Et ass e weidere wichtege Schrëtt an der Fro, wéi d'Justiz hir Donnéeë späichert a wien dorobber Accès huet.

De Mëttwoch de Moien hunn d'Justizministesch Sam Tanson an de Policeminister Henri Kox de Projet de loi iwwert de sougenannte "JU-CHA"-Fichier an den zoustännege Chamberkommissioune presentéiert.

JU-CHA/Reportage Maxime Gillen

Mat dem neie Gesetz soll elo ee fir allemol ganz genau gekläert ginn, wéi laang wéi eng Donnéeë gespäichert ginn a wie wéini Accès dorobber huet.

Den éischten Objektiv wier deen, déi néideg Garantien ze schafen, fir effikass ganz sensibel Donnéeën ze protegéieren, mat deenen um Geriicht am Alldag geschafft gëtt. Et géif dorëms goen, dass déi Donnéeën net abusiv genotzt ginn an och net illegal weidergeleet ginn. Gläichzäiteg missten d'Autorités judicaires effikass kënne schaffen, esou d'Justizministesch Sam Tanson.

Gleeft een den Deputéierte vun den Oppositiounsparteien, da ginn et awer nach e puer Punkten ze klären. Zum Beispill soll eng gesetzlech Basis dofir geschaaft ginn, dass d'Justiz dem Employeur vun engem Beschëllegte ka matdeelen, dass géint dës Persoun enquêtéiert gëtt, och wann dës nach net condamnéiert ass, fir méiglech weider Affer ze schützen, wéi d'Procureur général de l'État, d'Martine Solovieff, erkläert.

Dëst wier zum Beispill am Fall vun engem Beschëllegten, géint dee wéinst Attentat à la pudeur enquêtéiert gëtt a géint deen eendeiteg Indicë virleien. Wann dee Beschëllegte mat Kanner schafft, dann dierf de Parquet, laut dem neie Gesetz, den Employeur vun där Persoun iwwert dës Virwërf informéieren. An och wann an deem Fall weider d'Présomption d'innocence gëllt, misst de Risiko fir méiglech weider Affer géint den Dateschutz vun där Persoun ofgewie ginn.

Weider Diskussiounspunkte sinn ënnert anerem d'Durée, wéi laang déi sougenannte "Log-Files", also d'Donnéeën, wie wéini wéi eng Dossiere gekuckt huet, solle gespäichert ginn. Den aktuelle Projet gesäit vir, dass dës 5 Joer laang gehale ginn, och wann den Dossier selwer méi laang an der Datebank bleift.

Elo gëtt de Projet op alle Fall emol an de Chamberkommissiounen diskutéiert an da muss och de Staatsrot nach säin Avis ofginn. Ma déi Responsabel rechnen awer domat, dass d'Gesetz nach virun Enn dës Joers kéint gestëmmt ginn.

Reaktioune vun der Oppositioun

Wärend ee sech eens ass, dass dëse Projet e grousse Schrëtt an déi richteg Richtung wier, stéiert sech d'Oppositioun nach un enger Rei konkrete Punkten. Dozou gehéiert zum Beispill d'Späichere vun Informatiounen, nodeems en Non lieu, respektiv nodeems ee fräi gesprach gouf, wéi den CSV-Deputéierte Laurent Mosar erkläert.

De Laurent Mosar

D'Pirate stéiere sech ënnert anerem dorunner, dass déi sougenannte Log-Files, also d'Donnéeën, wien wéini op wéi eng Dossieren zougegraff huet, solle 5 Joer laang gehale ginn. Dem Deputéierte vun de Piraten, Marc Goergen, geet dat net wäit genuch.

De Marc Goergen

Dem Adr geet den Accès, deen d'Cellule de renseignement financier soll kréien, wesentlech ze wäit, esou den Deputéierte Roy Reding.

De Roy Reding

Hei dat offiziellt Schreiwes:

Sam Tanson et Henri Kox ont présenté le projet de loi relatif au traitement de données personnelles dans l'application JU-CHA (15.09.2021)

Communiqué par: ministère de la Justice / ministère de la Sécurité intérieure En date du 15 septembre 2021, la ministre de la Justice, Sam Tanson, et le ministre de la Sécurité intérieure, Henri Kox, ont présenté le projet de loi numéro 7882 introduisant des dispositions spécifiques pour le traitement de données personnelles effectué par les autorités judiciaires à l'aide de l'application dite JU-CHA, ce en présence du procureur général d'État, Martine Solovieff, et du délégué à la protection des données au sein du parquet général, Marc Schiltz.

Double objectif

D'un côté, le projet propose d'offrir des garanties suffisantes permettant de protéger efficacement les données à caractère personnel des justiciables contre des risques d'abus, ainsi que contre tout accès et toute utilisation illicites de ces données. D'un autre côté, le projet donne aux autorités judiciaires des outils indispensables à l'accomplissement de leurs missions.

L'application JU-CHA sera dorénavant clairement subdivisé en plusieurs modules encadrés par des finalités et des règles d'accès propres.

Ainsi par exemple le module «Casier judiciaire» comprendra les données relatives et nécessaires à la gestion des casiers, en prévoyant un délai de conservation de ces dernières jusqu'au moment de la réhabilitation du condamné.
L'accès aux dossiers répressifs, n'ayant pas encore abouti à une décision de justice, sera limité aux magistrats et au personnel traitant ces affaires. Ce délai sera de deux ans pour les contraventions, cinq ans pour les délits et dix ans pour les crimes, à partir de la dernière inscription dans le dossier. L'expiration de ces délais est communiquée à la police automatiquement qui effectue un transfert de la partie active dans la partie passive de son fichier.
L'accès est par la suite gradué et restreint à certaines données uniquement.

En cas d'acquittement, l'accès aux magistrats ne pourra se faire que pendant 6 mois pour des raisons de suivi administratif.

Le contrôle des accès pourra se faire sur une période de 5 ans.

Toute personne concernée sera en mesure de s'informer dans quelles conditions et pour quelles raisons ses données sont traitées par les autorités judiciaires.

Le projet de loi introduit également une base légale claire pour la transmission par le ministère public de décisions de condamnation aux administrations, personnes morales de droit public ou aux ordres professionnels compétents chargés d'en assurer l'exécution. Sont visées notamment les interdictions de conduire, de chasser, de pêcher, les fermetures d'établissement, les interdictions professionnelles, etc.

Au vu de la législation actuelle sur la protection des données et de la nature sensible des informations relatives à des peines d'interdiction, il a semblé opportun au gouvernement de donner une base légale non équivoque à la transmission de ces décisions de justice, afin d'éviter toute insécurité juridique.

Le texte introduit encore la possibilité pour le ministère public d'alerter des personnes de droit public ou privé qu'un de leurs subordonnés est soupçonné d'avoir commis un crime ou un délit.

Étant donné que le besoin de connaître à un stade antérieur à une condamnation définitive peut s'avérer opportun dans un nombre de cas difficilement déterminables par avance, le gouvernement a fait le choix d'introduire une disposition similaire à la législation française.

Il s'agit de prévenir, dans des conditions déterminées, un trouble à l'ordre public ou une atteinte à l'intégrité physique ou morale d'une personne. Par exemple au cas où une instruction pour abus sexuel sur mineurs est menée contre une personne encadrant des enfants.

Le ministère public devra obligatoirement tenir informé l'employeur de l'issue de la décision de justice.