De Prisong zu Schraasseg ass an engem "partielle Lockdown". Dat deelt d'Prisongsverwaltung mat.

Dat well d'Infektioune mam Covid19 eropgaange sinn. 15 Prisonéier aus zwee Bléck hu sech bis elo mam Covid ugestach. D'Zil vum Lockdown ass et, eng weider Iwwerdroung ze verhënneren. De Kontakt vun den Detenue mat der Welt baussent dem Prisong soll limitéiert ginn. D'Visitte vun de Famille ginn allerdéngs net verbueden, wéi dat nach am éischte Lockdown de Fall war. "Partielle Lockdown" bedeit vill méi, datt d'Prisonéier sech am Prisong net kräize sollen. Duerfir si Gemeinschaftsaktivitéite wéi Schaffen a Sport dobannen den Ament net erlaabt. Sportlech Aktivitéiten dobaussen dogéint si méiglech.  D'Prisongskapell awer ass zou.

De Lockdown gëllt fir zwou Wochen. Déi concernéiert Prisonéier wieren asymptomatesch oder hätten nëmme wéineg Symptomer den Ament. All Detenu, deen a Kontakt mat enger infizéierter Persoun war, wär fir 10 Deeg a Quarantän.

De Prisong setzt op systematesch Schnelltester. Hei wier een amgaang, zesumme mat den Experte vun der Santé eng effikass Teststrategie auszeschaffen.

Donieft ass och eng Zort Large-Scale-Testing fir d'Personal a Mataarbechter geschwë geplangt. Um Donneschdeg goufen eisen Informatiounen no alleguerten d'Prisonéier vun de concernéierte Bléck grad wéi all d'Leit, déi mat hinnen a Kontakt waren, op de Covid getest.

Bis d'Testresultater virleien, wëll sech d'Prisongsverwaltung nach net iwwert d'Situatioun äusseren. Et kéint een haut weder e Muster erkennen, nach gesinn, wou d'Infektiounen hierkommen.

Déi medezinesch Unitéit zu Schraasseg gouf ausgebaut, fir bis zu 30 Prisonéier behandelen ze kënnen. Patiente mat schwéiere Verleef ginn natierlech hospitaliséiert, wann et néideg ass.

Wéi et heescht, wier ee gutt preparéiert, op dat, wat komme kéint an d'Situatioun den Ament ënner Kontroll.

Hei dat offiziellt Schreiwes:

«Lockdown partiel» au Centre pénitentiaire de Luxembourg (15.04.2021)
Communiqué par: Administration pénitentiaire Suite à une hausse des infections à la COVID-19 au Centre pénitentiaire de Luxembourg (CPL), l'Administration pénitentiaire a décidé, en concertation avec le ministère de la Justice, de procéder à un «lockdown partiel» au CPL.
Dans le but d'éviter les sources d'infection possibles, les contacts des détenus avec l'extérieur ont été limités davantage sans cependant interdire les visites familiales.

Actuellement, 15 détenus de différentes sections de détention sont touchés par l'infection. Selon le service médical, tous sont asymptomatiques ou ne présentent que de très légers symptômes. À partir du constat de l'infection, ces détenus sont placés, pour une durée de dix jours minimum, dans une section réservée aux cas positifs à la COVID-19. Tous les détenus en contact avec une personne infectée ont été mis en quarantaine et ont eu la possibilité de se soumettre à un test de dépistage par PCR.

Le recours à des tests antigéniques rapides va être systématisé pour garantir au mieux la sécurité sanitaire. Des séries de tests de type «large scale» destinées au personnel et aux détenus sont prévues très prochainement.
La situation sanitaire au CPL est sous contrôle et des réserves opérationnelles suffisantes sont à disposition en cas d'aggravation de la situation. Les mesures sanitaires énoncées ci-dessus sont d'application pour une durée de 14 jours.
L'Administration pénitentiaire et le service médical au sein du CPL surveillent l'évolution de la situation de très près et de manière continue. En ce moment, il n'est pas possible de se prononcer sur l'évolution de la situation.