„Oui, j’ai dopé“! Triste réalité et tragédie des choses: Que ceux qui n‘ont jamais „péché“ jettent la première pierre!

Taire le mal c'est l'aggraver! A cet égard permettez d’appeler les choses par leur nom et de mettre le doigt là ou ça fait mal, tout en dénonçant le dopage dans le contexte de tous ses effets néfastes et destructifs!

Dopage et fraude s’avérant être à leur apogée, la logique nous amène d’admettre ce que l’actualité nous met impérativement sous le nez tous les jours: Augmentation, production et distribution d’une pléiade de produits illicites (THG, Modafinil, EPO, dopage génétique, mécanique et autres) hautement efficaces et, apparemment, non-détectables! Méthodes de dissimulation de plus en plus sophistiquées et la création d'une médication de camouflage impeccable! Par conséquent, dans le cadre de contrôles inopinés ou autres, tout compétiteur, tout athlète, aspirant à innocence et intégrité totale, a la possibilité de triche et de dissimulation!

En créant et en légiférant des standards internationaux, cela en appendice à „Autorisation d‘usage à des fins thérapeutiques“ (AUT) tout autant que l’imposition pléthorique de sanctions arbitrales relatives aux codes antidopage, le Comité Olympique International, en collaboration de UCI, AMA et autres, se doit de reconnaître que maintes „zones grises“, loin d’être éliminées, vont en augmentant et nous risquons d‘aller au devant d‘un peloton de compétiteurs médicalisés aux „besoins thérapeutiques“!

Legitime

Que tout un chacun, tout individu, se soigne médicalement parlant, c'est légitime et fait partie des droits fondamentaux de l'homme, mais il se doit qu'il y a contrainte absolue d'écarter tout athlete, tout sportif „malade“, loin de toute compétition! Cela dit, force est de préciser: toute victoire „auréolée“ de dopage, est une victoire volée à l'adversaire „propre“! Les „champions scientifiques médicalisés“ d'aujourd'hui seront nos malades et „laissés-pour-compte“ de demain!   Plus que jamais le public non-averti pose la question du „Pourquoi“? Qu‘est-ce qui amène un individu - sportif ou non - tant soit peu raisonnable à avoir recours à dopage et stupéfiants? Initialement, dans le contexte de fortune, célébrité et gloire, il y à „obligation“ absolue de réussite! Tout sportif, tout athlète - surtout de haut niveau - doit faire face en priorité à hantise et états d‘âme - o combien humains - d’échecs et de craintes! Craintes de décevoir ou de ne pas subvenir aux espérances! Incapacité éventuelle ou effective de confirmation! De décevoir au plus haut niveau, psychiquement et physiquement devant un adversaire semblant être invulnérable et „présume dopé“ lui aussi! Et, si dopage il y à,  le „coup de grâce“: la crainte du „gendarme“, la peur d'être pris - que „sacrifice“ et „sacrilège“ furent vains et que l'humiliation y relative, en tant que champion et „homme“, sera d'autant plus grande! Bref, un paroxysme d'envies et d'incertitudes, de craintes et d'éventuels échecs!

Le cercle vicieux, dont c'est lui la victime!

Dans le contexte international du combat antidopage, tous les moyens d'actions et de lutte (médicaux et législatifs) existants ayant échoué, arrêtons enfin de jouer les hypocrites à l'infini! „L’ennemi“ semblant être surpuissant, il faut multiplier la vigilance, les responsabilités et les compétences! Bien-être et avenir de notre jeunesse sportive et du sport tout court en dépendent!

Morale et moralité

Le problème intégral du dopage ne touchera vraiment à sa fin, où tout coureur, tout sportif réalisera qu'aucune „potion magique“, qu'aucun produit miracle ne lui permettra de dépasser „son seuil“, son „cadre personnel“, limité par des données génétiques qui, d'un individu à l'autre, varient (Caster Semenaya!) en singularité et originalité!

Que, finalement, les meilleurs - grâce aux dispositions „naturelles“ - émergeront et s'imposeront quand et où que ce soit!!

Le dopage est non seulement une question de moralité, mais également une question de responsabilité morale de tous ceux qui „exploitent“ le sportif, tout en remplissant leur „tirelire“ à longueur d'année!!

Georges Schranz,

Stroossen