Lëtzebuerg huet sech erënnert - un de Kampf vum Lëtzebuerger Vollek am Zweete Weltkrich. Et gouf op ganz ville Plazen Zeremonien.

"Mat all Joer, dat vergeet, gëtt d’Erënnerung un déi grujeleg Zäit vum Zweete Weltkrich méi schwéier an d’Bild vu Misär, vu Leed a vun Trauer gëtt méi dréif." Dat schreift d'Regierung am Kader vum nationale Commemoratiounsdag. A si seet deene Merci, "déi viru genee 75 Joer Courage gewisen hunn a bei der Personenstandsaufnahme en Zeeche gesat hunn, en Zeechen, wat wesentlech derzou bäigedroen huet, dass mir zu Lëtzebuerg haut eng Eegestännegkeet an en onofhängegt Zesummeliewen dierfe genéissen".

VIDEO: Nationale Gedenkdag
Iwwerall am Land waren haut Gedenkzeremonien fir d'Affer an d'Leed vum Zweete Weltkrich.

Uechtert d'Land ware vill Zeremonien - an de Gemengen an och an der Stad um Kanounenhiwwel, bei der Gëlle Fra a beim Hinzerter Kräiz.

Hei de Programm an d'Schreiwes vun der Regierung

Journée de la commémoration nationale (09.10.2016)

Communiqué par: Service information et presse du gouvernement La Journée de la commémoration nationale est consacrée au souvenir de la lutte menée par le peuple luxembourgeois durant l'occupation de 1940 à 1945. À cette occasion, plusieurs cérémonies seront prévues à Luxembourg.

Cérémonie au monument national de la Solidarité luxembourgeoise

À 10 h 30, S.A.R. le Grand-Duc déposera une couronne de fleurs devant le monument national de la Solidarité luxembourgeoise («Kanounenhiwwel»).

À son arrivée au boulevard F. D. Roosevelt, S.A.R. le Grand-Duc sera accueilli au pied du monument par le président de la Chambre des députés, Mars Di Bartolomeo, par le Premier ministre, ministre d'État, Xavier Bettel, par le bourgmestre de la Ville de Luxembourg, Lydie Polfer, et par le chef d'état-major de l'armée luxembourgeoise, le général Romain Mancinelli.

À son arrivée au Kanounenhiwwel, le chef d'État déposera une couronne de fleurs devant le monument, puis ranimera la flamme du souvenir.

À la sortie du monument, S.A.R. Grand-Duc saluera les porte-drapeaux, les autorités luxembourgeoises, les ambassadeurs résidant à Luxembourg, les membres du Comité pour la mémoire de la Deuxième Guerre mondiale, les représentants des associations des anciens combattants, de la résistance, des enrôlés de force et des victimes de la Shoah ainsi que des étudiants de l'Université de Luxembourg et des élèves de l'Athénée de Luxembourg.

Dépôt de fleurs devant le monument du Souvenir (Gëlle Fra)

À l'issue de la cérémonie au monument national de la Solidarité, des couronnes de fleurs seront déposées à 11 h 00 devant le monument du Souvenir à la place de la Constitution par le président de la Chambre des députés, Mars Di Bartolomeo, le Premier ministre, ministre d'État, Xavier Bettel, et le bourgmestre de la Ville de Luxembourg, Lydie Polfer, en présence du chef d'état-major de l'armée luxembourgeoise, le général Romain Mancinelli et du directeur général de la police grand-ducale, Philippe Schrantz.

Cérémonie au monument national de la Résistance et de la Déportation (Hinzerter Kräiz)

À 11 h 30, le Premier ministre Xavier Bettel prononcera un discours au monument national de la Résistance et de la Déportation.

Un représentant de l'Église catholique, l'abbé Patrick Muller, le grand rabbin de Luxembourg, Alain Nacache, et le pasteur de l'Église protestante de Luxembourg, Volker Strauß, procèderont ensuite à la bénédiction de la tombe au monument national de la Résistance et de la Déportation (Hinzerter Kräiz).

Des couronnes de fleurs y seront déposées par le président de la Chambre des députés, Mars Di Bartolomeo, par le Premier ministre, ministre d'État, Xavier Bettel, ainsi que par le bourgmestre de la Ville de Luxembourg, Lydie Polfer, en présence des autorités et des ambassadeurs.

