Zu Kairo an zu Amman gesäit hie béid Ausseministere fir bilateral Gespréicher, och iwwert e Fridden am Noen Osten.

Déi sougenannten Zwee-Staate-Léisung wär déi eenzeg Méiglechkeet, de Fridden am Noen Osten z'etabléieren. Do war de Jean Asselborn sech mat sengem ägypteschen Homolog eens. An der Haaptstad vun Ägypten hat de Jean Asselborn e Mëttwoch eng Entrevue mam Sameh Schukri. En Donneschdeg geet et weider a Jordanien. Ägypten a Jordanien, kann ee froen, firwat net Israel oder Palestina, do, wou de Konflikt ass?

Et brauch een hei net eleng d'Israelien an d'Palestinenser. Et brauch een een, deen et fäerdegbréngt, fir dass d'Israeli an d'Palestinenser nees un een Dësch kommen, matenee schwätzen, matenee verhandelen iwwer dat, wat zanter Jore vun den Amerikaner als eenzeg Léisung gesi gëtt, nämlech eng Zwou-Staate-Léisung. En Israel a séchere Grenzen, a Sécherheet, a Fräiheet, an Dignitéit an Israel wunnen an dass een op der anerer Säit och niewendrun d'Palestinenser an hirem Staat huet, och a Sécherheet an an Dignitéit. Dat ass d'Zwou-Staate-Léisung. An de Grenze vun 1967 a Jerusalem als Capitale vun deenen 2, erkläert de Jean Asselborn.

Jean Asselborn Extrait 1

Op enger gemeinsamer Pressekonferenz am Ausseministère zu Kairo huet och de Sameh Schukri, den ägyptesche Chefdiplomat also, betount, wéi wichteg him de Fridden nordëstlech vu sengem Land ass. Ëmmerhin huet Ägypten och den terroristesch-islamistesche Gruppéierungen de Krich ugesot. Kairo wär also frou, wann déi radikal-islamesch Hamas an de Palestinenser-Gebidder géif ecartéiert ginn. Ägypten huet also eng wichteg diplomatesch Roll, mä wéi gutt se déi spille wäert, bleift ofzewaarden.

Dat ass déi grouss Fro. D'Intentioun, de politesche Wëllen ass do. Allerdéngs ass och eng gewësse Skepsis do, well Dir wësst, dass dee Konflikt do immens al ass. An dee Konflikt ass al, well mir zënter Joerzéngte konfrontéiert si mat enger Occupatioun. A mir hunn dat och gesot, dass den Hamas eng Konsequenz ass vun deene Kricher am Gaza, déi sech all 4-6 Joer repetéiere mat Doudegen an Israel, mat villen Doudegen a Gaza, well net méi um Fong geschwat gëtt. Et gëtt alles gewäerde gelooss. Esouguer mir als Europäer, als international Gemeinschaft huet de Friddensprozess net méi gesinn. Meng Iwwerzeegung, zënter dass ech Ausseminister sinn, ass ëmmer, dass Israel eréischt Rou kritt, fir a Fridden ze liewen, wann d'Palestinenser och dat kréien, wat hinnen zousteet no internationalem Recht, nämlech e Staat.

Jean Asselborn Extrait 2

Dem Lëtzebuerger Chefdiplomat no mussen déi Moderat d'Soen nees kréien. Senger Meenung no léichen all déi néideg Parameteren um Dësch fir Fridden an der Regioun: Ägypten an Jordanien hätten de Wëllen diplomatesch ze vermëttelen. Israel huet eng nei Regierung. Déi misst sech da kloer fir de Fridde positionéieren, hofft de Jean Asselborn. Wat hien iwwregens och vun der EU verlaangt, déi ouni gemeinsam Positioun fir d'Léisung mat zwee Staaten, keng Roll am Friddensprozess géing spillen, wéi de Lëtzebuerger Ausseminister am RTL-Interview zu Kairo bedauert huet.

