Wa mir vun Hygiènesproduite schwätzen, da sinn domadder zum Beispill Tamponen oder Binde gemengt. Fir all biologesch Frae sinn dat wichteg Produiten, déi si e Groussdeel vun hirem Liewe benotzen. A Schottland gouf elo e Gesetzesprojet gestëmmt, dee virgesäit Fraen a Meedercher Hygiènesproduite gratis zur Verfügung ze stellen.

02122020 Serie Binden a Co Menstruatiounsaarmut

Dat ganzt ass eng Mesure fir déi sougenannte Menstruatiounsaarmut an de Grëff ze kréien. Domadder ass gemengt, dass et Fraen a Meedercher ginn, déi a prekäre Situatioune sinn an dacks keng Suen hu fir Hygiènesproduiten ze kafen. Dat ass net just a Schottland de Fall. D’Fatima Rougie vun der asbl Planning Familial.
Fatima Rougi:Donc je pense qu’on a vraiment tendance à penser que le niveau de vie au Luxembourg est très élevé au Luxembourg. Mais la pauvreté existe aussi au Luxembourg, elle prend du terrain. Et forcément si la pauvreté augmente, la précarité augmente et la précarité menstruelle augmente aussi.

Den Ament organiséieren si ee Projet wou ee spezifesch Hygiènesartikele ka spenden u Leit, déi si brauchen an eventuell awer net leeschte kënnen. Un esou Produiten denkt een nämlech net ëmmer direkt.
Fatima Rougi: Par exemple si demain vous devrez faire un colis pour des sans-abris. Vous alles pensez à acheter des conserves, à acheter, des biens no périssable, mais vous n’allez pas forcément penser à acheter quelque chose pour les menstruations. On n’y pense pas forcément, mais elle est là. Elle est forcément moins présente que dans des autres pays. Mais croyez moi, quand j’ai fais campagne, je me suis rendu compte, que la précarité était là. Et voilà, on n’est pas à l’abris.

Viru 4 Joer huet sech de Planning Familial och dofir agesat, dass Hygiènesproduiten hei am Land net méi als Luxusartikel verstéiert ginn. Réischt zanter dem 1. Mee 2019 ginn Tamponen a Binden net méi op 17, mee op 3 Prozent versteiert.
Fatima Rougi: Donc c’était un sujet qui était inexistant et surtout ce que nous a choqué au planning. C’était que les produits que la moitié de la population du Luxembourg utilisait, étaient considérés comme des produits de luxe. Donc si vous achetiez par exemple un rouge à lèvre. Qui est taxé de la même façon qu’une serviette ou un tampon hygiénique. Et pour nous c’était un gros problème. D’autant qu’il y a dans la taxation, dans le règlement de taxe une catégorie qui correspond plus à ces produits. C’est la catégorie des produits à première nécessités. Dedans on trouve par exemple le papier de toilette, on trouve aussi de la nourriture pour les animaux.  On trouve également du coca, les sodas. Donc on se disait, il y a quand même quelque chose qui ne va pas. Si c’est ok à être taxé à 3 % pour une bouteille de coca. Pourquoi ça n’est pas aussi le cas pour un produit qui est utilisé de la moitié de la population.

Ob dëse Preis um Enn beim Verbraucher ukënnt oder dem Hiersteller an d’Kaarte spillt, ass ëmstridden. Mee et geet och ëm e grousse symbolesche Wäert, wann Tamponen a Binden net méi als Luxus, mee als Necessitéit ugesi ginn.
Fatima Rougi:C’est aussi une manière d’amener le sujet dans la société. De dire, écoutez il y a la moitié de la population qui a ses règles tous les mois, qui saigne tous les mois, achète le produit. C’est un vrai sujet. C’est là, c’est présent et d’en parler ça permet de rendre le sujet banal, de le rendre normale, parce que en fait, il n’ y a pas de plus normale que d’avoir sa règle.

Wëll d’Menstruatioun sicht sech um Enn kee raus a fir vill Fraen ass et definitiv kee Luxus an dacks och mat vill Péng verbonnen.

De Projet "Sang-vous" vum Planning Familial:
Si sammelen Hygiènesproduite fir déi weider un Beneficiairen ze ginn. Dëst am Kader vum "Hope-Project" zesumme mam Lycée technique de Lallange an enger Partnerfoyer. Fir mat ze maache kann ee Produite wéi Tamponen, Binden oder aner Hygiènesartikelen op folgend Adress schécken oder laanscht bréngen:
An der Stad: 6, rue de la Fonderie, L-1531 Luxembourg

Zu Esch: 2-4, rue Ernie Reitz, L- 4151 Esch-sur-Alzette

Oder Ettebréck: 18, avenue J.F. Kennedy, L-9053 Ettelbrück.