Den däitschen Autoszouliwwerer Mahle/Mahle-Behr mécht säin Entwécklung-Site hei am Land, zu Féiz, zou.

Um Site zu Féiz schaffen aktuell eng 80 Leit, si riskéieren also hir Aarbecht ze verléieren.

Schonn zejoert gouf et e Sozialplang bei Mahle-Behr... 60 Aarbechtsplaze goufen deemools ofgebaut.

D'Gewerkschaften LCGB an OGBL bedaueren, datt d'Direktioun d'Syndikater net uerdentlech informéiert huet. Den 23. Oktober krut d'Personal schonn déi schlecht Nouvellen.

Den Automobilsecteur wär um wiesselen, d'Digitaliséierung spillt och eng Roll, seet Mahle. De Marc Kirchen vum LCGB (deen am Grupp majoritär ass) gëtt awer ze bedenken, ob een net vläicht den Zuch verpasst hätt, fir sech nei opzestellen a mat Zäiten ze reagéieren.

Fir déi 80 Salariéë soll elo – wéi d'Gesetz et virschreift – e Sozialplang ausgeschafft ginn. Mahle-Behr, wou schonn d'lescht Joer Plaze verschwonne sinn, soll bis Enn d'nächst Joer zoumaachen.

Bei Mahle soll de Plazenofbau bis Mëtt 2021 geschéien.

80 Plazen a Gefor bei Mahle/Mahle-Behr - Reportage C.Lemmer

Plan social chez MAHLE / MAHLE-BEHR

Communiqué LCGB et OGBL - Luxembourg, le 12 novembre 2019

En date du 6 novembre 2019, les syndicats LCGB (majoritaire) et OGBL ont appris par l'intermédiaire des représentants du personnel l'intention du groupe allemand MAHLE / MAHLE-BEHR de vouloir fermer le site de développement à Foetz. Le LCGB déplore le fait que la direction n'ait pas jugé utile d'en informer les syndicats.

MAHLE / MAHLE-BEHR s'était implanté au Luxembourg en 2015 suite au rachat de la partie thermique de la société DELPHI de Bascharage, une société déjà bien expérimentée dans le domaine des licenciements collectifs !

Pour rappel, argumentant que la division du Luxembourg n'était pas un centre de production, MAHLE-BEHR avait déjà licencié une soixantaine de personnes en 2017 tout en garantissant que le site ne fermerait pas ! L'argumentation derrière la fermeture annoncée repose maintenant sur le fait que, suite au plan social de 2018, MAHLE / MAHLE-BEHR ne disposerait plus des compétences nécessaires face aux évolutions constantes du secteur automobile. Dans d'autres mots : un plan social entraîne un autre et même la fermeture de l'entreprise !

Les syndicats soulignent que les démarches semblent clairement avoir été préméditées et que MAHLE / MAHLE-BEHR ne témoigne aucun intérêt social. La stratégie financière de MAHLE / MAHLE-BEHR met à nouveau en danger les existences d'environ 80 salariés. Les syndicats s'engagent dans ce contexte d'utiliser tous les moyens légaux nécessaires pour soutenir les salariés concernés.

Finalement, les syndicats soulignent qu'un outil comme la cellule de reclassement (CDR) sur le niveau national aidera à agir rapidement en case de licenciements collectifs tout en permettant de garder les salariés dans l'emploi et d'ainsi sauvegarder leur existence.