Les Hôpitaux Robert Schuman (HRS) se joignent chaque année au mois d’avril aux associations qui oeuvrent pour aider les personnes atteintes d’autisme au Luxembourg en participant aux actions menées à l’occasion de la journée mondiale de sensibilisation à l’Autisme.

Dans ce contexte, le 29 avril 2019, les HRS ont remis un chèque d’une valeur de 1000€ à la Fondation Autisme Luxembourg (FAL). La somme a été récoltée lors de la vente de gâteaux préparés par l’équipe et les patients du Service National de Psychiatrie Juvénile au sein des Hôpitaux Robert Schuman dans le cadre des campagnes pour la Journée Mondiale de sensibilisation à l’autisme.

La Fondation Autisme Luxembourg a été créée en 1994 pour promouvoir et défendre les droits des personnes atteintes
d’autisme et d’intervenir lorsque ces droits sont menacés. La FAL veille également au respect des règles de l’éthique et des droits fondamentaux définis dans la Charte des Droits pour les Personnes Autistes (Autisme-Europe).

Depuis plus de 20 ans, la FAL vient en aide aux personnes atteintes d’autisme ainsi qu’à leurs familles et travaille en étroite collaboration avec les services publics mais aussi avec d’autres partenaires dans le milieu associatif, en vue de promouvoir l’inclusion sociale des personnes concernées par l’autisme. En 2018, 69 diagnostics ont été menés et 730 prestations de services concernant le soutien à la personne, aux familles et aux professionnels ont été comptabilisées.

Lors de la remise de chèque, Monsieur Claude Schmit, président de la FAL a déclaré : «La journée mondiale de la sensibilisation à l’autisme a lieu chaque année le 2 avril. Elle a pour but de sensibiliser à l’autisme à tous les niveaux de la société, car il s’agit d’un handicap encore largement inconnu, invisible et qui touche de nombreuses personnes. J’ai personnellement été touché il y a plus de 30 ans avec mon fils à qui on a diagnostiqué ce handicap. On m’a, en ce temps, dit que cela touchait deux personnes sur 10 000. A l’heure actuelle nous en sommes à une prévalence de 1 personne sur 100, ce qui montre bien que ce handicap est très présent. Il s’agit d’un réel problème sociétal qu’il faut faire connaître à un public très large. Beaucoup de personnes n’ont pas le soutien nécessaire ou bien n’ont pas encore eu la possibilité d’avoir un diagnostic. Je me réjouis donc que les Hôpitaux Robert Schuman participent activement à ces efforts de sensibilisation et les remercie pour leur soutien à cette cause. »