Ufank September goufen dës Déieren zu Lëtzebuerg entdeckt, ma et gëtt awer betount, dass d'Déieren ongeféierlech sinn.

D'Fräschmänner vum CGDIS sou wéi d'Waasser- an d'Naturverwaltung hunn déi Observatioune gemaach.

Et handelt sech hei ëm Séisswaasser-Fësch, déi maximal 25 mm grouss sinn an déi ursprénglech aus Asie kommen.

Vun dëser invasiver Aart geet keng Gefor aus. Jelliskäpp aus dem Mier kënne jo Haut-Reaktioune beim Mënsch ausléisen.

Observation de méduses dans le lac de la Haute-Sûre (21.09.2020)

Communiqué par: Administration de la nature et des forêts / Administration de la gestion de l'eau

Début septembre, des méduses d'eau douce ont été signalisées dans le lac de la Haute-Sûre. Des photos de cette méduse ont été transmises par des plongeurs du Groupe des Hommes-Grenouilles du CGDIS à l'Administration de la gestion de l'eau (AGE) et à l'Administration de la nature et des forêts (ANF). Cette observation a permis de confirmer la présence de la méduse Craspedacusta sowerbii dans le lac de la Haute-Sûre.
Il est vrai que le terme «méduse» fait penser aux espèces marines à caractère urticant, pouvant déclencher, au contact direct avec l'animal, des réactions cutanées douloureuses, semblables à une brûlure. La méduse d'eau douce est en revanche un parent inoffensif. Bien qu'elle appartienne au groupe des cnidaires, elle est totalement sans danger pour les humains.
Originaire d'Asie, la méduse d'eau douce s'est surtout répandue dans d'autres parties du globe à cause de l'introduction de plantes aquatiques et de poissons. Cette espèce exotique envahissante ne dépasse pas les 25 mm de diamètre et préfère les eaux calmes et stagnantes qui se réchauffent considérablement en été.
Étant donné que cette méduse a besoin de températures souvent supérieures à 20°C sur une longue période de temps, son apparition a lieu de juillet à octobre avec un pic observé de fin août à début septembre.
Il faut également noter que ces méduses préfèrent plutôt l'eau propre. Le soir, elles remontent souvent à la surface de l'eau et peuvent y être observées. Elles peuvent également être admirées lors des plongées à de plus grandes profondeurs pendant la journée. Ces méduses ont par ailleurs déjà été signalées dans d'autres régions avoisinantes. Il est fort probable que leur prolifération ira de l'avant avec le réchauffement climatique.
La problématique de l'apparition des algues bleues (cyanobactéries), qui constitue un réel souci à maints égards pour le lac du barrage d'Esch-sur-Sûre, est un phénomène totalement indépendant de l'apparition des méduses d'eau douce observées et décrites dans ce communiqué.
Si vous repérez des méduses, vous pouvez les signaler à l'adresse suivante: peche@eau.etat.lu.