Am Kader vun internationalen Dag géint de Kriibs wëll d'Fondation Cancer d'Leit dobaussen iwwert dës Krankheet opklären.

Schätzungen no liewen den Ament ronn 13.000 Persounen am Grand-Duché, déi u Kriibs erkrankt sinn. All Joer gëtt bei ëm 3.000 Leit eng Kriibsdiagnos festgestallt. Donieft gëllt dës Krankheet als zweetheefegst Doudesursaach bei eis am Land. Dowéinst ass et wichteg, déi betraffene Patienten an hir Leit weiderhin ze ënnerstëtzen an d'Awunner ze sensibiliséieren.

De 4. Februar, um Weltdag géint de Kriibs, wäert d'Fondation Cancer wéinst der aktueller sanitärer Lag zwar nëmme symbolesch an alle Lëtzebuerger Spideeler vertriede sinn, ma trotzdeem wëlle si ee Message un d'Patiente bréngen: Si sinn net eleng.

Méi Informatiounen iwwert den internationalen Dag géint de Kriibs, Ënnerstëtzung fir betraffe Leit, d'Kriibsfuerschung an d'Fondatioun fannt dir um Site vun der Fondation Cancer.

Gesondheetsministesch Paulette Lenert an den Dr Guy Berchem presentéieren de Joresrapport

Kriibs-Rapport - Reportage Tim Morizet

Zanter engem knappe Joer dominéiert virun allem de COVID-19 déi medezinesch Aktualitéit. Vergiess ginn awer ganz vill aner Problemer a perséinlech Schicksaler, well och 2020 bleift de Kriibs Haapt-Doudesursaach bei de Männer an ass eng just eng Plaz hannendru bei de Fraen. Um Weltdag géint de Kriibs huet d'Gesondheetsministesch Paulette Lenert, zesumme mam Dr Guy Berchem vum nationale Kriibsinstitut e Joresrapport presentéiert.

Konkret goung et dorëms, d'Chifferen, d'Fakten an d'Hannergrënn vun de Kriibserkrankungen, ewéi och d'Verleef aus de leschte Jore besser ze dokumentéieren an z'erfuerschen.

Virun allem d'Kriibsversuergung hätt sech an de leschte Joren am Grand-Duché staark verbessert – bei der Prise en charge hätt ee weider grouss Fortschrëtter gemaach, esou de Bilan en Donneschdeg vun der Ministesch. Et wéilt ee sech an Zukunft bei der Bekämpfung vum Kriibs och op internationalem Niveau positionéiere kënnen. Genee hei soll d'Preventioun eng grouss Roll spillen, esou d'Paulette Lenert: "Nieft der Prise en charge, nieft der Recherche, nieft der Kompetenz, déi mer hei wëllen opbauen, ass d'Preventioun e grousst Thema. D'Experte si sech eens, datt e grousse Prozentsaz, ëm déi 40%, vun de Kriibserkrankunge kéinten evitéiert ginn. Dat gëtt engem als Gesondheetsministesch ze denken."

Primär geet et hei ëm de Verzicht vum Konsum vu Risiko-Produiten, ewéi eng schlecht Ernierung, Tubak oder Alkohol. Am Grand-Duché kéint ee 27% vun de Kriibserkrankungen direkt op d'Fëmmen zeréckféieren. Besonnesch heefeg sinn hei Longen- a Blosekriibs. Secondaire géif et drëms goen, méi frei ze testen. Bis elo hätt een do grouss Fortschrëtter gemaach, esou den Dr Guy Berchem, President vum Kriibsinstitut: "Hei gesäit een zum Beispill, datt 2016 31 Daarmspigelunge gemaach goufen no engem positive Stullgank-Test. 2017 waren et der schonn 255, 2018 629. Dat geet ganz kloer an d'Luucht. Doduerch hu mer eng Rëtsch Polyppe fonnt, éier se zum Kriibs goufen. Mir hunn awer och 73 etabléiert Kriibse fonnt."

