A chaque fois qu’il y a une catastrophe naturelle qui se produit, le premier réflexe de l’homme est de rendre la nature responsable.

Lors des récentes inondations dans le Nord de la France, par exemple, on parlait de fatalité. Il y a toujours eu des inondations. Si les conséquences en sont devenues plus dramatiques, cela est dû en grande partie aux agissements irresponsables de l’être humain.

Il y a eu des négligences en amont de ces inondations, chose dont l’on n’aime pas trop parler. Le Centre européen de prévention de risque d’inondations y est impliqué. Il est resté tacite face aux constructions en zones inondables. On laissait faire les « promoteurs » qui y vendaient leurs lotissements à un tarif sous celui du marché officiel.

L’on constate du défaut de curage des cours d’eau alors qu’officiellement les moyens financiers étaient à disposition. A savoir ce qu’il en est advenu. Bétonner autour des cours d’eaux à qui mieux mieux est devenu la règle lorsqu’il y a un enjeu financier lucratif ; constructions de cités, voire aménagements de zones industrielles et commerciales.

Ces inondations suscitent de nombreuses interrogations, où que ce soit, les promesses politiciennes sont partout les mêmes : « …l’Etat prendra les mesures nécessaires pour éviter qu’une telle catastrophe se reproduise ».

A la prochaine, alors … !

Edouard Kutten