© t.y

Journée de commémoration nationale: Proklamatioun vun der Regierung

Um nationale Gedenkdag läit der Lëtzebuerger Regierung alles drun, fir Merci ze soen a fir hiren déifste Respekt auszedrécke vis-à-vis vun deenen, déi viru genee 75 Joer Courage gewisen hunn a bei der Personenstandsaufnahme en Zeeche gesat hunn, en Zeechen, wat wesentlech derzou bäigedroen huet, dass mir zu Lëtzebuerg haut eng Eegestännegkeet an en onofhängegt Zesummeliewen dierfe genéissen.

Mat all Joer, dat vergeet, gëtt d’Erënnerung un déi grujeleg Zäit vum Zweete Weltkrich méi schwéier an d’Bild vu Misär, vu Leed a vun Trauer gëtt méi dréif. Et ass fir d’Nokrichsgeneratioune kaum nach virstellbar, wat d’Realitéit an de Krichsjore war a wéi den Alldag zu Lëtzebuerg ënnert dem Drock vum Okkupant ausgesinn huet. Nodeems am Summer 1942 d’Nazien zu Lëtzebuerg ugefaangen hunn d’Jugend ze zwangsrekrutéieren, war de Widderstand an der Populatioun enorm. Dat huet derzou gefouert, dass den Naziokkupant och mat haarder Hand géint d’Lëtzebuerger agéiert huet. Fraen, Kanner, Männer, Aler a Jonker goufe verhaft, deportéiert an dacks zu Doud gefoltert.

D’Lëtzebuerger hunn awer deemools zesummegehalen, se hu sech gestäipt géint eng Muecht, géint déi se am Fong keng Chance haten. D’Lëtzebuerger ware staark, well se sech net auserneendreiwe gelooss hunn a solidaresch waren – solidaresch als Natioun, als Vollek an als einfach Mënschen, déi wossten, wat richteg a wat falsch war. Uechter d’Land ware Männer verstoppt, déi aus der Wehrmacht desertéiert haten. Op Späicheren, a Kelleren, a Scheieren, Hielen an Hütte ware ganz Familljen ënnerbruecht, déi virun de Nazien hate misse fortlafen. Mir waren deemools Flüchtlingen am eegene Land a konnten op Hëllef zielen.

Hëllef gouf et awer och vu baussen. Déi Alliéiert sinn 1944 an der Normandie gelant an hunn der Hoffnung nees eng Chance ginn. De Krich war fir Europa a fir Lëtzebuerg nach laang net eriwwer a mat der Ardennenoffensiv sollt et esouguer nach en trauregen Héichpunkt an eise Géigende ginn. Mat der Hëllef vun den Zaldoten, déi wäit gereest waren, fir sech den Nazien an de Wee ze stellen an der Ënnerdréckung en Enn ze maachen, konnt eist Land am Fréijoer 1945 awer nees Loft huelen an de luesen a schwéiere Wee vum Neesopbau goen.

D’Generatioune vun haut hunn hir Fräiheet, hir Onofhängegkeet, de Fridden an de Wuelstand deenen ze verdanken, déi sech deemools gewiert hunn, deenen, déi hiert eegent Liewen op d’Spill gesat a verluer hunn. D’Affer vum Zweete Weltkrich si fir hiert Land gestuerwen, fir eng fräi Gesellschaft a se si fir d’Generatiounen no hinnen – also fir eis –gestuerwen.

Un dës couragéiert Fraen a Männer erënnere mir haut, mir halen een Ament stëll an denken u si. Mir soe Merci a mir verflichten eis, dat Ierwen, dat si eis hannerlooss hunn, héichzehalen. Mir hunn d’Responsabilitéit an d’Obligatioun, eis och haut fir eng fräi Gesellschaft, fir e solidarescht Europa anzesetzen a fir d’Wäerter vun Humanitéit an Toleranz a fir de Respekt vun de Mënscherechter ze kämpfen.

