De Claude Meisch an d'Paulette Lenert hunn e Freideg e Rapport presentéiert, dee vun enger Ekipp vu Wëssenschaftler a Pedagoge gemaach gouf.

Corona an de Schoulen / Live-Interventioun Claude Zeimetz

Wéi eng Roll spille Kanner a Jonker an der d'Schoul bei der Verbreedung vum Coronavirus zu Lëtzebuerg? Där Fro geet eng nei Etüd no, déi e Freideg de Moie vun de Ministere Paulette Lenert a Claude Meisch an de wëssenschaftlechen Experte vun der Covid-19 Task Force an der Inspection sanitaire virgestallt gouf an déi natierlech besonnesch am Hibléck op d'Rentrée am September ganz interessant ass.

Flexibilitéit weiderhi gefrot

Fakt ass, dës Rentrée wäert och am Zeeche vun der Longekrankheet musse stoen. Mir si matzen an der Pandemie a musse weider kreativ a flexibel bleiwen, sot d'Gesondheetsministesch bei der Presentatioun. Zil vun der Politik ass et, e schoulescht Ëmfeld ze schafen, wat sou normal a sou sécher wéi méiglech ass. Et géif drëms goen, de Reschtrisiko sou kleng wéi méiglech ze halen.

Meeschten Infektiounen an de Familljen

D'Schoul ass e Milieu wéi een aneren, an deem ee sech net méi mam Coronavirus ustécht wéi soss. De Risiko, sech an der Schoul selwer unzestiechen, ass vergläichsweis souguer éischter geréng. Iwwerdroungen an der Schoul gouf et virun der Vakanz. Awer nëmmen an engem limitéierte Mooss, huet et e Freideg de Moie geheescht.

49 Fäll konnte konkret nogewise ginn a si mat grousser Warscheinlechkeet an der Schoul geschitt. Am Ganze goufen 390 Schüler a 34 Enseignanten positiv getest. Wou genee, dat kéint een net soen. Infektioune géife prioritär awer doheem an der Famill geschéien. A ronn engem Drëttel vun de Fäll konnt d'Inspection sanitaire awer net noweisen, wou Schüler oder Enseignant sech ugestach hunn. Grouss Infektiounscluster an der Schoul gouf et keng. De Risiko, fir sech an der Schoul unzestiechen, géif kleng bleiwen, wann d'Virschrëften agehale ginn an d'Tester an d'Quarantänsmesurë gräifen.

© Santé

D'Wëssenschaftler betounen, datt et nach ëmmer keng ofschléissend an international och nëmme wéineg Donnéeë gëtt, op déi ee sech baséiere kann, fir Konklusiounen ze zéien. An awer haten déi Responsabel Grond, optimistesch ze si fir d'Rentrée.

Manner Hospitalisatiounen a schwéier Krankheetsverleef

Mat Bléck op d'Infektioune gouf festgehalen, dass Kanner a Jugendlecher manner hospitaliséiert ginn an d'Fäll manner schlëmm verlafen. Kanner, net direkt Jugendlecher, si manner ufälleg fir eng Infektioun a spillen eng manner grouss Roll bei der Iwwerdroung. Méi al Schüler si méi betraff wéi méi Jonker, besonnesch Kanner vum Cycle 1 ware manner concernéiert. Zu Lëtzebuerg ass och kee Jonken tëscht 0 an 19 Joer um Coronavirus gestuerwen.

© Santé

2.711 Leit aus dem Educatiounsberäich goufen a Quarantän gesat, 152 dovu goufe positiv getest. 822 Familljemembere missten a Quarantän, bei 115 ass den Test positiv ausgefall. Vun de Schüler waren et der 726, bei 16 positiven Tester. An der Moyenne waren d'Leit 4,3 Deeg a Quarantän.

© Santé

Den Educatiounsminister wëll d'Erkenntnisser vun der Etüd an den nächste Woche mat de verschiddene Partner diskutéieren an da viraussiichtlech Enn des Mounts e Stufemodell fir dat nächst Schouljoer virstellen. Dëse Modell soll engersäits méi grouss Ënnerscheeder maachen tëscht dem Fondamental an dem Secondaire, respektiv och deenen aneren Enseignementer, an zweetens tëscht der Situatioun an den eenzele Schoulgebaier.

