Am Kader vum 70 Joer ale Bestoe vun der Communauté Européene du Charbon et de l'Acier war d'EU-Kommissioun e Mëttwoch op Visitt zu Lëtzebuerg.

70. Anniversaire CECA / Rep. Claudia Kollwelter

1952, also viru 70 Joer, war am Sall vum Stater Gemengerot um Knuedler déi éischt Sëtzung vun der CECA, der Communauté Européenne du Charbon et de l'Acier. Am Kader vun deem Anniversaire war e Mëttwoch d'EU-Kommissioun op Visitt zu Lëtzebuerg an hat hir Sëtzung genee an deem Sall vun der Gemeng Lëtzebuerg.

Nodeems d'EU-Kommissiounspresidentin Ursula von der Leyen am Palais vum Grand-Duc empfaange gouf, ass et eriwwer op de Knuedler gaangen - laanscht de grousse Chantier bis bei d'Gemeng, wou de Premier Xavier Bettel an d'Buergermeeschtesch Lydie Polfer op d'europäesch Invitéeë gewaart hunn. Ënnerwee huet d'EU-Kommissiounspresidentin iwwregens spontan eng Schoulklass vu Miersch begéint, déi du bis mat virun d'Gemeng komm ass a mat Bettel, von der Leyen a Polfer mol Selfië gemaach huet.

Viru 70 Joer war eben déi 1. Reunioun vun der haiteger Kommissioun an dofir wollt de Staatsministère och drun erënneren datt dat eng Gebuertsstonn vun der EU war, déi eben zu Lëtzebuerg stattfonnt huet. De Premier Xavier Bettel: "Dunn hunn ech dem Ursula von der Leyen dat matgedeelt a si huet zréckgeschriwwen: "Super Idee, wir machen das!". An haut hu mer d'Resultat".

Am Entréeshal vun der Gemeng sinn am Kader vum 70. Anniversaire vun der CECA eng Partie Fotoen ausgestallt, déi zréck un déi 1. Sëtzung vun der CECA erënneren, déi nom 2. Weltkrich gegrënnt gouf, fir d'Produktioun vu Kuel a Stol an Europa ze reguléieren. Et ass d'CECA gewiescht, déi och de Wee fräigemaach huet, fir en Integratiounsprozess aus deem 1993 dunn d'Europäesch Unioun ervir gaangen ass. D'Stater Buergermeeschtesch Lydie Polfer erkläert, wéi et iwwerhaapt dozou koum, datt d'Reunioun deemools zu Lëtzebuerg war: "Den Traité vun der CECA war dat Joer virdrun zu Paräis ënnerschriwwe ginn. D'ass diskutéiert an gestridde ginn wou een dat soll maachen. Stroossbuerg a Stied an Italien waren am Gespréich. A bemol sot de Joseph Bech, deen deemools Ausseminister war: Et ass spéit, ech proposéieren mer fänken provisoresch zu Lëtzebuerg un an da gesi mer. An du war all Mënsch dankbar a sou huet et ugefaange".

Och war si ganz dankbar dofir, datt d'EU-Kommissioun sech bereet erkläert huet, fir hir Sëtzung op Lëtzebuerg ze kommen:

"Déi 70 Joer bedeit fir meng Generatioun an déi, di nach do sinn, eng Period vu Fridden a Wuelstand. Datt dat ni definitiv garantéiert ass, gesi mer jo haut".

Dem Premier Xavier Bettel no soll een ni vergiessen, datt Lëtzebuerg eng EU-Haptstad wier:

"Mir sinn houfreg iwwert déi 10.000e Leit, déi fir d'EU hei zu Lëtzebuerg schaffen an d'Geschicht soll een och net vergiessen, och elo a méi schwéieren Zäiten. Ufanks war et just e klengen "Zesummebréngen" vun individuelle Leit, déi zesummen eppes opbaue wollten, wat haut d'europäesch Geschicht ginn ass. Mir waren bei der Gebuertsstonn dobäi an den europäesche Geescht war ëmmer an eiser DNA".

Uschléissend war dann d'Sëtzung vun der EU-Kommissioun, déi all Woch zesumme kënnt, mä dëst Kéier dann ebe méi ongewinnt am Sall vum Gemengerot, deen iwwregens dofir extra amenagéiert gouf, wéi deemools mat Blummen a sou weider.

No der Sëtzung gouf och nach eng Gedenkplack an der Gemeng ageweit an d'EU-Kommissiounspresidentin Ursula von der Leyen huet sech an d'gëllent Buch vun der Stad Lëtzebuerg agedroen. No engem Mëttegiesse mam Premier Xavier Bettel ass et fir d'EU-Kommissioun uschléissend dunn nach bei d'Cour de comptes gaangen.

De Communiqué

Célébration du 70e anniversaire de la première réunion de la Haute Autorité de la Communauté européenne du charbon et de l’acier à Luxembourg (13.07.2022)

Communiqué par : ministère d'État / ministère des Affaires étrangères et européennes / Ville de Luxembourg

Le 13 juillet 2022, à l’occasion du 70e anniversaire de la 1re réunion de la Haute Autorité de la Communauté européenne du charbon et de l’acier (CECA), le collège des commissaires a tenu - sur invitation du gouvernement luxembourgeois - sa réunion hebdomadaire à l’Hôtel de Ville de Luxembourg.

