D'Covid-Kris huet och d'Wënzer getraff, ma d'Natur huet dëst Joer awer fir si matgespillt an et koum e Wäin vu gudder Qualitéit dobäi eraus.

Op der Musel kucke se optimistesch an Zukunft. Wéi esou vill Secteure leit och dee vum Wäibau ënnert der Covid-Kris, ma op d'mannst huet d'Natur dëst Joer matgespillt. D'Wënzer schwätze vun enger gudder Qualitéit. Elo, wou d'Lies bal fäerdeg war, koum traditionell den zoustänneger Minister an d'Wéngerten. An de Romain Schneider hat nach de Regierungschef Xavier Bettel als Verstäerkung matbruecht.

Esou dacks weist e sech net op der Musel, an der Lies war en nach ni. En Dënschdeg war et seng Première an dofir hat hie säin donkelbloe Staatsmann-Kostüm am Schaf gelooss an e karéiert Hiem am Bayern-Stil ugedoen. D'Fro ass, ob dësen Optrëtt bei de Wënzer méi war ewéi e gutt gemengte Geste? Dem Josy Gloden, President vun den Domaines Vinsmoselle, seng Äntwert kennt der Regierung entgéint:

''Vun der éischter Minutt un hate si en oppent Ouer fir eis. Mir schaffe mat hinnen a mir hunn déi éischt kleng Subside kritt fir Wäistuffen. Wann elo am Oktober d'Assises Agricoles sinn, zeie mir nach eng Kéier e Bilan vun deene éischte 6 Méint vum Joer, wou mir da scho méi genee Zuelen hunn.''

Privat wär zwar gutt consomméiert ginn an de leschte Méint. Mä Hoteller, Caféen, Restauranten an och Wäistuffe ware laang zou. All d'Wäifester sinn ofgesot. Déi genee Abousse musse wéi gesot nach chiffréiert ginn.

De Staat huet 5 Milliounen Euro mobiliséiert d'Landwirtschaft ze relancéieren.. mä dat ass net alles. Dem Landwirtschaftsminister Romain Schneider no ginn ''d'Investissementer an d'Zukunft mat subsidéiert.''

Dat gutt Wieder huet den Bedreiwer vun Terrassen op der Musel am Summer an d'Kaarte gespillt. Mä net nëmmen, wéi den Direkter vum Wäibauinstitut Roby Ley erkläert:

''Well elo och kee Reen virun der Drauwelies komm ass, ass och manner Quantitéit do. Mee dofir awer eng ganz héich Qualitéit. Do muss ee sech froen wat besser ass?''

D'Fro geet weider un de Premier. Deem huet op d'mannst de Patt Fiederwäisse geschmaacht.

''Jo, mä [e war] net kal genuch. Ech hunn e léiwer e bësse méi kill. E war awer ganz gutt. Dat ass, wat zu Lëtzebuerg elo anescht ass. Et war ganz laang e Massenproduzent. Elo ass Lëtzebuerg e Qualitéitsproduzent. An dat ass och gutt.''

Eng Suerg op der Musel war wéinst dem Coronavirus den Ëmgank mat de Saisonsaarbechter. D'Wënzer, op d'mannst déi privat, hätten och dëse Problem gutt gemeeschtert, seet de President vun de Privatwënzer Ern Schumacher.

''Et war ee Betrib dobäi, deen ee positiven hat, wat awer elo net en Impakt op d'ganz Ekipp hat. Deen ass isoléiert ginn, deen ass a Quarantän komm. Mir waren am August zesumme mat der Santé. Do hate mir festgehalen, dass d'Leit, ier se an d'Lies ginn, getest ginn, dass se also all Corona-fräi an de Wéngert ginn.''

An dës Reegel géif och weiderhi gëllen an de Miseler Wéngerten.

Hei dat offiziellt Schreiwes

Le millésime 2020 gâté par le soleil: les vendanges 2020 ont commencé et la qualité des raisins est prometteuse! (22.09.2020)

Communiqué par: ministère de l'Agriculture, de la Viticulture et du Développement rural Le Premier ministre, ministre d'État, Xavier Bettel, et le ministre de l'Agriculture, de la Viticulture et du Développement rural, Romain Schneider, ont visité aujourd'hui, le 22 septembre 2020, les vignerons mosellans et les représentants du secteur viticole lors des vendanges au Markustuerm, dans le vignoble à Schengen.

Une qualité prometteuse!

Les mois d'hiver pluvieux ont alimenté le sol de la Moselle luxembourgeoise en début d'année. Tout au long de l'année, la météo semblait être du côté des vignerons. Un mélange varié de soleil et de pluie a permis d'excellentes conditions de développement de la vigne.

Les vignerons se sont montrés satisfaits de la situation actuelle. En effet, le nombre élevé d'heures d'ensoleillement a apporté une grande maturation et une véraison des raisins. Cela ne se répercute pas seulement dans la couleur, mais aussi au niveau du goût des vins jeunes ronds et équilibrés. Toutefois, en raison de la sécheresse, les volumes ne seront pas excédentaires.

Des vendanges sous différentes conditions

Chaque vigneron sait que dans ce métier, il faut être flexible. Aucun millésime ne ressemble au précédent et l'adaptabilité et les compétences sont constamment mises à l'épreuve. Malgré la situation actuelle, les vignerons ont su s'adapter à la crise et ont pu organiser les vendanges avec l'aide des vendangeurs étrangers, mais aussi autochtones, mobilisés à travers l'ADEM ou le MBR Maschinenring.

Maintenir une perspective positive

Dernièrement, les vignerons ont vécu une période insolite, avec un printemps sans événements de dégustation et un été sans fêtes du vin. Pourtant, les vignerons attendent aujourd'hui impatiemment les différents défis qui s'annoncent en automne: l'élaboration d'un millésime dans lequel les vignerons pourront exprimer leur signature et leur savoir-faire. D'autre part, les vignerons sont aussi heureux de pouvoir accueillir des clients dans les bars à vins, où ils proposent des dégustations conviviales à l'issue des vendanges.

Les premiers «Fiederwäissen» sont déjà dans les caves et démontrent le potentiel du millésime ensoleillé 2020. Une acidité étonnamment stable et des degrés d'oechsle optimaux promettent une qualité remarquable. L'année 2020 se présente comme un millésime d'une grande diversité!