Regulären Horaire virgesi fir d'Rentrée

Et sollen a priori keng Schoulfächer méi ewechfalen an nees e regulären Horaire gëllen, wann d'Situatioun et erlaabt. D'Rentrée soll sou normal wéi méiglech am Respekt vun de sanitäre Restriktioune geplangt ginn. Et kéint net sinn, datt systematesch Fächer wéi de Schoulsport géifen ewechfalen. Virun der Rentrée solle Schüler an Enseignanten och nees ugeschriwwe ginn, fir sech kënne virum 15. September testen ze loossen.

Laangfristeg Mesurë solle geholl ginn
Et geet elo drëm, fir laangfristeg Mesuren am Emgang vum Coronavirus ze huelen, gëtt am Rapport d’OMS zitéiert. Sou recommandéieren d’Auteuren, datt eng interministeriell Cellule an d’Liewe geruff gëtt, déi de Monitoring mécht iwwert de Covid-19 an der Schoul.

Duerch den negativen Impakt vum Confinement an dem Homeschooling sollt fir d’Rentrée weider Rattrapage-Méiglechkeeten ugebuede ginn an der Hoffnung, déi Kanner opzefänken, déi an de leschte Méint den Uschloss verluer hunn.

Wat déi sanitär Virschrëften ugeet, wäerten nach emol am Ufank vum neie Schouljoer spezifesch Recommandatiounen un d’Schoulen an d’Betreiungsstrukture goen, déi dem spezifesche Kontext an dem Alter vum Kand ugepasst ginn. Fir d’Kontakter ënnerteen ze limitéieren dierfte stabel Gruppe geschaf ginn an déi decaléiert Pause bäibehal ginn, liest een am Rapport. An et géif weider decaléiert giess ginn. Dernieft sollen d’Elteren nach méi responsabiliséiert ginn, fir d’Kanner bei Covid-Symptomer wéi Féiwer an Houscht doheem ze halen an och d’Schüler, d’Enseignanten an d’Eltere solle sensibiliséiert ginn, wéi wichteg den Isolement an e séieren Test ass, wann ee krank ass.

E Stufemodell heescht, datt et net flächendeckend am ganze Land déi selwecht Restriktiounen zu all Ament wäert ginn. Vill méi soll de lokalen Gegebenheeten an Zukunft méi Rechnung gedroe ginn. Sou gi vun der Politik verschidden Scenarien ausgeschafft déi je no Situatioun lokal ëmgesat wäerte musse ginn. Am schlëmmste Fall kéint eng Schoul souguer ganz zougemaach ginn sollt et eng ganz héich Zuel vun Infektiounen do ginn.

Wat den Tracing betrëfft, soll d’Inspection sanitaire vun enger Ekipp aus dem Educatiounsministère ënnerstëtzt ginn, fir nach besser erausfannen ze kënnen wéi genee de Coronavirus an der Schoul zirkuléiert.

De Replay vun der kompletter Pressekonferenz

Schreiwes

Rapport sur la COVID-19 à l'école: des résultats rassurants (14.08.2020)

Communiqué par: ministère de l'Éducation nationale, de l'Enfance et de la Jeunesse / ministère de la Santé Le 14 août 2020, la ministre de la Santé, Paulette Lenert, et le ministre de l'Éducation nationale, de l'Enfance et de la Jeunesse, Claude Meisch, ont présenté, avec les experts Laetitia Huiart (Inspection sanitaire de la Direction de la santé) et Paul Wilmes (Université du Luxembourg) le rapport L'école face à la COVID-19 au Luxembourg.

Réalisée par une équipe multidisciplinaire de scientifiques et de pédagogues, cette étude analyse la situation des infections et contaminations au sein des écoles du pays, telle qu'elle s'est développée suite à la reprise des cours à partir du 4 mai dernier, d'abord en groupes restreints, puis en classes complètes. Elle va permettre d'orienter la préparation de la rentrée scolaire 2020/2021, une rentrée qui devra se faire sous le signe de la COVID-19 et de mesures de protection adaptées et adaptables.