Schreiwes vum Ausseministère

Jean Asselborn a effectué une visite de travail en Égypte (16-17.06.2021)
Communiqué par: ministère des Affaires étrangères et européennes


Sur invitation du ministre des Affaires étrangères de l’Égypte, Sameh Shoukry, le ministre des Affaires étrangères et européennes, Jean Asselborn, s’est rendu du 16 au 17 juin 2021 en visite de travail en Égypte.

Le ministre Asselborn a été reçu au Caire par son homologue égyptien pour une réunion de travail au palais Tahrir, le siège du ministère des Affaires étrangères de l’Égypte. L’entrevue bilatérale a été l’occasion pour les ministres Asselborn et Shoukry d’évoquer les moyens de renforcer les relations bilatérales entre le Luxembourg et l’Égypte, notamment dans les domaines politiques et économiques. Jean Asselborn a souligné l’intérêt de signer prochainement un accord bilatéral sur les services aériens qui permettrait de développer les échanges commerciaux.

Par la suite, les ministres Asselborn et Shoukry ont eu un échange de vues approfondi sur l’actualité politique internationale et les derniers développements régionaux. Dans ce contexte, les ministres ont pu aborder la situation en Libye et au Yémen.

Les ministres ont également fait le point sur les questions liées au «Grand barrage éthiopien de la Renaissance». Ce barrage sur le Nil bleu constitue un enjeu stratégique pour l’Égypte ainsi que pour le Soudan, les deux pays situés en aval de l’infrastructure.

Le principal sujet à l’ordre du jour des discussions avec le ministre Shoukry a été le processus de paix au Moyen-Orient. À cet égard, le ministre Asselborn a remercié son homologue égyptien pour le rôle crucial que l’Égypte a joué dans la médiation d’un cessez-le-feu entre Israël et le Hamas. Jean Asselborn s’est enquis des efforts en cours pour consolider le cessez-le-feu, faire progresser la réconciliation intra-palestinienne et créer les conditions pour une relance des négociations entre Israéliens et Palestiniens. Le chef de la diplomatie luxembourgeoise a souligné l’importance pour la communauté internationale, y compris l’Union européenne, de faire de nouveau du processus de paix une priorité et d’intensifier les efforts en vue de parvenir à une paix juste et durable, basée sur la solution à deux États.

«La seule manière de sortir du cercle vicieux de la violence et du conflit est de retourner à la table des négociations dans l’objectif de mettre fin à l’occupation qui dure depuis 1967», a souligné Jean Asselborn.

Le chef de la diplomatie luxembourgeoise a enfin saisi l’occasion de son entrevue avec Sameh Shoukry pour aborder la coopération dans les enceintes multilatérales ainsi que la protection et à la promotion des droits humains en Égypte.

La visite de travail au Caire a également été l’occasion pour le ministre Asselborn de rencontrer le secrétaire général de la Ligue des États arabes, Ahmed Aboul Gheit. L’échange de vues a permis d’avoir une discussion approfondie sur le processus de paix au Moyen-Orient. Les relations entre la Ligue des États arabes et l’Union européenne et ses États membres ont aussi été abordées.

Dans le cadre de sa visite de travail au Caire, le ministre Asselborn a également rencontré Amr Moussa, ancien ministre des Affaires étrangères de l’Égypte et ancien secrétaire général de la Ligue des États arabes.

Compte tenu de l’importance que le Luxembourg attache à la promotion des droits humains et à la protection des défenseurs et défenseuses des droits humains, Jean Asselborn s’est entretenu avec des représentants de la société civile égyptienne pour entendre leur témoignage sur la situation des droits de l’Homme en Égypte.

La visite du ministre Asselborn au Moyen-Orient continuera ce 17 juin avec un déplacement à Amman, où il sera reçu par le ministre des Affaires étrangères et des Expatriés du Royaume hachémite de Jordanie, Ayman Safadi.