An engem Schreiwes gouf en Dënschdeg matgedeelt, dass d'Kommissioun Aiden an Héicht vun 260 Milliounen Euro geneemegt, fir Betriber ze hëllefen.

Dëst betrëfft verschidden Entreprisen zu Lëtzebuerg, déi staark vun der Corona-Kris getraff goufen. 200 Milliounen Euro si geduecht fir Betriber vun alle Gréissten aus de Beräicher Hotellerie, Gastronomie, Evenementiel a Reesen.  Profitéiere kann een awer just vun der Hëllef, wann de Chiffre d'affaires op d'mannst 25% erof gaangen ass am éischte Semester vun 2020 opgrond vun der Pandemie a sech dat och am zweete Semester géing widderhuelen.

Weider 60 Milliounen Euro goufe fir mikro, kleng a mëttel Entreprisen (PME) accordéiert, dorënner Coifferen oder zum Beispill Optiker. Dat gëllt awer nëmmen, wann ee Betrib huet missen zoumaachen oder eng Baisse vum Chiffre d'affaires vun op d'mannst 50% tëscht Mäerz a Mee 2020 enregistréiert huet.

D'Zil ass et, dem Besoin no Liquiditéiten nozekommen an de Relancement vun den Aktivitéiten z'ënnerstëtzen.

Am Schreiwes gëtt preziséiert, dass maximal 800.000 Euro Hëllef pro Betrib a Form vun direkte Subsiden ugebuede ginn.

Méi Informatioune kann een um offizielle Site vun der Kommissioun noliesen.

Communiqué

Aides d'État: La Commission autorise des régimes d'aides au Luxembourg pour un montant de 260 millions d'euros en faveur de certaines entreprises touchées par la pandémie de coronavirus

La Commission européenne a approuvé deux régimes d'aides luxembourgeois pour un montant total estimé à 260 millions d'euros, afin de soutenir certaines entreprises durement touchées par la pandémie de COVID-19. Ces régimes ont été autorisés au titre de l'encadrement temporaire des aides d'État adopté par la Commission le 19 mars 2020, tel que modifié les 3 avril et 8 mai 2020. Dans le cadre des deux régimes, l'aide sera accordée sous la forme de subventions directes. Le premier régime, doté d'un budget estimatif de 200 millions d'euros, sera ouvert aux entreprises de toute taille opérant dans certains secteurs définis par le Luxembourg (parmi lesquels les hôtels, les restaurants et les services d'organisation de voyages et d'événements). Ces entreprises peuvent en bénéficier si elles ont connu une baisse de leur chiffre d'affaires d'au moins 25 % en raison de la pandémie de COVID-19 au cours du premier semestre de 2020 et si cette situation est appelée à perdurer au cours du second semestre de 2020. Le second régime d'aides, doté d'un budget estimé à 60 millions d'euros, sera ouvert aux micro-, petites et moyennes entreprises (PME) exploitant des magasins de détail ou offrant certaines catégories de services définies par le Luxembourg (tels que les coiffeurs, les opticiens, les stylistes et les services de nettoyage à sec et de blanchisserie). Ces entreprises peuvent en bénéficier si elles ont dû suspendre leurs activités ou ont enregistré une baisse de leur chiffre d'affaires d'au moins 50 % entre mars et mai 2020 en raison de la pandémie. L'objectif de ces régimes d'aides est de répondre aux besoins soudains de liquidités auxquels sont confrontées certaines entreprises par suite de la pandémie, et de les aider ainsi à poursuivre leurs activités pendant et après celle-ci. La Commission a estimé que les régimes proposés par le Luxembourg étaient conformes aux conditions énoncées dans l'encadrement temporaire. En particulier, l'aide ne dépasse pas 800 000 EUR par entreprise. La Commission a conclu que les mesures étaient nécessaires, appropriées et proportionnées pour remédier à une perturbation grave de l'économie d'un État membre, conformément à l'article 107, paragraphe 3, point b), du TFUE et aux conditions énoncées dans l'encadrement temporaire. Sur cette base, la Commission a autorisé les mesures en vertu des règles de l'UE en matière d'aides d'État. De plus amples informations sur l'encadrement temporaire et les autres mesures prises par la Commission pour faire face aux retombées économiques de la pandémie de COVID-19 sont disponibles ici. La version non confidentielle de la décision sera publiée sous les numéros SA.57304 et SA.57338 dans le registre des aides d'État figurant sur le site web de la Commission consacré à la concurrence, une fois que les éventuels problèmes de confidentialité auront été résolus.