Wat sinn di gesichte Kompetenzen um Aarbechtsmarché zu Lëtzebuerg? Wat fir Beruffer si gefrot, elo an och an Zukunft?

An a wéi enge Secteure gëtt et eng Penurie? Froen, op déi d'Adem am Kader vun hirer sougenannte Skills-Initiative a 7 Etüden no Äntwerte gesicht hunn. Dëst fir an Zukunft Formatiounen, déi si ubidden, besser de Besoinen unzepassen.
Et ass eng Tatsaach. Et gëtt en Desequiliber um Aarbechtsmarché tëscht de Profiller, déi d'Betriber sichen an deenen, déi bei der Aarbechtsagence ageschriwwe sinn, well se eng nei Aarbecht sichen, seet d'Direktesch Isabelle Schlesser. Dat wier u sech näischt Neies, mee:
 
"D'Situatioun spëtzt sech awer an deem Sënn zou, well mer nach ni esouvill oppe Plazen hate wéi am Ament. Iwwer 10.000 oppe Plazen, dat ass e Rekordniveau. Dat ass natierlech u sech positiv. Mee op där aner Säit hu mer nach ëmmer 16.000 Leit, déi aktiv eng Aarbecht sichen."
 
Et wier zwar en niddrege Chiffer, mee d'Hallschent vun dëse Leit, wiere schonn iwwert ee Joer am Chômage. Si hätten also Schwieregkeeten, op d'Plazen ze passen, déi um Marché disponibel sinn. Fir d'Adem ass relativ kloer, datt een deem nëmme kéint mat Formatiounen entgéintwierken. Dofir muss awer kloer sinn, wéi d'Dynamik vum Aarbechtsmarché ass.

D'Ines Baer, Coordinatrice vun der Initiative Futur-Skills, déi d'Etüden duerchgefouert huet, mat enger vun de Conclusiounen:
 
"Bei de Metieren, déi di stäerkste Penurie hunn, gesi mer haaptsächlech ganz qualifizéiert Beruffer wéi Juristen oder Informatiker. Mee awer och Beruffer vum Handwierk. Dat kënne Metzler, Daachdecker oder Elektriker sinn."
 
Weider Schlussfolgerungen aus der Analys sinn dann, datt d'Nofro no deene meeschte Beruffer wiisst. Eng Baisse gëtt et dann éischter a Metieren, wou d'Digitalisatioun dozou féiert datt d'Main d'Oeuvre erofgeet.

An enger vun den Etüde goufen 140.000 Job--Offeren analyséiert fir erauszefannen, wat dann déi gefrote Kompetenzen iwwert di lescht 6 Joer waren. Nach eng Kéier d'Ines Baer:
 
Déi Kompetenz, déi am meeschte gefrot gouf, ass d'l'Adaptation au Changement, dat heescht d'Kompetenz ëmmer rëm weiderzeléieren a sech unzepassen."

Dës Demande géing een an der Hallschent vun den Annoncë fannen. Och gesicht wiere Kompetenze wéi Teamfäegkeet, Kommunikatioun oder Responsabilitéit iwwerhuelen. Wichteg wier och eng gutt Maîtrise vun direkt e puer Sproochen, dacks eng vun den Haaptbarrierë vu Leit, déi eng Aarbecht zu Lëtzebuerg sichen, sou d'Isabelle Schlesser.
 
Den neien LSAP-Aarbechtsminister Georges Engel huet dann nach betount, datt mat deenen Etüden och kéint d'Preventioun vum Chômage verbessert ginn:
 
Wa mir et fäerdegbrénge, relativ fréi Tendenzen um Aarbechtsmarché ze erkennen, da kënne mer déi richteg Leit forméieren, déi d'Entreprisë brauchen. A mer kënnen och evitéieren, datt verschidde Leit iwwerhaapt hir Aarbechtsplaz verléieren, well mer se kënnen direkt forméieren."
 

Et misst een awer zouginn, datt keng absolut Iwwerraschungen an deenen Etüden erauskomm wieren, seet d'Directrice vun der Adem. Mee lo hätt een och Donnéeën,  fir Perceptiounen ze ënnerleeën. Zum Beispill, datt net nëmmen IT-Developpeuren oder Investmentfong-Manager gesicht ginn, mee eben och nach ëmmer, an nach méi Leit am Handwierk, an der Industrie an am Commerce.

Bei de 7 Etüde goufe 7 Secteuren ënnersicht. De Finanzsecteur, d'Industrie, den Horeca, de Commerce, d'Constructioun, d'Handwierk sou wei och den Transport- a Logistiksecteur. Domat soll awer elo net Schluss sinn. Als nächst soll de Gesondheets- a Sozialsecteur analyséiert ginn.

