Wärend den "Assises sectorielles théâtre" gouf e Méindeg de Moien am Escher Theater den État des lieux iwwer den Theatersecteur zu Lëtzebuerg gemaach.

Theatersecteur wëll méi nohalteg ginn / Rep. Diana Hoffmann

"Et geet net just drëm, d'Symptomer ze behandelen. Et muss een an de Fong vun de Problemer goen!" Dat sot e Méindeg de Moien d'Regisseurin Anne Simon an den Theaterassisen. Am Kader vum Kulturentwécklungsplang ginn reegelméisseg d'Acteuren aus der Kulturzeen zesummegeruff, fir iwwert d'Problemer vum existéierende System ze diskutéieren. E Méindeg ass et da just ëm den Theatersecteur hei zu Lëtzebuerg gaangen, e Secteur, deen immens gewuess ass an de leschte Joerzéngten, ma deen awer a ville Beräicher ëmmer erëm u seng Limitte kënnt.

Carole Lorang, Direktesch vum Escher Theater: "Et ass deelweis eng intellektuell a kënschtleresch Verschwendung, wou Leit sech a Projeten investéieren, wou 1 Joer dru geschafft gëtt an dann e puer Mol gewise ginn an dann am Tirang landen."

Déi grouss Theme vun den Theaterassisen de Moien waren d'Ecoresponsabilitéit, Durabilitéit an d'Aarbechtskonditiounen am Theater. Et ass vill vun Iwwerproduktioun, finanziell Schwächten a Manktem u Kompetenze geschwat ginn, genau sou wéi vun der Professionaliséierung. D'Professionaliséierung heescht net, datt déi Kreativ méi professionell musse ginn, mee et geet drëm, kënne vu sengem Beruff ze liewen.

Konstantin Rommelfangen, Schauspiller: "Ech hunn an de leschten zwou Saisonen vill geschafft an hat 5-6 Produktiounen. A mat de Loyeren an de Liewenskäschten hei zu Lëtzebuerg, fänkt et dann awer u problematesch ze ginn."

Eng Lëscht mat Mindestgagen ass ausgeschafft ginn, fir deem entgéint ze wierken. "De Grondtarif dee mir do froen, deen ass eng Mindestgage, wou ee kann driwwer goen. Mee mir wëllen awer erreechen datt mir net méi drënner falen, einfach fir eng gewësse finanziell Sécherheet ze garantéieren", sou de Konstantin Rommelfangen.

Nohalteg produzéieren, war och ee vun den Haaptthemen an der éischter Diskussiounsronn. Sief et, wat d'Kostümer oder Dekoren ugeet, ma awer och wat d'Quantitéit vun de Virstellungen ugeet. D'Schauspillerin a Regisseurin Sophie Langevin huet dovunner geschwat, datt hei am Land 90 Prozent vun der Zäit geprouft an nëmmen 10 Prozent gespillt gëtt.

"Dat sinn da 6 Woche prouwen an da kacke mir dat eraus, an dat geet ëmmer sou weider, an ech denken net, datt ech esou menger gesellschaftlecher Aufgab als kreativ Persoun kann nogoen", sou d'Anne Simon.

Stéphane Ghislain Roussel, Regisseur: „Mir hunn en dynamesche Problem, mir produzéieren ze vill an hunn net genuch Virstellungen. An dat menge mir mat Durabilitéit, déi op allen Niveaue muss erreecht ginn." Wat an eise groussen Nopeschlänner wéi Däitschland oder Frankräich selbstverständlech ass, stéisst hei am Land awer éischter u Limitten. An dat mierkt een zum Beispill bei Beruffer, déi gebraucht ginn, awer net ausgeüübt ginn.

D'Kulturministesch Sam Tanson: „Mir hunn eng ganz héich professionell Qualitéit bei de Kreativen. An den Institutioune wier et allerdéngs wichteg, datt do alleguer d'Beruffssparten op professionellem Niveau vertruede wieren. Dat läit net just un de Finanzmëttel mee och un de Formatiounen. Do schafft de Ministère drun, wou mir och schonn eng Formatioun an der médiation culturelle ubidden."

Et bleift nach vill opzeschaffen, ma d'Iddien a konkreet Usätz sinn do.

