Bis ewell huet d'Lëtzebuerger Regierung ëmmer am Virfeld vun engem Test d'Populatioun an d'Provider informéiert. Dëse Sonndeg war dat anescht.

Den nationalen Warnsystem, fir d'Populatioun am Fall vun enger Katastroph ze warnen, ass bekanntlech amgaangen, iwwerschafft ze ginn. No den annoncéierten Test-SMSen, déi zanter Mee elo reegelméisseg erausgeschéckt goufen, huet d'Regierung e Sonndeg de Moien eng éischte Kéier geographesch limitéiert Warn-SMSen erausgeschéckt, déi net am Virfeld ugekënnegt goufen. Dat fir och bei den Operateuren déi reell Gegeebenheete vun engem Noutfall ze simuléieren. Och si goufe bis elo ëmmer am Virfeld ëmmer iwwert den Testlaf informéiert. Den Alain Becker, 1ière Conseiller am Inneministère, erkläert firwat dat wichteg ass:

"Den Objektiv vun eisem Test de Moien ass, dass eis Operateuren, dat heescht déi Leit, déi d'SMSen erausschécken - dat kënne mir jo elo selwer bei der Regierung net maachen - dat si Post, Tango an Orange, dass déi, wéi gesot, am Virfeld net woussten, dass mer wollten testen. Dat gehéiert, wéi gesot, zur Test-Strategie, fir och ze kucken, dass dat fonctionéiert an ukënnt. An dat war de Moien de Fall. An dofir kann een an enger 1. Phas soen, dass d'Tester vun de Moien een Erfolleg waren. Déi lescht Analyse mussen nach gemaach ginn. Ma et huet dat erreecht, wat mer wollten erreechen."

Nieft de Sireenen, all 1. Méindeg am Mount, an den SMS-Tester, gouf och d'Gouv-Alert App vun der Regierung an de leschte Méint getest. Generell hätt dat ëmmer ganz gutt fonctionéiert, plazeweis huet een nogebessert.

"Et ass awer och elo sou, dass mer wäerten e Bilan zéie vun all deenen Tester, déi gemaach goufen an dat wäert och elo kuerzfristeg vun der Regierung presentéiert ginn [Ufank Dezember op enger Pressekonferenz n.d.l.r.]. De Premierminister an d'Inneministesch wäerten dann e Réckbléck maachen, awer och een Ausbléck op de ganzen LU-Alert, also op déi ganz nei Test-Strategie oder nei Strategie am Beräich Virwarnen 'Alerte à la population', wou och intensiv dru geschafft gouf."

D'Alert gouf u Leit verschéckt, déi an de Gemenge Beetebuerg, Diddeleng, Fréiseng, Keel, Réiser, Rëmeleng a Weiler-zum-Tour wunnen, sou déi zoustänneg Ministèren an engem Communiqué. Leit vun do, déi haut eng SMS kruten, kënnen also berouegt sinn, et war wéi gesot en Test a keng richteg Alert, fir op e Problem hinzeweisen. Et kéinten awer weiderer nokommen, preziséiert den Alain Becker. Zum Beispill méi spéit owes oder fréi moies, déi dann och net ugekënnegt wieren. Et géing dozou gehéieren, d'Leit drop ze sensibiliséieren, sou nach de 1ière Conseiller am Inneministère.

D'Schreiwes vun de Ministèren

Refonte du système national d'alerte: dimanche, le 27 novembre 2022 a eu lieu le premier test non annoncé des SMS d'alerte zonal (27.11.2022)
Communiqué par : ministère d'État / ministère de l'Intérieur / Haut-Commissariat à la protection nationale (HCPN)

Dans le cadre de la refonte du système d'alerte et d'information à la population, le gouvernement procède, depuis le mois de mai 2022, à des tests réguliers de son système d'alerte et d'information à la population en effectuant un test mensuel du réseau de sirènes et en envoyant un SMS d'alerte à la population se situant dans une zone déterminée, ainsi qu'un message test via l'application GouvAlert.

Jusqu'alors, les tests précités ont toujours été annoncés en amont, d'une part, pour sensibiliser la population et, d'autre part, pour les rassurer qu'il s'agit bel et bien d'une alerte test et non d'une alerte réelle les informant de la survenance d'un risque. L'annonce préalable servait également de préparation aux opérateurs de réseau mobile aux fins de mettre tous les moyens en œuvre pour l'envoi des SMS aux utilisateurs finaux.

Toutefois, dans l'objectif de disposer d'un système d'alerte performant, efficace et efficient à toute heure, le gouvernement a tenu à procéder à un test non annoncé, ayant comme but de mettre les opérateurs de réseau mobile en situation réelle devant faire face à un évènement qui suscite l'alerte et l'information de la population.

Par conséquent, le test non annoncé du SMS d'alerte zonal a eu lieu dimanche, le 27 novembre 2022, sur le territoire des communes de Bettembourg, Dudelange, Frisange, Kayl, Roeser, Rumelange et Weiler-la-Tour.

Il est important de noter que seules les personnes dont les téléphones portables ont été connectés à une station de base de téléphonie mobile de la zone susmentionnée au moment où l'alerte a été lancée ont reçu le SMS suivant: «LU-ALERT / ALERTE TEST / NO ACTION REQUIRED / AUCUNE ACTION REQUISE / KEINE HANDLUNG ERFORDERLICH / INFOS: GD.LU/LU-ALERT».
À relever qu'aucune donnée à caractère personnel ne sera collectée ou stockée par l'État dans le cadre des tests du système d'alerte et d'information à la population. Plus encore, et afin d'assurer que les messages d'alerte réels et tests soient distingués, il y a lieu de préciser que le passage «No action required / Aucune action requise / Keine Handlung erforderlich» est uniquement mentionné dans les messages test.

L'objectif des tests réguliers est de s'assurer de la fonctionnalité des différents canaux d'alerte, d'identifier les points d'amélioration éventuels et, surtout, de sensibiliser les citoyennes et citoyens. La stratégie de test qui s'inscrit dans le long terme et qui aura lieu de manière régulière suit l'objectif d'améliorer la résilience de la population face à des situations d'urgence ou de crise qui pourraient avoir un impact sur la sécurité civile.

Dans un souci constant d'amélioration, les destinataires sont invités à faire parvenir au gouvernement leur feedback éventuel à l'adresse suivante: lu-alert@mi.etat.lu.