En Dënschdeg de Mëtteg huet de Kooperatiounsminister Franz Fayot d'Deklaratioun zu der Lëtzebuerger Kooperatioun gemaach.

Lëtzebuerg bleift wieder engagéiert an der Kooperatioun an investéiert weider 1% vum Bruttonationalakommes an d’Entwécklungsaarbecht. Mir ginn net un deen 1% fréckelen! Dat huet den zoustännege Minister Franz Fayot en Dënschdeg de Mëtteg bei der Deklaratioun zur Lëtzebuerger Kooperatioun betount. Grad an Zäite vu weltwäite Krise wier et wichteg, den Asaz fir déi Schwächst oprechtzëerhalen.

Lëtzebuerger Kooperatiounspolitik / Rep. Claudia Kollwelter

Ee Beräich, deen de Franz Fayot a senger Ried ervirgestrach huet, ass dee vun der Gläichstellung tëschent de Geschlechter. D'Diskriminéierung vu Meedercher a Frae géif nach ëmmer bestoen:

Extrait Franz Fayot

Ënnert anerem a Beräicher wéi Zougang zum Aarbechtsmarché, zu Ressourcen oder zu ëffentlechen Entscheedungsprozesser. Virun allem an de securitär prekäre Länner, souwéi der Sahelzon, bleiwe Fraen a Meedercher weiderhin onverhältnesméisseg staark mat de Konsequenze vun Aarmut an Ausgrenzung konfrontéiert. Adaptéiert un d’Länner, de Kontext an d’Bedürfnisser wäerte mir den Aspekt Genre systematesch ëmsetzen, mat engem Fokus ob d’Automatisatioun an d’Protektioun vun de Fraen.

D'Entwécklungshëllef vu Lëtzebuerg géif sech op déi mannst entwéckelt Länner konzentréieren, mat engem Fokus op Afrika, wou Lëtzebuerg am meeschten aktiv ass an och wäert bleiwen, huet de Franz Fayot präziséiert. D'Erausfuerderunge wieren enorm an d'Situatioun hätt sech duerch de Coronavirus verschlechtert.

Och um Niveau vun der humanitärer Hëllef wier ee sech senger Responsabilitéit bewosst. Déi klassesch Entwécklungshëllef géif awer och ëmmer méi dacks un hir Grenze stoussen, dofir misst ee versichen, méi innovativ an effikass ze ginn. Den LSAP-Kooperatiounsminister huet ënnerstrach, datt Lëtzebuerg ob nei Technologien a verstäerkt op verschidde Partenariater setze wäert.
Souwuel de Minister wéi och d'Deputéiert hunn ëmmer erëm d'Wichtegkeet vum Engagement vu Lëtzebuerg ënnerstrach, beim Montant, dee virgesinn ass, goufen et dann awer Diskussiounen.

Weder fir 2021 nach fir déi Joren dono wier virgesinn, datt d'finanziellt Engagement gekierzt sollt ginn, huet de Franz Fayot ënnerstrach:

An och de Budget fir d’humanitär Hëllef gëtt net gestrach. E gëtt an de Kooperatiounsfong integréiert, fir eng méi grouss Flexibilitéit ze hunn. An e wäert och d’nächst Joer weider wuessen.

Dem CSV-Deputéierte Paul Gales no soll net just un deem 1% festgehale ginn, mee den absolute Montant dierft net gekierzt ginn:

Kooperatiounspolitik ass wesentlech an net eng Drëps, déi mer ob e waarme Steen schëdden, well mer souwisou ze vill Suen hätten. Se ass eng strategesch Uluecht, Wirtschafts-, Migratiouns-, Klima- an Aussepolitik. Geschéckt Accenter an der Kooperatiounspolitik sinn zukunftsweisend an hei dierf net gespuert ginn.

Den David Wagner, Deputéierte vun déi Lénk huet ënnerstrach, datt de Montant an absoluten Zuele gekierzt gëtt. Beim Montant vun de Militärausgaben wier dat allerdéngs absolut net de Fall. Hien erënnert un eng Motioun déi seng Partei deposéiert hat:

Wou mer justement opgefuerdert haten, datt d'Kooperatioun net an absoluten Zuele soll gekierzt ginn an ee sech net einfach un der Evolutioun vum RNB soll halen. An déi Kierzung aus budgetärer Siicht mécht kee Sënn. Well wann ee kuckt mat de projezéierten Defizitzuele vun 3 oder 4 Milliarden, déi virun der Dier sinn, kéinten mer op déi Kierzung vu 47 Milliounen op 2 Joer verzichten.

Dat géing dem David Wagner no dem Staat näischt ausmaachen, de Leit um Terrain awer hëllefen.

