, notamment l'état des relations entre l'UE et la Turquie et la situation en Syrie, où la catastrophe humanitaire à Idlib continue de s'aggraver. Le maintien de l'aide humanitaire transfrontalière en direction de la Syrie est d'autant plus impératif dans ces conditions.
Par la suite, les ministres ont eu un échange de vues approfondi sur la réponse internationale à la pandémie de COVID-19. Ils ont évoqué en particulier l'assistance consulaire aux citoyens de l'UE et les moyens de coordonner les efforts en vue de faciliter le rapatriement des citoyens européens bloqués dans des pays tiers. Ils ont aussi examiné les mesures qui peuvent être prises pour renforcer la coopération entre partenaires européens, et se sont penchés sur la coopération au niveau multilatéral pour endiguer la pandémie de COVID-19.

S'agissant des contrôles aux frontières intérieures de l'Union européenne, le ministre Asselborn a rappelé que « toute mesure introduite aux frontières intérieures de l'UE doit permettre le transit sans entrave des travailleurs frontaliers, des citoyens rapatriés, des fournitures médicales essentielles et des biens de première nécessité ».

Dans ce contexte, Jean Asselborn a souligné que le flux transfrontalier des travailleurs et des marchandises est vital pour le Luxembourg et de nombreux autres États membres de l'Union européenne, en particulier pour le secteur de la santé et le transport des biens essentiels.

Le chef de la diplomatie luxembourgeoise a lancé un appel pour que l'on veille au niveau de l'UE à ce que les citoyens européens, titulaires d'une carte européenne d'assurance maladie, qui résident ou voyagent dans un autre pays de l'UE, aient accès aux mêmes options de soins de santé que les ressortissants de ce pays, comme le garantit le droit communautaire : « toute différentiation dans ce domaine entre ressortissants nationaux et citoyens de l'UE serait contraire au droit européen ».

Le ministre Asselborn a informé ses collègues que le Luxembourg apporte un soutien bilatéral à la France, en acceptant des patients français de la région voisine du Grand-Est, très affectée par le virus COVID-19. Le transfert des patients s'effectue par ambulance aérienne luxembourgeoise, de Mulhouse vers les hôpitaux à Luxembourg, où les patients sont placés en soins intensifs. « En tant qu'Européens, nous sommes plus forts ensemble et nous devons nous aider les uns les autres » a fait remarquer Jean Asselborn.

Concernant l'assistance consulaire aux citoyens de l'UE dans les pays tiers, le ministre Asselborn a encouragé le Haut Représentant Josep Borrell et le Service européen pour l'action extérieure à jouer leur rôle, y compris par l'intermédiaire des délégations de l'UE, afin de contribuer efficacement à la coordination du rapatriement des citoyens de l'UE, et ce en toute sécurité. Jean Asselborn a remercié les partenaires européens pour l'assistance qu'ils ont prêtée aux citoyens luxembourgeois et il a fait part de la disponibilité du Luxembourg à faire de même. Le ministre Asselborn a illustré son propos en mentionnant le vol qui est en train d'être organisé par le Ministère des Affaires étrangères et européennes avec la compagnie Luxair, dans le cadre du mécanisme européen de protection civile, en vue de rapatrier des ressortissants et résidents du Luxembourg, de l'Union européenne et des pays associés de la zone Schengen du Cabo Verde vers le Luxembourg. A l'heure actuelle, il y a encore environ 300 ressortissants et résidents du Luxembourg dans quelque 70 pays auxquels le Ministère des Affaires étrangères et européennes et les Ambassades du Luxembourg à l'étranger prêtent assistance en vue de leur retour.

Regrettant que les mesures restrictives introduites par certains États membres aux frontières intérieures risquent d'avoir un impact négatif sur le fonctionnement de l'UE, du marché unique et de l'espace Schengen, le ministre Asselborn a réitéré que « nous avons besoin d'une approche politique coordonnée, et nous disposons des institutions et des outils nécessaires pour la mettre en pratique ». Le chef de la diplomatie luxembourgeoise a rappelé que « Schengen et le marché unique font partie des principales réalisations de 60 années d'intégration européenne ». Il a conclu en insistant sur la nécessité de préserver l'acquis européen : « Aussi difficile que cela puisse paraître à l'heure actuelle, nous surmonterons la crise liée à la pandémie de COVID-19. L'UE devra être pleinement fonctionnelle quand il s'agira de nous relancer après la crise ».