Opgrond vun der Sécherheetslag ass d'Manifestatioun vun Amnesty International de Weekend an der Stad ofgesot.

Amnesty international reagéiert op déi vill Onsécherheeten, déi et ronderëm déi deels brutal an aggressiv Manifestatioune vun de Covid-Impfgéigner gouf an och nach gëtt. Eng Rei vun deenen Impfgéigner haten annoncéiert, den traditionelle Fakelzuch vun Amnesty dëse Freideg ze stéieren a fir hir Zwecker ze mëssbrauchen. No Concertatioun mat allen Acteuren an och mat den Autoritéiten huet d‘Mënscherechts-Organisatioun e Mëttwoch decidéiert, de Fakelzuch dowéinst dëst Joer ofzesoen.

Et hätt een iwwert déi lescht Stonne gemierkt, dass d‘Konditioune fir esou eng familiär Manifestatioun mat engem positive Message net hätte kënnen assuréiert ginn, esou den Direkter vun Amnesty Lëtzebuerg, den Olivier Pirot. Esou hätt een dee wichtegen a positive Message fir d‘Mënscherechter och net richteg kënnen eriwwerbréngen.

Amnesty International Lëtzebuerg bedauert, datt hirt eegent Recht op Meenungsfräiheet an Demonstratioun duerch aner Gruppen an Eenzelpersounen ageschränkt gëtt, déi ugekënnegt hunn, deen traditionelle Fakelzuch ze notzen, fir hir eege Fuerderungen ze stellen.

Als Alternativ zum Fakelzuch rifft d'Organisatioun d'Leit op, den 10. Dezember, also um internationalen Dag vun de Mënscherechter, Owes um 18 Auer mat enger Käerz virun d'Dier ze goen. Dëst soll een dann op de sozialen Netzwierker posten an Amnesty International Lëtzebuerg taggen.

De Communiqué

Communiqué de presse

Des bougies lumineuses au lieu d’une marche aux flambeaux

En raison de la situation sécuritaire et de la suspension des rassemblements dans le centre-ville pour le week end à venir qui en découle, Amnesty International Luxembourg remplace sa traditionnelle et familiale marche aux flambeaux par une action décentralisée. La section appelle toutes les personnes qui veulent exprimer leur attachement aux droits humains à nos côtés et qui souhaitent montrer leur solidarité avec les 10 personnes et groupes de la campagne « Write for Rights », de sortir le 10 décembre, Journée internationale des droits humains à 18h avec une bougie allumée devant leur porte.

« Nous regrettons amèrement que notre propre droit d’expression et de manifestation soit aujourd’hui limité par d’autres groupes ou individus qui ont annoncé profiter de notre traditionnelle marche aux flambeaux pour porter leurs propres revendications, alors qu’ils disposent de nombreux espaces d’expression, ou par des individus qui abusent de ce droit de manifestation pacifique pour commettre des actes violents. Il s’agit ici d’une forme de monopolisation de l’espace d’expression public que nous ne pouvons que profondément déplorer, quelle que soit la pertinence de leurs revendications, » déclare Olivier Pirot, directeur d’Amnesty International Luxembourg.

« Nous comptons sur la population au Luxembourg afin de quand même faire entendre un message en faveur d’un monde plus juste et notamment leur voix pour soutenir les dix défenseur·e·s des droits humains en danger que nous mettons en lumière dans le cadre de notre campagne Write for Rights. »

Pour ce faire, l’organisation invite ses sympathisant·e·s à sortir avec une bougie allumée le vendredi 10 décembre à 18h, heure à laquelle était prévue la marche aux flambeaux, devant leur porte et de se prendre en photo pour afficher leur attachement aux libertés et aux droits fondamentaux. Les photos peuvent être publiées directement sur les réseaux sociaux en tagguant Amnesty International Luxembourg (Instagram : @amnesty_luxembourg, Facebook : @amnestyluxembourg, Twitter : @AmnestyLux) ou envoyer à par e-mail à e-mail@amnesty.lu. L’équipe d’Amnesty relayera ensuite toutes les photos pour afficher la mobilisation pacifique au Luxembourg.

En complément, la section propose à ses soutiens de participer à Write for Rights en organisant une soirée d’écriture de lettres. Pour cela, Amnesty International met à disposition un kit d’action avec tout le matériel nécessaire pour s’informer sur les 10 personnes et groupes mis en avant, écrire des lettres aux autorités et envoyer des messages de solidarité. Le kit peut être commandé gratuitement par e-mail (activisme@amnesty.lu).

En outre, l’action digitale pour Write for Rights est également possible, par exemple en envoyant des tweets aux décideurs·euses concerné·e·s ou en signant les 10 pétitions sur le site de la campagne

Au-delà de leur situation individuelle, les personnes de Write for Rights illustrent également des problèmes structurels et des violations généralisées des droits humains. Cette année, Amnesty International soutient par exemple l’adolescent biélorusse Mikita Zalatarou, torturé en prison, la militante mexicaine des droits des femmes Wendy Galarza, qui a reçu deux balles de la police, et l’écologiste guatémaltèque Bernardo Caal Xol, emprisonné à tort.

« Nous vivons une période pleine de défis historiques, tels que la pandémie de Covid-19, mais aussi le changement climatique, les crises migratoires ou le développement des technologies digitales peu ou mal encadrées. Défis que l’humanité ne pourra vaincre que de manière unie et solidaire. Face à cela, nous devons donc nous engager ensemble pour un monde plus juste, » déclare Olivier Pirot.