Den 3. Februar hat de Parquet eng Enquête opgemaach, nodeems de Journalist Pol Schock am RTL-Presseclub vu Gewalt um groussherzoglechen Haff geschwat hat.

An de leschte Méint goufen doropshin eng ganz Rei Leit gehéiert, dorënner de Spezial-Représentant vum Premier Jeannot Waringo an eng Partie fréier Salariéë vum Haff.

An deenen Auditiounen, heescht et an engem Schreiwes vum Parquet, konnten d'Behaaptungen vum Journalist awer net confirméiert ginn.

De Pol Schock selwer huet seng Quell net genannt a sech op de Quelleschutz beruff, deen am Artikel 7 vum Gesetz iwwert d'Liberté d'expression an de Medien festgehal ass.

De Parquet präziséiert och, datt sech an deene leschte Méint och keen aktuellen oder fréiere Mataarbechter vum Haff spontan gemellt an d'Behaaptunge vum Pol Schock confirméiert hätt.

De Parquet huet d'Affaire dofir ouni Suittë klasséiert.

Hei dat offiziellt Schreiwes:

Communiqué du parquet de Luxembourg dans le cadre de déclarations d'un journaliste faisant état de violence physique à la Cour grand-ducale

(01.10.2020) Suite aux déclarations d'un journaliste faites lors de l'émission RTL-Presseclub en date du 2 février 2020, où il a été question de violence physique à la Cour grand-ducale, le parquet de Luxembourg avait ouvert en date du 3 février 2020 une enquête préliminaire, confiée au Service de police judiciaire (SPJ).

Lors de cette enquête au cours des derniers mois, plusieurs personnes, dont Monsieur Jeannot Waringo – Représentant spécial du Premier Ministre auprès de la Cour grand-ducale - ainsi que d'anciens salariés de la Cour grand-ducale ont été entendus. Ces auditions n'ont pas permis de confirmer les affirmations du journaliste en question.

Le journaliste lui-même, entendu en premier lieu, a invoqué la protection des sources conformément aux dispositions de l'article 7 (1) de la loi du 8 juin 2004 sur la liberté d'expression dans les médias.

Recontacté à la fin de l'enquête, le journaliste a déclaré à l'enquêteur du SPJ ne pas pouvoir faire d'autres déclarations en se basant une nouvelle fois sur la protection des sources.

Il est également à signaler qu'au cours des derniers mois, aucune personne – aucun ancien ou actuel collaborateur - ne s'est manifesté spontanément auprès du parquet ou auprès du SPJ pour faire état de violence physique exercée par un membre de la Cour grand-ducale à son égard et cela nonobstant la médiatisation des propos tenus par le journaliste.

Tous ces éléments ont conduit le parquet de Luxembourg à classer l'affaire sans suites pénales à l'issue de l'enquête préliminaire.