Iwwert dës Struktur ass am Viraus net grouss geschwat ginn, ma e Mëttwoch den Owend gouf se op enger Informatiounsversammlung virgestallt.

Flüchtlingsstruktur zu Gonnereng - Rep. Dany Rasqué

De leschte Mount hunn am fréieren Euro-Hotel déi éischt 37 Demandeurs de Protection internationale en neit Doheem - op Zäit - fonnt. An enger éischter Phas komme maximal 50 Leit am fréieren Hotel ënner Daach. Famillje mat Kanner aus Eritrea, Syrien, dem Afghanistan an dem Irak.

Si wunnen an Zëmmere vu 15 Metercarré, hunn eng grouss gemeinsam Kiche mat 12 Kachplacken an eng grouss Wäschkiche mat 10 Wäschmaschinnen an 10 Trockner. D'Struktur gëtt vun der Caritas geréiert.

Den Hotel gouf also net an e 5-Stärenhaus ëmgebaut, wéi den Ausseminister Jean Asselborn erkläert huet, mä an eng Struktur, wou d'Leit an Dignitéit kéinte liewen.  Eng 60 Leit hate sech ugemellt, fir am Centre culturel Informatiounen ze kréien, anerer hunn d'Diskussioun iwwer Internet suivéiert.

Wärend deenen zwou Stonnen hunn d'Leit virun allem gefrot, wéi si deenen neien Nopere kënnen hëllefen, sech z'integréieren, wat se brauchen - vu Vëloe bis Kleeder -, ob eng Spillplaz fir d'Kanner gebaut gëtt, ob d'Leit traumatiséiert sinn, wéi se psychologesch betreit ginn a wéi d'Zesummeliewen tëschent deene verschiddene Kulture funktionéiert.

E positiven Echo vun de Leit aus der Gemeng Jonglënster, deen och dem Ausseminister Jean Asselborn e Mëttwoch den Owend no der Reunioun gefall huet:

"Et ass fir mech eng grouss Genugtuung, dass zu Lëtzebuerg en allgemenge Konsens do ass, dass mer hëllefen, dass och an der Lescht vill Gemenge komm sinn, fir mat unzepaken an, dass an der Lëtzebuerger Populatioun net déi d'Iwwerhand hunn, déi heiansdo an der Chamber an och op anere Plaze soen, dass d'Flüchtlinge Schmarotzer a Profiteure wieren. Nee! Déi meescht Leit, an dat hutt Der den Owend erëm hei héieren, sinn total op der Schinn, dass Lëtzebuerg eng Flicht huet, fir ze hëllefen an, dass mer dat solle gutt maachen."

Den Ausseminister Jean Asselborn huet ënnerstrach, datt hien houfreg ass, dass Lëtzebuerg e Land ass, dat nach wéisst, wat "hëllefen" heescht.

Och den CSV-Buergermeeschter Romain Reitz sot, hie wier frou, datt d'Flüchtlingen a senger Gemeng wëllkomm wieren. Hien ass sech mam Ausseminister eens, datt Lëtzebuerg eng Flicht hätt, fir aner Mënschen esou gutt wéi méiglech z'empfänken an hinnen d'Chance ze ginn, sech en neit Liewen opzebauen.

RTL

© MAEE

Schreiwes vum Ausseministère an ONA

Jean Asselborn s’est échangé avec les résidents de la commune de Junglinster lors d’une séance d’information portant sur l’ouverture d’une structure d’hébergement pour demandeurs de protection internationale (05.05.2021)
Communiqué par: ministère des Affaires étrangères et européennes / Office national de l'accueil


Lors d’une séance d’information publique dans le cadre de l’ouverture d’une nouvelle structure d’hébergement pour demandeurs de protection internationale (DPI) de l’Office national de l’accueil (ONA) à Gonderange, le ministre de l’Immigration et de l’Asile, Jean Asselborn, a pu informer les résidents de la commune sur les modalités d’accueil de cette nouvelle structure.

La réunion s’est déroulée en présence de Romain Reitz, bourgmestre de la commune de Junglinster, de Françoise Hetto-Gaasch, échevin de la commune de Junglinster, de Marc Crochet, Directeur Général de Caritas Luxembourg, ainsi que de plusieurs autres partenaires du ministère impliqués dans le projet de la nouvelle structure.

La séance d’information a notamment été l’occasion pour le ministre Asselborn et les résidents de la commune de Junglinster d’avoir un échange de vues approfondi sur les modalités de l’ouverture de la nouvelle structure d’accueil. Elle a aussi permis aux riverains préalablement inscrits de poser leurs questions au ministre Asselborn ainsi qu’aux responsables et au personnel encadrant sur place.

Dans ce contexte, Jean Asselborn a salué la solidarité dont les citoyens ont fait preuve lors de cet échange de vues. En effet, de nombreux riverains se sont renseignés sur les différentes façons dont ils pourraient contribuer à la mise en place d’un accueil digne de ce nom, notamment en ce qui concerne l’intégration des nouveaux résidents dans la vie locale et la société luxembourgeoise.

Le ministre Asselborn a également saisi l’occasion pour remercier les autorités communales pour leur contribution aux efforts collectifs visant à garantir un accueil digne des demandeurs de protection internationale au Luxembourg.

La structure d’hébergement, gérée par Caritas Luxembourg et dont la capacité sera limitée dans une première phase à 50 personnes, accueille essentiellement des familles. Il s’agit d’une structure dite « temporaire », dans laquelle les DPI séjournent jusqu’à réception d’une réponse à leur demande de protection internationale.

L’Office national de l’accueil compte actuellement 55 structures d’hébergement pour DPI avec une capacité d’accueil maximale de 4.169 lits. Il reste à noter que même si le flux des nouvelles arrivées a légèrement baissé depuis de début de la crise sanitaire, les capacités d’accueil restent très limitées avec un taux d’occupation dans les structures d’hébergement temporaires qui se situe à 94,2%. Ceci notamment au vu de la difficulté des bénéficiaires de protection internationale (BPI), qui représentent actuellement 43,7% de la population hébergée par l’ONA, de quitter les structures.

Dans ce contexte, le ministre Asselborn a tenu à réitérer son appel aux différentes communes du Luxembourg pour qu’elles mettent à disposition des emplacements pour la construction ou l’aménagement de nouvelles structures d’hébergement pour DPI. Dans cette optique, Jean Asselborn a rappelé que plusieurs aides financières et administratives sont disponibles aux communes qui accueillent des DPI ou BPI sur leur territoire.