Lëtzebuerg, den 9. Oktober 2016

D’Membere vun der Regierung

Xavier BETTEL, Étienne SCHNEIDER, Jean ASSELBORN, Félix BRAZ, Nicolas SCHMIT,

Romain SCHNEIDER, François BAUSCH, Fernand ETGEN, Marc HANSEN, Pierre GRAMEGNA,

Lydia MUTSCH, Dan KERSCH, Claude MEISCH, Corinne CAHEN, Carole DIESCHBOURG,

Camille GIRA, Francine CLOSENER, Guy ARENDT

© Lucien Koneczny

Journée de commémoration nationale: proclamation du gouvernement

À l’occasion de la Journée de commémoration nationale, il tient à cœur au gouvernement luxembourgeois d’exprimer ses remerciements et son profond respect à l’égard de tous ceux qui, il y a exactement 75 ans, ont fait preuve de courage et ont montré la voie au moment du recensement (Personenstandsaufnahme), voie qui a largement contribué à nous permettre de mener une existence autodéterminée et de cohabiter de manière indépendante au Luxembourg aujourd’hui.

Avec chaque année qui passe, il devient plus difficile de se remémorer l’époque terrifiante de la Seconde Guerre mondiale, et l’image de la misère, de la souffrance et de la tristesse s’évanouit peu à peu. Les générations de l’après-guerre ont bien du mal à imaginer la réalité des années de guerre et le quotidien au Luxembourg sous le joug de l’occupant. Après que les nazis eurent commencé à procéder à l’enrôlement forcé des jeunes à l’été 1942, l’opposition de la population fut énorme. Ce qui incita l’occupant nazi à infliger un traitement dur aux Luxembourgeois: hommes, femmes et enfants, jeunes et vieux furent arrêtés, déportés et souvent torturés jusqu’à ce que mort s’en suive.

Les Luxembourgeois se serraient toutefois les coudes en ces temps et se soutenaient mutuellement contre un pouvoir contre lequel ils n’avaient, tout compte fait, aucune chance. Les Luxembourgeois étaient forts parce qu’ils ne se sont pas laissé diviser et parce qu’ils étaient solidaires – solidaires en tant que nation, en tant que peuple et tout simplement en tant qu’êtres humains qui savaient distinguer le bien du mal. À travers tout le pays, on cachait des hommes qui avaient déserté la Wehrmacht. Des greniers, des caves, des granges, des cavernes et des cabanes hébergeaient des familles entières obligées de fuir les nazis. À l’époque, nous étions des réfugiés dans notre propre pays et nous pouvions compter sur de l’aide.

Cette aide venait également de l’extérieur. En 1944, les alliés débarqués en Normandie ont suscité de nouveaux espoirs. La guerre était loin d’être terminée pour l’Europe et pour le Luxembourg, et l’offensive des Ardennes devait en marquer un triste point culminant dans nos régions. Au printemps de l’année 1945, notre pays a toutefois pu reprendre son souffle et s’engager sur le long et difficile chemin de la reconstruction, avec l’aide des soldats venus de loin pour combattre les nazis et mettre un terme à la répression.

Les générations d’aujourd’hui doivent leur liberté, leur indépendance, la paix et la prospérité à ceux qui se sont battus à l’époque, à ceux qui ont risqué leur vie et qui ont fini par la perdre. Les victimes de la Seconde Guerre mondiale sont mortes pour leur patrie, pour une société libre et elles ont sacrifié leur vie pour les générations suivantes – à savoir pour nous.

Aujourd’hui, nous voulons évoquer le souvenir de ces femmes et hommes courageux, et nous recueillir un instant pour leur accorder une pensée. Nous les remercions et nous nous engageons à rendre hommage à l’héritage qu’ils nous ont légué. Nous devons faire preuve d’engagement et de responsabilité pour œuvrer également aujourd’hui en faveur d’une société libre, d’une Europe solidaire, pour lutter en faveur des valeurs d’humanité et de tolérance ainsi que pour le respect des droits humains.

Luxembourg, le 9 octobre 2016

Les membres du gouvernement

Xavier BETTEL, Étienne SCHNEIDER, Jean ASSELBORN, Félix BRAZ, Nicolas SCHMIT,

Romain SCHNEIDER, François BAUSCH, Fernand ETGEN, Marc HANSEN, Pierre GRAMEGNA,

Lydia MUTSCH, Dan KERSCH, Claude MEISCH, Corinne CAHEN, Carole DIESCHBOURG,

Camille GIRA, Francine CLOSENER, Guy ARENDT