D'Nato fuerdert, datt d'Memberlänner 2% vum PIB sollen investéieren, wat fir Lëtzebuerg awer onrealistesch wier, seet den Defenseminister François Bausch.

Lëtzebuerg wäert an den nächste Jore méi Suen an d’Defense investéieren. Dat huet de Grénge Verdeedegungsminister François Bausch e Freideg um Virmëtteg op enger Pressekonferenz annoncéiert. Bis 2028 wäert de Montant bei bal enger Milliard Euro, also bei engem Prozent vum PIB vum Land, leien.

Zanter 2013 huet sech dann den Invest an d'Defense méi wéi verdräifacht. Virun knapp 10 Joer goufen nämlech 0,3 Prozent vum PIB investéiert. Fir d'nächst Joer sinn ronn 570 Milliounen Euro virgesinn. Dono soll de Montant pro Joer mat enger 0,06 Prozent an d'Luucht goen, bis op 1 Milliard Euro 2028. Wisou déi graduell Augmentatioun, erkläert de Verdeedegungsminister.

François Bausch:
Mir mussen eng progressiv Approche hunn. Se muss realistesch sinn, se muss ëmzesetzen sinn, an och an der Durée muss se nohalteg sinn.

D’Kapazitéiten, souwuel materiell, wéi och personell, muss deementspriechend iwwer d'Joren ausgebaut ginn. An deem Sënn huet de François Bausch och nach eng Kéier d’Fuerderung vun der Nato kritiséiert, déi gären hätt, datt all d’Memberlänner 2 Prozent vun hirem PIB an d'Defense investéieren. Dat wier fir Lëtzebuerg onrealistesch.

François Bausch:
Wann der (dann) deen richtege Montant vergläicht, mat deem wat déi aner Länner maachen, da gesitt der, datt mir a Form vu Kapitalinvest an den Top Ten an der Nato sinn. Lettland misst zum Beispill 6 Mol méi ausginn, wéi se haut ausginn, wa se sou en héijen PIB hätte wéi mir.

Lettland investéiert 2,14 Prozent vu sengem PIB.

De Belsch-Lëtzebuergeschen Reconnaissance-Batailloun ass de prioritäre Projet vun der Lëtzebuerger Defense an den nächste 5 Joer a méi, seet de Colonel Georges Campill vun der Direktioun vun der Verdeedegung.

Colonel Georges Campill: Do muss eng ganz Rei Material an Equipement kaaft ginn. Kommunikatiounssystemer, Ween, Waffen a Munitioun. Dat Batailloun ass an der Dauer geplangt, an dat wäert an den nächste Joerzéngten an der Lëtzebuerger Defense en wichtegen Bestanddeel sinn.

Doriwwer eraus gëtt awer och eng personell Opstockung néideg. Souwuel um Ministère mee méi nach, bei der Arméi, wéi den Generol Steve Thull betount.

Steve Thull: Éischt Estimatiounen ginn dohinner, datt mer eng 100 Leit méi bräichten, wéi déi di mer haut an der Arméi hunn. Fir datt dat Batailloun, wéi et haut dosteet vun 2028 un kéint funktionéieren.

Am ganze soll de Batailloun aus 600 bis 800 Zaldote bestoen. Doriwwer eraus wëllt ee sech weider an deenen Domainer engagéieren, wéi bis elo. Et misst ee sech als klengt Land spezialiséieren, seet de Minister Bausch.

François Bausch:
D'Lëtzebuerger Arméi ass den Ament spezialiséiert an der Reconnaissance, am Espace, dann hu mer d'Cybersecuritéit dobäi kritt. Am Beräich vun der Recherche kënnen och déi Gréng Technologien dobäi kommen. Et muss awer ëmmer an engem gewësse Kader bléiwen, datt mer et nach packen.

Bei den Depensë wéilt een dann och weiderhin dorop oppassen, datt d'Material an dat investéiert gëtt, och kéint am Ziville genotzt ginn.

Weider huet de Minister och nach betount, datt et wichteg ass, datt déi europäesch Unioun d'Fro vun der Sécherheet an Zukunft selwer an d'Hand hëlt. An een eben net méi, wéi bis elo, vum Support aus Amerika ofhängeg ass.

Offiziellt Schreiwes

François Bausch a présenté l’évolution de l’effort de défense: 1% à l’horizon 2028 (24.06.2022)

Communiqué par : Direction de la défense

Le 24 juin 2022, après une présentation devant la commission de la Sécurité intérieure et de la Défense de la Chambre des députés, le ministre de la Défense, François Bausch, a dévoilé les grandes lignes de l’évolution de l’effort de défense lors d’une conférence de presse.

Suite à l’évolution de la situation sécuritaire en Europe et du contexte politique, en particulier en rapport avec la guerre en Ukraine, l’effort de défense du Luxembourg sera substantiellement augmenté pour atteindre les 1% du PIB à l’horizon 2028. Par rapport à 2014, l’effort de défense aura été multiplié par 5 pour atteindre presque 1 milliard d’euros. Ainsi, la Défense luxembourgeoise continuera à respecter ses engagements au sein de l’OTAN et de l’UE et restera un partenaire solidaire et fiable.

La situation particulière du Luxembourg

Lors du sommet du Pays de Galles en 2014, l’OTAN avait demandé aux États membres de tendre vers un effort de défense à hauteur de 2% du PIB, une recommandation de longue date de l’OTAN. Depuis 2014, le budget de défense du Luxembourg a augmenté de plus de 230%.