De Communiqué

Déclaration de Franz Fayot à la Chambre des députés sur la politique de coopération (20.10.2020)
Communiqué par: ministère des Affaires étrangères et européennes / Direction de la coopération au développement et de l'action humanitaire Lors de sa première déclaration sur la politique de la Coopération au développement et de l'Action humanitaire, Franz Fayot a dressé l'état des lieux depuis sa prise de fonction en tant que ministre en février 2020.

Il a constaté que l'année 2020 était une année mouvementée, la pandémie ayant un impact considérable non seulement sur le mode de vie et l'économie luxembourgeois, mais aussi sur les pays avec des systèmes de santé moins résilients. Selon des projections de la Banque mondiale, 150 millions de personnes pourraient basculer dans l'extrême pauvreté suite au virus. Dans ce contexte, le ministre Fayot a résolument réaffirmé l'engagement du Luxembourg pour le maintien de l'aide publique au développement (APD) à hauteur de 1% du revenu national brut. Il ainsi indiqué qu'en 2020, le montant global dédié à l'APD aura été de 392 millions d'euros, et il a souligné que ce montant augmentera à 403 millions d'euros pour l'année 2021.

Le ministre a rappelé que, dans le contexte de la lutte contre le COVID-19, le Luxembourg a à ce jour déjà investi 65,8 millions d'euros dans des projets sanitaires et socio-économiques, surtout en Afrique, mais aussi en Amérique latine, en Asie et dans le reste du monde. Les efforts de la Coopération luxembourgeoise s'inscrivent dans l'approche européenne «Team Europe», initiative visant à coordonner les efforts de l'UE dans les pays partenaires.

Le ministre a noté que le Luxembourg a pu rapidement réagir à travers son aide humanitaire, en octroyant notamment 5 millions d'euros au Fonds central d'intervention d'urgence de l'ONU (CERF), 3,5 millions d'euros au «Covid-19 Global Humanitarian Response Plan» (GHRP) du United Nations Office for the Coordination of Humanitarian Affairs (OCHA) et 2 millions d'euros au Comité international de la Croix-Rouge (CICR).

Au niveau de la coopération multilatérale, le Luxembourg a augmenté sa contribution à Gavi, l'Alliance du Vaccin, pour atteindre 5 millions d'euros pour les cinq années à venir. L'OMS quant à elle s'est vue octroyer 7,15 millions d'euros.
De manière générale, 30% du budget de la Coopération luxembourgeoise sont dédiés sous forme d'engagements multi annuels et flexibles à des canaux multilatéraux; ceci s'avère essentiel en temps de crise aiguë.

Franz Fayot a également souligné l'importance des ONG, autre pilier de la Coopération luxembourgeoise. Celles-ci se sont vues accorder une flexibilité accrue dans la gestion de leurs projets afin de pouvoir les restructurer et de mieux lutter contre les conséquences de la pandémie. Des budgets additionnels ont également été mis à leur disposition dans les cas où une restructuration n'était pas possible.

Outre les efforts déployés dans le cadre de la pandémie, le ministre a indiqué que le Luxembourg continue son engagement à l'égard de ses pays partenaires, notamment au Sahel, région secouée par les crises multidimensionnelles, de nature économique, sociale, sanitaire, sécuritaire, mais aussi liées au changement climatique. La majorité des pays partenaires de la Coopération luxembourgeoise sont dans cette région, notamment le Niger, avec qui le Programme indicatif de coopération (PIC) a été prolongé d'une année, avec une augmentation de 16,8 millions d'euros, et le Mali, bouleversé par un coup d'État, avec qui la continuation des relations sera précisée avant la fin de l'année. Le ministre a souligné que la protection des droits de l'Homme, la sécurité, l'éducation professionnelle, la santé, l'intégration socio-économique des femmes et des jeunes ainsi que l'investissement dans le secteur privé en vue de la création d'emplois, sont des éléments clés de la coopération luxembourgeoise dans cette région. Par ailleurs, un PIC de nouvelle génération, dit «approche-pays», prenant en compte, dans le souci de la cohérence des politiques à la fois, les aspects du développement, du climat et de l'énergie, a pu être signé avec le Cabo Verde en juillet 2020, à hauteur de 78 millions d'euros pour la période de 2021 à 2025.

Enfin, le ministre a rappelé que la Coopération luxembourgeoise continue aussi à développer son expertise dans plusieurs domaines thématiques clés, comme la dimension du genre, de l'inclusion financière et la de digitalisation.
Le détail des activités de la Coopération luxembourgeoise de l'année 2019 peut être consulté dans le rapport annuel en ligne: www.cooperation.lu.