Dat ass eng Hausse vu bal engem Prozentpunkt par Rapport zu 2014. Dee Chiffer nennt d'Regierung am Kader vum Weltdag vun der Fettleiwegkeet en Donneschdeg.

Männer si méi dacks betraff vun Obesitéit an Iwwergewiicht wéi Fraen. Deemno si 40% vun de Männer iwwergewiichteg, géigeniwwer 24% vun de Fraen.

Dat géif eng Gefor duerstelle fir eng Rei kardiovaskulär Krankheeten, Typ-2-Diabetis a verschidde Kriibsen, an och de Risiko fir Komplikatioune bei Covid-19 geet erop, sou de Gesondheetsministère.

RTL

Offiziellt Schreiwes

Journée mondiale de lutte contre l'obésité

Communiqué par: ministère de la Santé

La Journée mondiale de l'obésité a lieu chaque année le 4 mars.  C’est l’occasion pour les gouvernements au niveau mondial et leurs partenaires de promouvoir l’alimentation équilibrée et l’activité physique régulière.

« Au niveau de l’alimentation, il s’agit d’améliorer les pratiques alimentaires des populations et d’assurer des produits alimentaires sains. Au niveau de l’activité physique, l’objectif est de réduire la sédentarité et de renforcer les pratiques d’activité physique favorables à la santé », explique la ministre de la Santé Paulette Lenert.

Obésité et COVID-19

Les mesures de confinement durant la pandémie ont changé nos habitudes quotidiennes, tant au niveau alimentaire qu'au niveau de l'activité physique, et ont augmenté le risque de prise de poids et d’obésité.

« La promotion de l’alimentation équilibrée et de l’activité physique régulière est d’autant plus importante en temps de pandémie car il existe un lien avéré entre obésité et COVID-19, commente la ministre. « Une personne en situation d’obésité a à la fois un risque plus élevé de contracter le coronavirus et un risque de développer une forme sévère de l’infection ».

Surpoids et obésité au Luxembourg

Le surpoids et l'obésité augmentent le risque de développer des maladies cardio-vaculaires, le diabète de type 2 et certains cancers. Ils constituent donc un problème majeur de santé publique.

D’après l’enquête sur la santé des résidents (European Health Interview Survey - EHIS) conduite au Luxembourg en 2019, la proportion d’adultes obèses a augmenté entre 2014 et 2019 passant de 15,6% d’adultes obèses à 16,5%.  En 2019, la proportion d’hommes obèses (18,4%) est plus élevée que celle de femmes obèses (14,6%). Le surpoids concerne 40% des hommes et 24% des femmes au Grand-Duché de Luxembourg.

Le rapport « Trends Report 2006-2018 » sur la Health Behaviour In School-Aged Children (HBSC) publié en 2020 révèle que la proportion d’adolescents entre 11 et 18 ans en surpoids (surcharge pondérale et obésité) a augmenté de 14% en 2006 à 19% en 2018.

Les statistiques de la médecine scolaire sur l’obésité chez les élèves du Luxembourg sont publiées pour une année scolaire, c’est-à-dire de septembre à juillet. Pour l’année scolaire 2019-2020 (septembre-mars), 4,3 % des enfants fréquentant l’école fondamentale étaient obèses, 7,48 % en surcharge pondérale. Pour l’école secondaire, 9,91% des adolescents étaient obèses et 9,35% étaient en surcharge pondérale au cours de l’année scolaire 2019-2020.

La surcharge pondérale et l’obésité sont principalement causées par une alimentation non équilibrée et une absence d’activité physique. Elles sont donc évitables car liées à un comportement qui peut être modifié.

Une politique commune pour lutter contre l’obésité et la sédentarité

Pour faire face à cette problématique, les ministères de la Santé, des Sports, de l’Éducation nationale, de l’Enfance et de la Jeunesse, et de la Famille, de l’Intégration et à la Grande Région, membres co-fondateurs de la stratégie interministérielle GIMB de 2006, ont renouvelé en 2018 leur collaboration en officialisant le programme « Gesond iessen, Méi beweegen » (GIMB) dans un plan cadre national GIMB 2018-2025.

L’objectif de cette collaboration interministérielle est de promouvoir ensemble l’alimentation équilibrée et l’activité physique régulière afin de de lutter contre la problématique de l’obésité et de la sédentarité pour l’ensemble de la population. Pour la ministre de la Santé Paulette Lenert, « cette collaboration interministérielle permet d’agir conjointement dans différents domaines et d’atteindre différentes populations cibles».

-Label GIMB : signe de reconnaissance de qualité

Au fil du temps, un véritable réseau GIMB s'est développé autour des 4 membres co-fondateurs et a attiré d'autres ministères ainsi que d’autres partenaires du terrain désireux de se mobiliser autour du sujet. Cette collaboration est visible, par exemple, à travers le label GIMB. Ce dernier est un signe de reconnaissance de qualité dans le domaine de la promotion de la santé. Toute administration, association ou entreprise peut demander le label GIMB pour son projet si celui-ci vise à promouvoir une alimentation équilibrée et une activité physique régulière. Ce label lui permet de demander auprès des 4 ministères concernés du matériel didactique, des conseils ou un soutien financier.

-Site web national axé sur l’alimentation équilibrée et l’activité physique régulière

Dans le deuxième plan cadre national GIMB, une attention particulière est accordée à la communication, à l'information et à la sensibilisation du public. Ainsi, un site web www.GIMB.PUBLIC.lu a été lancé en 2020, permettant au grand public, aux professionnels du secteur ainsi qu’aux décideurs d'accéder plus facilement aux recommandations nationales et conseils sur l’alimentation équilibrée et l’activité physique régulière regroupées à un seul endroit.

Pour plus d’informations :

  • www.GIMB.PUBLIC.lu
  • HBSC :https://orbilu.uni.lu/bitstream/10993/42571/1/HBSC%20Trend%20Report%202006_2018.pdf