Schreiwes

L'état des lieux du secteur du théâtre a été présenté dans le cadre des Assises sectorielles théâtre (28.06.2021)

Communiqué par: ministère de la Culture Le 28 juin 2021, la ministre de la Culture, Sam Tanson, a invité aux Assises sectorielles théâtre qui se sont déroulées au Escher Theater. L'état des lieux sur le secteur du théâtre, commandé par le ministère de la Culture et réalisé par Josée Zeimes y a été présenté par son auteure. Deux tables rondes ont par la suite donné lieu à des échanges sur les principaux enjeux qui se présentent au secteur théâtral d'aujourd'hui. Les Assises ont été clôturées par l'annonce des shortlists des Lëtzebuerger Theaterpräisser 2021, nouvellement créés.

La recommandation n°6 du Kulturentwécklungsplang 2018-2028 invite à «établir un état des lieux précis et complet du secteur artistique et culturel luxembourgeois». C'est dans ce contexte que le ministère de la Culture a mandaté plusieurs experts, en interne et en externe, afin de dresser des états des lieux de la scène culturelle et artistique du Luxembourg. Ces derniers affichent l'ambition d'inspirer une politique culturelle ancrée dans la réalité du terrain et se basant sur des éléments factuels. Après l'état des lieux sur le secteur rock/pop/électro qui fut présenté en mars 2021, le rapport sur le secteur du théâtre fait le point sur un secteur durement touché par la pandémie, tout en débordant d'énergie créative et de résilience.

La durabilité et l'écoresponsabilité au théâtre figuraient au centre des échanges menés à l'occasion de la première table ronde animée par Christiane Kremer. Nathalie Jacoby, Carole Lorang, Stéphane Ghislain Roussel et Peggy Wurth y ont fait part de leurs réflexions. Une seconde table ronde, dédiée aux conditions de travail au théâtre offrait une plateforme à Luc Feidt, Sophie Langevin, Tom Leick, Konstantin Rommelfangen et Anne Simon pour offrir leurs points de vue respectifs.

Lors de ces deux tables rondes, les professionnels des différents métiers ont dressé le constat d'une «surproduction» actuellement au théâtre, qui mènerait à un «épuisement» (Sophie Langevin): «Ici, on répète 90% du temps et on en joue 10 – on est un pays de répétitions». Il s'agira désormais d'adapter les modes de production des spectacles à une prise de conscience à la fois écologique et patrimoniale, tout en prenant en compte les revendications des professionnels, par exemple dans les Recommendations tarifaires le l'Aspro (Association luxembourgeoise des professionnels du spectacle vivant).

Dans son allocution, la ministre a souligné sa détermination à perpétuer, voire à développer l'investissement renforcé du ministère de la Culture dans le secteur du théâtre. Parallèlement, le ministère continuera à s'engager pour créer les conditions cadre permettant aux créateurs culturels de vivre de leur métier. Au niveau des infrastructures, la ministre a fait mention des projets de réaffectation de la Villa Louvigny et du bâtiment Robert Schuman. Alors que la première offrira des plateformes de création et de rencontres du public, le second pourra se prêter e.a. à l'hébergement et au stockage de matériaux utilisés lors de projets scéniques en vue de leur recyclage ultérieur.
La ministre a finalement précisé que l'état des lieux sur le secteur du théâtre sera complété sur base des échanges menés aujourd'hui et sera publié dans sa version finale à une date ultérieure.

Les co-présidents du jury des Lëtzebuerger Theaterpräisser 2021, Nickel Bösenberg et Sarah Rock, ont annoncé les shortlists (c.f. annexe pour les nominés) des prix suivants:

• Prix du jeune espoir (doté de 3.500 euros)
• Prix de la meilleure création onstage (jeu d'acteur, mise en scène, texte; doté de 4.500 euros)
• Prix de la meilleure création backstage (scénographie, costumes, lumière, maquillage, coiffure; doté de 4.500 euros)

Le Prix national du théâtre (doté de 10.000 euros) ne passe pas par une shortlist. La remise des prix aura lieu, ensemble avec la remise du Lëtzebuerger Danzpräis 2021, le 17 septembre 2021.
La vidéo à la demande (VOD) des Assises sectorielles théâtre est disponible sur le site du ministère de la Culture.