D'Affekote vum Geschäftsmann Flavio Becca hunn eng Geriichtsprozedur géint den Editeur vu Reporter.lu an eng Journalistin entaméiert.

"Et ass e Versuch, d'Aarbecht vun investigativen a kritesche Journalisten z'intimidéieren", seet de Chefredakter vum Online-Neiegkeete-Site Reporter. Am Kader vum Prozess ëm déi sougenannten Aueren-Affär hat Reporter.lu d'lescht Woch en Artikel mam Titel "La cuisine fiscale de Flavio Becca" publizéiert, doropshi war en Droit de Réponse gefrot ginn, deen och op de Site koum.

An dësem Droit de Réponse seet den Affekot vum Här Becca, datt eng Klo wéinst Calomnie an Diffamatioun beim Untersuchungsriichter gemaach gi wier, well d'Accusatiounen am Online-Artikel ouni all Fondement publizéiert gi wieren.

De Chefredakter Christoph Bumb, deen och Chef vun der SARL Reporter Media ass, stellt sech iwwerdeems hannert d'Autrice vum Artikel a seet, datt dëst d'Resultat vun enger gewëssenhafter an faktebaséierter Recherche gewiescht wier. D'Klo vum Här Becca wier deemno e Versuch vun Intimidatioun, dee fir Reporter.lu net acceptabel wier.

Droit de réponse vum Flavio Becca

Dans le cadre de l’article « La cuisine fiscale de Flavio Becca » paru le 05/02/2021 sur Reporter.lu, Monsieur Flavio Becca entend exercer son droit de réponse tel que prévu à l’article 36 de la loi modifiée du 8 juin 2004 sur la liberté d’expression dans les médias.

Monsieur Flavio BECCA conteste fermement les allégations calomnieuses, respectivement diffamatoires, qui figurent à cette publication présentée comme « en marge du procès correctionnel ».

Elles font l’objet d’une plainte avec constitution de partie civile, déposée auprès du doyen des juges d’instruction du Tribunal d’Arrondissement de et à Luxembourg.

Il convient tout d’abord de rappeler que Monsieur Flavio BECCA n’a jamais fait l’objet de poursuites pénales pour fraude fiscale ou infraction voisine, que ce soit au Luxembourg ou à l’étranger.

Les accusations « d’évitement des impôts » par la mise en place de « mécanismes opaques » sont dépourvues de fondement.

Comme Madame Poujol le souligne elle-même, le procès tenu au mois de janvier 2021, auquel elle a assisté dans son intégralité, n’était pas celui de la transgression fiscale. Il est donc parfaitement incompréhensible qu’une journaliste se substitue à la justice pour imputer à un justiciable une infraction pénale pour laquelle il n’a jamais été même entendu.

Il faut ensuite rectifier les contre-vérités et approximations concernant la restructuration du groupe BECCA par l’intermédiaire d’HONG KONG.

Celle-ci n’obéit en aucun cas à un « montage offshore ». Il a au contraire été abordé à l’audience qu’une fiscalité onshore était appliquée à PROMOBE HK.

Elle laisse également entendre, à tort, que cette restructuration serait intervenue en réaction à l’ouverture de la procédure pénale, ce qui est là encore, matériellement inexact.

Tant le caractère onshore que la temporalité de cette restructuration ressortent de plusieurs éléments cotés au dossier répressif, auquel Madame Poujol indique avoir eu accès, ce qui aggrave son procédé.


* Note de la rédaction: Ce droit de réponse se réfère à l’article «La cuisine fiscale de Flavio Becca» et est publié conformément à l’article 36 de la loi modifiée du 8 juin 2004 sur la liberté d’expression dans les médias et à l’article 2 du Règlement du Gouvernement en Conseil du 11 mars 2020 concernant le régime de promotion transitoire du journalisme en ligne.

Reporter.lu reagéiert

An enger Stellungnam vum Chefredakter heescht et iwwerdeems, et géif ee sech net aschüchtere loossen. Et hätt een en Affekot mat der Affär befaasst a géif der betraffener Journalistin déi komplett Ënnerstëtzung zousécheren.