L'étude a porté sur 93.150 élèves répartis dans les différents établissements du pays (publics, suivant le programme national et international, privés suivant le programme national) et 11.667 enseignants sur la période du 9 mars au 26 juillet 2020. Elle se fonde sur l'état actuel des connaissances scientifiques sur la COVID-19, des comparaisons statistiques entre population générale et population scolaire au Luxembourg et l'analyse des cas de quarantaine dans le cadre du contact tracing.

Les constats

Comme l'a souligné la ministre de la Santé, Paulette Lenert: «D'un point de vue de santé publique, cette analyse approfondie montre qu' à ce stade la transmission enfant à enfant dans les écoles est rare et n'a pas été la principale cause d'infection par le SARS-CoV-2 chez les enfants. Les données disponibles actuellement permettent de dire que si des mesures appropriées de distanciation physique et d'hygiène sont appliquées, les écoles ne sont pas des environnements de propagation plus à risque que d'autres milieux de travail ou de loisirs avec des densités similaires de personnes.»

Les principaux constats du groupe d'experts sont en effet les suivants:

• Malgré la présence de personnes contagieuses, le risque de transmission intra-scolaire a jusqu'à présent été limité et insuffisant pour produire des regroupements de cas importants.
• Ce risque de transmission intra-scolaire faible ne peut pas être dissocié des mesures strictes de santé publique mises en place (gestes barrière, séparation de classes, accès large aux tests, isolement rapide des cas, mise en quarantaine des contacts).
• Comme dans d'autres pays, le risque de complications et d'hospitalisations est faible chez les jeunes.
• Depuis mi-juin, l'incidence chez les enseignants est similaire, voire légèrement inférieure à celle de la population professionnellement active.
• L'augmentation de la prévalence dans la population générale a entraîné une augmentation de personnes positives (élèves et enseignants) présentes dans le milieu scolaire (>100 personnes depuis mi-juin).
• Au niveau international, il y a peu de données sur le risque de transmission dans le milieu scolaire et il n'existe pas de consensus sur le rôle potentiel des écoles dans la transmission de la COVID-19. Néanmoins, l'école ne semble pas constituer un milieu de propagation majeur.

Les perspectives pour la rentrée

Le ministre Claude Meisch a rappelé que la pandémie allait très probablement durer; nous devons apprendre à vivre avec, apprendre à enseigner et étudier avec. «L'objectif est de garantir un maximum le droit à l'éducation et un maximum de sécurité pour les élèves et les enseignants. Il faut des règles claires pour que les écoles fonctionnent le plus normalement possible.»

Les effets négatifs d'une fermeture prolongée des écoles tant sur les apprentissages des élèves que sur leur bien-être mental, émotionnel et social et donc leur avenir, sont à mettre en relation avec les risques liés à la maladie, dans le cadre d'une politique de maintien de mesures sanitaires rigoureuses. D'autant plus que ce sont les élèves déjà les plus défavorisés qui pâtissent le plus d'un éloignement des structures éducatives.

La rentrée scolaire sera donc marquée par:

• Un maximum de présence en classe, dans le respect des mesures sanitaires qui s'imposent;
• Un dispositif de mesures de soutien pour les élèves qui en ont besoin afin d'éviter une augmentation des inégalités scolaires;
• Le perfectionnement de l'enseignement à distance pour les élèves vulnérables qui ne pourront être présents physiquement;
• La diffusion de recommandations sanitaires, élaborées par la Direction de la santé, aux écoles et structures d'éducation tenant compte des différents contextes éducatifs et des âges;
• La sensibilisation des enfants et des jeunes aux règles d'hygiène, celle des parents sur les mesures à prendre en cas de symptômes;
• La mise en œuvre d'une approche flexible, différenciée à l'échelle locale, selon l'évolution de la maladie (p.ex. quarantaine pour une classe si un cas positif/ fermeture possible d'un bâtiment si plusieurs classes concernées; gestes barrière plus stricts, etc.).