«Parlant de notre Union européenne, je serais tenté de dire que c’est ici que tout a commencé. Mais pour être tout à fait correct, je dirais que c’est aussi ici que tout a commencé», a noté le Premier ministre à cette occasion.

Car c’est en ces lieux, dans la salle du conseil communal, que la Haute Autorité de la CECA, organe exécutif de cette première communauté européenne, a tenu sa première réunion le 10 août 1952. Ainsi, il importait au gouvernement et à la Ville de Luxembourg de célébrer le début de ces travaux à Luxembourg, qui ont fait de la ville la capitale historique des institutions européennes. Pour cela, le Premier ministre, ministre d’État, Xavier Bettel, et le bourgmestre de la Ville de Luxembourg, Lydie Polfer, en présence des membres du collège échevinal ont accueilli la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, et le collège des commissaires à l’Hôtel de Ville.

À l’issue de la réunion du collège des commissaires, une plaque commémorative a été dévoilée par la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, en présence du Premier ministre, ministre d’État, Xavier Bettel, du ministre des Affaires étrangères et européennes, Jean Asselborn, et du bourgmestre de la Ville de Luxembourg, Lydie Polfer. À cette occasion, le bourgmestre a rappelé qu’il était important de se souvenir que ces 70 ans ont été une époque qui nous a apporté le bien-être, l’unité et avant tout la paix et qu’il fallait être reconnaissant envers tous ceux qui ont contribué à la réconciliation et à la reconstruction de l’Europe.

Cette réunion de travail du Collège a été suivie d’un déjeuner de travail offert par le gouvernement.

«Après que la destruction, la violence, la folie guerrière et meurtrière, qui a vu son comble ignoble et tragique dans l’Holocauste, eurent ravagé notre continent, le mot d’ordre était: ne plus jamais – nie wieder – never again. Ou pour citer Robert Schuman dans sa déclaration du 9 mai: «La paix mondiale ne saurait être sauvegardée sans des efforts créateurs à la mesure des dangers qui la menacent». Aujourd’hui, plus de 72 ans après, et dans un contexte différent mais pas complètement détaché de ses origines, ces mots résonnent au plus fort. Ces efforts créateurs à la mesure des dangers qui menacent la paix, c’est notre devoir historique de les engager, de les poursuivre et de les accomplir. C’est à nous d’être à la hauteur ces efforts», a souligné le Premier ministre lors du déjeuner de travail. Car c’était dans la foulée de la déclaration Schuman du 9 mai 1950 que le Traité de Paris, portant création de la Communauté européenne du charbon et de l’acier (CECA), fut signé le 18 avril 1951 par l’Allemagne, la Belgique, la France, l’Italie, le Luxembourg et les Pays-Bas. En mettant en place un marché unique du charbon et de l’acier, l’objectif était de rendre la guerre en Europe «non seulement impensable mais aussi matériellement impossible».

À cette fin, le Traité créa plusieurs institutions: une Haute Autorité, assistée d’un Comité consultatif, une Assemblée commune, un Conseil spécial de ministres et une Cour de justice. La question du siège de ces institutions a fait à l’époque l’objet de vives discussions. C’est finalement à la fin du mois de juillet 1952 que le ministre luxembourgeois des Affaires étrangères, Joseph Bech, proposa que la CECA débute provisoirement ses travaux à Luxembourg.

Luxembourg ayant ainsi été choisi comme lieu de travail provisoire de la CECA, les différentes institutions n’ont que quelques jours plus tard su commencer leurs activités à Luxembourg, avec la séance d’installation de la Haute Autorité le 10 août 1952, présidée par Jean Monnet, la première séance du Conseil spécial de ministres le 8 septembre 1952, présidée par le chancelier allemand Konrad Adenauer, et, le 10 décembre 1952, la première séance de travail de la Cour de justice. Suite à l’arrivée au Grand-Duché des premiers fonctionnaires européens, et de leurs familles, le Luxembourg est également devenu le berceau du système des Écoles européennes, la première École ayant été créée à Luxembourg en octobre 1953.

70 ans plus tard, Luxembourg reste une des trois capitales européennes, et continue d’accueillir le siège de nombreuses institutions, agences et organes européens, conformément au droit primaire de l’Union européenne. Aujourd’hui, plus de 14.000 fonctionnaires et agents travaillent au Luxembourg pour différentes directions de la Commission européenne, pour le secrétariat général du Parlement européen, la Cour de justice de l’Union européenne, la Banque européenne d’investissement, l’Office des publications de l’Union européenne, la Cour des comptes européenne, le Mécanisme européen de stabilité, les deux Écoles européennes, le Centre de traduction des organes de l’Union européenne, l’Entreprise commune pour le calcul à haute performance (EuroHPC) et le Parquet européen. S’y est récemment ajouté la Cour d’appel et le greffe de la Juridiction unifiée du brevet. Cette nouvelle juridiction sera compétente pour connaître des affaires de contrefaçon et de validité des nouveaux brevets unitaires ainsi que des brevets européens.

Depuis 1965, le Conseil tient ses sessions à Luxembourg pendant les mois d’avril, de juin et d’octobre.