Hei dat offiziellt Schreiwes:

Publication de sept études sectorielles: l'ADEM analyse les offres d'emploi pour une meilleure connaissance des métiers en croissance et des compétences futures (20.01.2022)

Communiqué par : Agence pour le développement de l'emploi (ADEM) Le jeudi 20 janvier 2022, le ministre du Travail, de l'Emploi et de l'Économie sociale et solidaire, Georges Engel, et la directrice de l'Agence pour le développement de l'emploi (ADEM), Isabelle Schlesser, ont présenté sept études sur les métiers et compétences recherchés sur le marché de l'emploi luxembourgeois qui ont été réalisées par l'ADEM sur base des offres d'emploi déclarées par les entreprises. Ces études se placent dans le cadre de la Future Skills Initiative et du Partenariat pour l'emploi entre l'ADEM et l'Union des entreprises luxembourgeoises. Les tendances sur le marché de l'emploi, les métiers d'avenir et les compétences requises ont été analysés pour sept secteurs distincts: la construction, le transport et la logistique, l'artisanat, la finance, l'Horeca, le commerce et l'industrie. Les études ont été réalisées en collaboration avec les fédérations et chambres professionnelles concernées (Chambre de commerce, Chambre des métiers, ABBL, ACA, Fédération des artisans, Horesca, FEDIL, CLC et Cluster for Logistics).

Le ministre Georges Engel a rappelé que «le marché de l'emploi est en pleine transformation et évolue constamment notamment avec l'émergence des progrès technologiques, des problématiques liées à l'environnement ou encore des évolutions sociétales». En découlent de nouveaux métiers, des nouvelles tendances et surtout des défis pour les personnes à la recherche d'un emploi qui doivent développer leurs compétences afin de répondre aux demandes du marché de l'emploi.

L'ADEM a lancé en octobre 2020 sa Future Skills Initiative qui vise notamment à développer les compétences transversales et digitales des demandeurs d'emploi. Le programme de formation FutureSkills, mis en place pendant la crise sanitaire, a ainsi permis à près de 500 demandeurs d'emploi de suivre trois mois de formation en compétences digitales, comportementales et en gestion de projets. Un « stage » pratique (sous forme d'occupation temporaire indemnisée) a également été mis en place.

Le deuxième volet de la Future Skills Initiative a consisté dans l'analyse des métiers et compétences recherchés.
«Les études et analyses sectorielles réalisées à partir des offres déclarées à l'ADEM et des descriptions des postes qui en découlent nous permettront de cibler le mieux possible notre offre de formations afin de la faire correspondre aux besoins actuels et futurs des entreprises», a rappelé Isabelle Schlesser. Elle a mis en avant le rôle de l'ADEM pour rendre le marché de l'emploi plus transparent et pour permettre ainsi aux demandeurs d'emploi de saisir les nouvelles opportunités qui se présentent. La déclaration des postes vacants par les entreprises à l'ADEM est un élément indispensable dans ce cadre.

Inès Baer, en charge de l'élaboration des sept études, en a présenté les principaux résultats. «Globalement, une tendance émerge dans tous les secteurs, celle des exigences en compétences toujours plus élevées dans tous les domaines. Notamment l'importance des compétences transversales (comportementales, digitales, gestion, langues, etc.). La compétence la plus demandée dans tous les secteurs est celle de savoir s'adapter au changement. Concrètement, être flexible et ne pas être hermétique aux changements et transformations que peuvent subir les entreprises est un atout essentiel sur le marché de l'emploi.»

Les conclusions de ces sept études sectorielles en un coup d'œil:

• Les métiers en croissance sont très diversifiés: certains métiers sont hautement qualifiés et d'autres demandent moins de qualifications.

• La croissance de ces métiers s'explique par la croissance de certaines activités dans notre société, comme la construction, l'Horeca, la mobilité ou l'industrie des fonds d'investissement, ou encore par certaines tendances spécifiques, comme la livraison à domicile ou la réglementation financière.

• La tendance de la digitalisation fait croître les métiers liés à l'informatique ou au management de projets tandis que l'automatisation va plutôt diminuer la demande dans certains métiers tels que le travail administratif au niveau backoffice ou encore l'assemblage manuel dans l'industrie.

• Les métiers émergents sont directement liés à de nouvelles tendances (technologiques, environnementales, sociétales), comme par exemple les architectes cloud, les métiers liés à la revalorisation des matières premières, les barista dans les coffee shops.

• Les métiers qui enregistrent la plus forte pénurie de talents sont souvent des métiers très qualifiés tels qu'informaticien et juriste et les métiers issus du secteur de l'artisanat tels que boucher ou électricien.

• Les métiers où on note un surplus de candidats sont plutôt des métiers qui demandent moins de qualifications comme dans les domaines administratifs, du nettoyage et de la vente. Cela ne veut cependant pas dire que les employeurs trouvent facilement des candidats dans ces métiers puisque des compétences spécifiques, telles que la maîtrise des langues, peuvent là aussi générer des difficultés de recrutement.

• On note la forte croissance des exigences en compétences transversales: personnelles, digitales, compétences de gestion et les langues.

La réalisation des sept études sectorielles présente une première étape sur le chemin d'une meilleure connaissance du marché de l'emploi. Ce travail d'analyse devra continuer et être renforcé. Dans sa conclusion, le ministre a notamment relevé l'importance de la collaboration avec les partenaires sociaux dans la thématique des compétences et de la formation continue.

Les études détaillées sont disponibles et consultables sur le site de l'ADEM: https://adem.lu/etudes-sectorielles.