Cependant, il y a lieu de noter que la méthode de calcul de l’effort de défense, sur base du PIB d’une nation, est une méthode de calcul qui ne tient ni compte de la réalité du terrain, ni de la situation spécifique du Grand-Duché qui affiche un PIB par habitant bien au-dessus de la moyenne des États membres de l’Alliance. La planification budgétaire, et plus particulièrement la mise sur pied de nouveaux projets, doit tenir compte de la taille de la Défense luxembourgeoise et être en phase avec les ressources humaines disponibles.

Une augmentation trop rapide les dépenses pour des projets d’envergure, afin de se rapprocher de la recommandation OTAN de 2% du PIB, risquerait de bloquer des ressources humaines qui ne pourraient plus être utilisées pour accomplir les objectifs en matière de défense fixés par l’OTAN pour le Luxembourg. «Dépenser plus ne signifie pas nécessairement être plus efficace et ne doit pas être une fin en soi», a noté le ministre de la Défense, François Bausch, dans ce contexte.

La trajectoire de l’effort de défense

La réalisation des objectifs fixés dans le cadre de la procédure NDPP (NATO Defense Planning Process) restera une priorité absolue pour la Défense luxembourgeoise. Ainsi, la nouvelle planification de l’évolution de l’effort de défense vise à contribuer à combler des lacunes capacitaires au niveau de l’OTAN et de l’UE tout en se focalisant sur le développement des domaines clés de la Défense luxembourgeoise:

  • ISR (Intelligence, Surveillance and Reconnaissance)
  • Transport aérien
  • Technologies spatiales
  • Cyber

Sur base d’études réalisées auprès de la Direction de la défense et de l’armée, les acteurs concernés ont estimé qu’il soit réaliste d’atteindre les 1% du PIB au plus tôt en 2028 et de maintenir aussi cet effort, sous certaines conditions (recrutement, partenariats et coopérations, évolution du PIB, cycle de production et accès technologique, etc.). L’effort de défense sera réalisé et maintenu grâce à un certain nombre de projets (actuels et futurs) consolidant la position luxembourgeoise au sein de l’OTAN et de l’UE comme un partenaire fiable en matière de défense. À travers une consolidation et un renforcement des domaines d’expertises, l’effort de défense pourra être assuré pendant la période visée.

La trajectoire retenue pour l’effort de défense est la suivante:

  • 2023: 0,71% du PIB (± 573 mio d’euros)
  • 2024: 0,77% du PIB (± 649 mio d’euros)
  • 2025: 0,83% du PIB (± 728 mio d’euros)
  • 2026: 0,89% du PIB (± 814 mio d’euros)
  • 2027: 0,95% du PIB (± 906 mio d’euros)
  • 2028: 1% du PIB (± 994 mio d’euros)

Par rapport à l’ancienne planification, décidée par le gouvernement en conseil en 2019, qui prévoyait un effort de défense à hauteur de 0,72% du PIB à partir de 2014, cette nouvelle trajectoire engendra des dépenses additionnelles de 793 millions d’euros sur la période 2024-2028.

Les projets majeurs

Les fonds alloués à la Défense seront utilisés pour:

  • Réaliser notre objectif capacitaire du bataillon de reconnaissance belgo-luxembourgeois dès 2028
    • Acquisition du matériel et des équipements militaires;
    • Mise en place d’un stock de munitions selon les exigences OTAN;
    • Mise en place de l’infrastructure nécessaire pour le soutien du bataillon.

  • La poursuite de nos engagements dans le domaine aérien:
    • Assurer le maintien en condition, la modernisation et le développement de nos capacités existantes;
    • Continuer et développer la contribution luxembourgeoise aux programmes de surveillance aérienne de l’OTAN afin de garantir leur opérationnalité;
    • Soutenir et développer la fourniture de services à nos partenaires au sein des organisations dont le Luxembourg fait partie.

  • La poursuite et le développement des capacités des systèmes aériens de surveillance et d’observation pilotés à distance.

  • L’élargissement et le développement de nos capacités dans le domaine spatial en ligne avec la Stratégie spatiale de défense, publiée en 2022:
    • Communication satellitaire (SATCOM)
    • Earth Observation (LUXEOSys)
    • Space Situational Awarness
    • Clean Space

  • Le développement de nos capacités de défense et de sécurité cyber.
  • Les investissements dans l’infrastructure militaire à travers:
    • La participation au projet capacitaire UE de mobilité militaire renforcée et du projet (PESCO) de réseau de pôles logistiques en Europe;
    • La rénovation et le maintien de l’infrastructure militaire nationale et internationale (OTAN) au Luxembourg.

En résumé

Lors du sommet de l’OTAN à Madrid, les 29 et 30 juin 2022, le gouvernement luxembourgeois annoncera une trajectoire de l’effort de défense visant à atteindre 1% du PIB, soit environ 1 milliard d’euros, au plus tôt à partir de 2028. Cette planification, adoptée par le gouvernement en conseil sur proposition du ministre de la Défense, se base sur l’analyse des besoins actuels et futurs de l’armée et de la Direction de la défense et elle sera mise à jour régulièrement. La réalisation de cet objectif dépendra cependant partiellement d’acteurs externes, sur lesquels la Défense luxembourgeoise n’exerce pas de contrôle. «Les investissements planifiés répondent à nos objectifs capacitaires, à nos besoins et à ceux de nos partenaires. À travers cette approche, le Luxembourg affirme sa position de partenaire solidaire et fiable en matière de défense au sein de l’OTAN et de l’UE», a conclu le ministre François Bausch.