Wat dëst Joer ganz nei bei der Luxembourg Art Week ass, war d'Remise vum Lëtzebuerger Konschtpräis duerch d'Grand-Duchesse.

Hei geet et drëm, engem Kënschtler oder enger Kënschtlerin, déi hei zu Lëtzebuerg lieft a schafft, eng Reconnaissance fir hir Aarbecht ze ginn.

De Präis ass op 10.000 Euro dotéiert a gëtt dann all zwee Joer verginn.

Wéi et vun der Kulturministesch Sam Tanson scho virun engem Mount housch, hätt d'Kënschtlerin Berthe Lutgen duerch hiert Gesamtwierk d'Renommée vun der Lëtzebuerger Konschtzeen mat markéiert.

De Parcours vun der Berthe Lutgen wier deemno eng Source vun Inspiratioun an Orientatioun fir eng ganz Generatioun vun Artisten.

RTL

Hei dat offiziellt Schreiwes:

Remise du premier Lëtzebuerger Konschtpräis à Berthe Lutgen
Communiqué par : ministère de la CultureEn date du 11 novembre 2022, l'artiste Berthe Lutgen a reçu le premier Lëtzebuerger Konschtpräis des mains de S.A.R. la Grande-Duchesse dans le contexte de la Luxembourg Art Week. La ministre de la Culture, Sam Tanson a félicité la lauréate de ce nouveau prix du ministère de la Culture dans le domaine des arts visuels:

« Par ce prix, nous récompensons plutôt un parcours artistique exceptionnel, l'œuvre d'une vie et une carrière, voire tout un engagement en faveur de la création et de la cause culturelle. Au-delà de la récompense pécuniaire, ce genre de prix symbolise la grande estime que nous portons à nos artistes. Je suis particulièrement touchée de remettre le prix à Berthe Lutgen, dont le parcours fut toujours marqué par un regard aiguisé sur la société, un infaillible engagement féministe et une grande fidélité à la peinture »

Le prix
Doté de 10.000 euros, ce prix biennal distingue un/e artiste pour l'ensemble de son œuvre, sa carrière ainsi que son engagement durable pour la scène artistique luxembourgeoise. Sont éligibles les artistes actifs/ves dans le domaine des arts visuels, de nationalité luxembourgeoise, vivant/travaillant au Luxembourg ou ayant un fort ancrage culturel dans la scène artistique du pays.

La création de ce prix correspond à la recommandation 21 du Kulturentwécklungsplang 2018-2028 : « Mettre en place un système de décernement de prix mettant en valeur les créations culturelles et artistiques ».

Pour cette première édition de ce prix, qui sera remis à rythme biennal, la lauréate a en outre été distinguée par un trophée original réalisé par l'artiste et designer Claude Schmitz, à savoir une broche en argent patiné symbolisant l'importance de la voix des artistes dans notre société.

Le jury
La motivation du jury, composé de

Jamie Armstrong, historienne d'art et responsable du Lëtzebuerger Konschtarchiv au MNHA,
Marie-Claude Beaud, historienne d'art, commissaire d'expositions, ancienne directrice du Mudam et présidente du jury,
Lucien Kayser, critique d'art et président de la section des arts et des lettres de l'Institut grand-ducal,
Paul Reiles, juriste, directeur du Musée national d'histoire et d'art e.r. et ancien président du Fonds culturel national,
Edmond Thill, éducateur de musées, ancien chef du service éducatif au Musée national d'histoire et d'art et secrétaire de la section des arts et des lettres de l'Institut grand-ducal,
a été présentée par Lucien Kayser :

« Les membres du jury institué par le ministère de la Culture pour la première édition du Lëtzebuerger Konschtpräis ont à l'unanimité porté leur choix sur l'artiste Berthe Lutgen qui leur a semblé répondre sur tous les points aux critères émis lors de la création du prix: un parcours et un ensemble d'œuvres reconnus, une place toute personnelle sur la scène artistique luxembourgeoise.

Berthe Lutgen fait partie des générations d'artistes né/es entre 1930 et 1950, dont les meilleur/es ont été à l'origine d'une véritable rupture dans la pratique de l'art dans le pays; op art, happening, land art, y étaient alors inconnus. À ces nouvelles orientations s'est associé l'engagement social et politique, dans un contexte où il fallait beaucoup d'esprit d'initiative et de courage.

Comme tels de ses contemporains, Berthe Lutgen a commencé alors une trajectoire tout au long sans la moindre concession. Pour elle, fondatrice dès 1971 du MLF au Luxembourg, l'art a été parallèlement toujours lié à son féminisme, pour dénoncer les injustices et lutter contre les violences faites aux femmes.

Ainsi, le jury a identifié chez Berthe Lutgen et voulu reconnaître la façon heureuse de conjuguer l'excellence artistique et le combat citoyen, un œuvre où d'un côté il s'est imposé une peintresse dextrement coloriste, de l'autre une dessinatrice d'une rare efficacité.

Le jury estime enfin que ce premier Konschtpräis, au-delà du choix tout équitable de la lauréate, peut s'avérer salutaire dans la perspective d'un regard nouveau, plus ample, plus différencié, de l'histoire de l'art au Grand-Duché. »

La Luxembourg Art Week se tient encore jusqu'au 13 novembre au Glacis à Limpertsberg.