Téléconsultatiounen, Centres de soins avancés an de Projet Discovery waren d'Haaptsujeten op der Pressekonferenz vun der Santésministesch mat Experten.

Zanter en Donneschdeg de Moien ass eng Plattform fir Téléconsultatioune vun der Gesondheetskeess, der CNS, operationell. Dat gouf op der Pressekonferenz vun der Gesondheetsministesch Paulette Lenert zesumme mat Experten en Donneschdeg matgedeelt.

Patiente kënne sech hei per Video mat hirem Dokter a Kontakt setzen, an net just iwwert Telefon. "Et ass ganz wichteg, datt d’Patienten déi Plattform benotzen, fir d'Sécherheet vun deene Consultatiounen z'assuréieren", sot de Christian Oberlé, Direkter vun der CNS.

Wat d'Verrechnung vun dësen Téléconsultatiounen ugeet, déi wieren d'selwecht, wéi wa se géingen an der Praxis eng Consultatioun maachen. Eeler Leit kënne weider Kontakt iwwer Telefon mat hirem Dokter huelen, deen da kann dofir suergen, datt déi néideg Ordonnancen an Dokumenter un de Patient kommen.

Centres de soins avancés

Zu de Centres de soins avancés war et d’Erklärung vum Pierre Hertz, de Coordinateur vun den Zentren fir de Gesondheetsministère, datt souwuel Leit mat Verdacht op de Covid-19-Virus sech kënnen do presentéieren, wéi och Leit mat ganz anere Problemer, déi näischt mam Virus ze dinn hunn. Allerdéngs géinge ganz streng Sécherheetsreegele gëllen an et géing en Tri gemaach ginn.

Bis e Mëttwoch waren 219 Leit an de Centres de soins avancés an de Foireshalen, an der Rockhal an an der Däichhal gezielt ginn. En Donneschdeg de Moien koumen der nach 75 dobäi.

Projet Discovery

Zum Projet Discovery war et ënnert anerem d’Deklaratioun vum Direkter vum CHL, den Dr Romain Nati, datt d’Resultater réischt méi spéit op ee Coup bekannt ginn.

Projet Discovery
Zum Projet Discovery war et ënnert anerem d’Deklaratioun vum Direkter vum CHL, den Dr Romain Nati, datt d’Resultater réischt méi spéit op ee Coup bekannt ginn.

Anti-Kierper-Test

Am Zesummenhang mat der Corona-Pandemie geet den Ament vill rieds vun Anti-Kierper-Testen, duerch déi kéint festgestallt ginn, ob eng Persoun de Coronavirus schonn hat. Wat bréngen esou Tester? Mir hunn nogefrot beim Dr. Serge Meyer, Coordinateur vun der Cellule de Crise vum CHEM.

"Et ass vläicht interessant ze gesinn, datt e ganz groussen Deel vun eiser Bevëlkerung déi Krankheet maachen, ouni dass se et mierken. Dat wier jo interessant, dat wier och ganz encourageant, well dat géif heeschen, datt mer iergendwann eng Kéier genuch Leit infizéiert hätten, datt d'Krankheet net méi géif weider goen, wat een e virologesche Firewall nennt. Déi Tester sinn net do, ech weess net, wéini se kommen, an déi bréngen eis elo hei am Akuten näischt."

Extrait Serge Meyer

Stand en Donneschdeg de Mëtteg ware ronn 40 Covid-19-Patienten am CHEM zu Esch, esou nach de Serge Meyer, et hätt ee méi Männer wéi Fraen, aus verschiddenen Altersgruppen.

Zänndokteren zu Lëtzebuerg

Déi normal Praxisse vun den Zänndokteren hunn alleguer mussen zoumaachen, sou de Carlo Ahlborn. Dofir gouf elo e Rotatiounssystem an d'Liewe geruff, wou ëmmer 3 Praxissen am Land ophunn. Eng am Norden, eng am Zentrum an eng am Süden. Do sinn da jeeweils 2 Doktere present an et gi just Urgencë behandelt. Via d'Hotline 8002 8080 gëtt ee gewuer, wéi eng Praxissen Déngscht hunn.

Schreiwes vum Gouvernement

Covid-19: Research Luxembourg se mobilise (26.03.2020)
Communiqué par: Research Luxembourg / ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche Mise à disposition de matériel et de spécialistes, soutien du personnel hospitalier, études scientifiques

Face au défi que constitue le Covid-19, Research Luxembourg, une initiative commune des principaux acteurs de la recherche publique luxembourgeoise, mobilise son savoir et ses capacités humaines et matérielles. Une task force a été créée afin d'offrir au système de santé toute l'expertise réunie dont dispose le secteur de la recherche publique luxembourgeoise (LIH, LISER, LIST, LNS, Université, FNR, sous la coordination du ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche).

Les missions de ce groupe de travail consistent à:

Coordonner le soutien de la communauté nationale de recherche aux acteurs de soins de santé et au gouvernement afin d'endiguer la pandémie actuelle de Covid-19;
Aider à identifier et à centraliser les activités prioritaires, en s'appuyant sur l'expertise intersectorielle en biologie moléculaire, en épidémiologie, en essais cliniques et en recherche biomédicale;
Être le point de contact entre l'écosystème national de la recherche, la communauté clinique et les autorités.

Il convient de souligner trois grands axes que la task force poursuivra:

Une étude de prévalence, permettant d'évaluer l'ampleur de la propagation du virus et le nombre de personnes asymptomatiques;
Une étude de stratification, dans laquelle les chercheurs tentent d'identifier les facteurs de risque qui contribuent à la progression négative de la maladie;
Des études statistiques sur l'évolution, l'impact et la propagation de la pandémie de Covid-19 permettant de faire des simulations et projections à court et moyen termes et de faciliter ainsi la prise de décision sur les restrictions à mettre en place ou à lever.

Des actions très concrètes ont déjà été mises en place. Ainsi, les institutions de recherche ont mis à disposition du secteur de santé des équipements et le personnel spécialisé dans sa manipulation. À souligner dans ce contexte la grande mobilisation des médecins en voie de formation de la formation spécifique en médecine générale. Ainsi, une grande partie de ces futurs médecins généralistes se sont portés volontaires pour renforcer les équipes soignantes dans les quatre établissements hospitaliers luxembourgeois. Afin de soutenir cette initiative, le gouvernement, avec le support de l'Université du Luxembourg et des médecins impliqués dans cette formation, a adapté en urgence le cadre réglementaire afférent et a adopté les mesures nécessaires pour permettre le déploiement de ces volontaires endéans les jours à venir. De même, des infirmiers travaillant dans le domaine de recherche et des étudiants en médecine sont également formés afin de soutenir le personnel hospitalier.

Grâce à la pression internationale exercée par les gouvernements et Agences de financement de la recherche, la quasi-totalité de données et publications scientifiques sur Covid-19 est en accès libre, sous forme numérique (machine readable). Ces données constituent une source très précieuse, se prêtant facilement à la fouille massive (text and data mining) par des techniques de l'intelligence artificielle. Il s'agit d'un domaine où le Luxembourg possède de fortes compétences.

Afin d'accélérer ces efforts et de catalyser les nouvelles idées et nouvelles collaborations entre les chercheurs et chercheuses, un financement supplémentaire sera assuré par le Fonds national de la recherche. Vu l'urgence de la situation, une prise de décision rapide sera assurée.