Frontalieren aus der Belsch, déi hei zu Lëtzebuerg schaffen, däerfen dat bis zum Enn vum Joer weiderhin aus dem Home-Office maachen.

Doriwwer hu sech déi belsch an déi lëtzebuergesch Regierung eens gesat, heescht et an engem Communiqué aus dem Finanzministère vun e Méindeg den Owend. Et ass eng Ausname-Reegelung, déi domadder verlängert gouf, an déi steierlech Froe kläert. D’Belsch däerfen ebe vun doheem aus fir hire lëtzebuergesche Patron schaffen, ouni do musse Steieren ze bezuelen. An Net-Corona-Zäiten wär dat u sech just 24 Deeg laang méiglech.

Ëmmerhin eng 50.000 belsch Frontaliere kéinten deemno dervu profitéieren.

En änlechen Accord ass mat Däitschland souwisou a Kraaft, a mat de Fransousen wier een nach a Verhandlungen.

Den OGBL fuerdert dann och an engem Communiqué, dass all d'Frontaliere sou séier wéi méiglech misste rassuréiert ginn.

Communiqué vum Finanzministère:

COVID-19: Prolongation de l'accord sur le télétravail avec la Belgique jusqu'au 31 décembre 2020 (24.08.2020)Communiqué par: ministère des Finances

En date du 24 août 2020, le ministère des Finances a reçu la confirmation officielle du ministère des Finances belge que l'accord bilatéral du 19 mai 2020 en matière de fiscalité concernant le télétravail dans le contexte de la lutte contre la propagation du COVID-19 restera en vigueur jusqu'au 31 décembre 2020.

L'accord prévoit que l'activité exercée à domicile en raison des mesures prises pour combattre la pandémie de COVID-19, est considérée comme exercée au Luxembourg, et que la rémunération y relative reste donc imposable au Luxembourg.

Le ministre des Finances, Pierre Gramegna, se félicite: «L'accord sur le télétravail des frontaliers avec nos voisins belges a été très important dans la lutte contre la propagation du COVID-19. Au cours des derniers mois, il a permis de garantir la flexibilité nécessaire aux employeurs luxembourgeois et les quelques 50.000 frontaliers belges. Je me réjouis donc de pouvoir annoncer que les négociations avec nos partenaires belges ont porté leurs fruits et que nous sommes convenus que l'accord restera en vigueur jusqu'au 31 décembre 2020.»

Pour rappel, l'application de l'accord amiable avec l'Allemagne se prolonge automatiquement d'un mois si aucun des États contractants ne renonce à l'accord au moins une semaine avant la fin de l'échéance. L'accord est donc valable jusqu'à nouvel ordre.