All Joer erkranken eng 2.000-3.000 nei Leit u Kriibs am Grand-Duché – dat si bal 8 Persounen den Dag. 1.100 Persounen d'Joer iwwerliewen d'Erkrankung net. Bei de Männer dominéiert virun allem de Prostatakriibs – esou heescht mëttlerweil all 4. Diagnos. Duerno komme Longekriibs mat 17% an Daarmkriibs mat 11%. Bei de Fraen dominéiert virun allem de Broschtkriibs – iwwert en Drëttel vu Frae mat Kriibs kréien dës Diagnos.

D'Pandemie hätt bis ewell vill Leit dovunner ofgehalen, an hir Depistage ze goen: "Dat ass e Problem. Mir hu gemierkt, datt verschidden Tumeuren, wann ee se fonnt huet, vill méi grouss waren ewéi soss. Dat ass immens Schued." Et wier leider schwiereg, eppes direkt dorunner ze änneren, well d'Leit dacks Angscht hätten, esou nach de Spezialist. Ma et misst een de Risk mam méigleche Schued ofweien.

D'Lutte vun der EU-Kommissioun géint Kriibs

Mat 4 Milliarden Euro wëll d'Kommissioun géint Kriibs virgoen. Geplangt si Preventiounscampagnen, besseren Zougang bei der Virënnersichung an d'Finanzéierung vun der Erfuerschung vun neien Therapie-Méiglechkeeten, dëst an alle Länner an der EU. Haaptsächlech am Oste géifen nach ëmmer vill manner Leit Zougang zu preventive Behandlungen hunn, hei géifen als Konsequenz och vill méi Persoune par Rapport zu der Gesamtbevëlkerung Kriibs kréien.

4 Pilieren an der Lutte géint de Kriibs/Resumé vum Roy Grotz

Bis 2030, esou d'Zil, soll ënnert anerem kee méi Gebärmutterhalskriibs kréien. 90 Prozent vu jonke Fraen an och däitlech méi Männer sollen an deem Kader och géint Papillomvire (HPV) geimpft ginn. Beim Longekriibs ass et Bréissel virun allem wichteg, mat Campagnë géint den Tubak virzegoen. Hei wëll een a Richtung vu 5% vun de Leit goen, déi nach fëmmen. Haut sinn et 25%. Ma am Fokus steet och den Alkoholkonsum, deen e grousse Facteur fir Kriibs ass, esou d'Kommissioun weider. Grouss aschneidend Ännerungen dierften hei awer net kommen, well Wäin an aneren Alkohol Deel vum „europäesche Liewensstil“ wier.

Der Kommissioun no hunn am Joer 2020 an der EU ronn 2,7 Millioune Mënsche Kriibs kritt, 1,3 Millioune Mënsche sinn dru gestuerwen. Kriibs ass um Wee déi heefegsten Doudesursaach an der EU ze ginn. Longekriibs ass déi heefegst déidlech Kriibserkrankung, bei Fraen ass et Broschtkriibs. D'Corona-Pandemie géif dann och negativ Repercussiounen op d'Behandlungen a Virsuerg vu Patienten hunn, esou d'Autoritéiten.

Méi Infoe säitens der EU-Kommissioun ginn et hei.

Iwwert den Dag verdeelt, stelle mer d'Lutte géint de Kriibs an de Mëttelpunkt vum RTL-Programm um Radio mat ënner anerem dem Temoignage vun enger Fra, déi eng Kriibs-Diagnose krut, der Wichtegkeet vum Télévie, dem Dr Guy Berchem, deen iwwert d'Kriibs-Recherche schwätzt, dem psychologeschen Encadrement vu Kriibs-Kranken an der Sensibiliséierungsaarbecht an der Ënnerstëtzung vun der Fondation Cancer.

Hei dat offizielt Schreiwes vum Gesondheetsministère

Journée mondiale du cancer 2021 - «Together all our actions matter» (04.02.2021)
Communiqué par: ministère de la Santé


Le 4 février est célébrée la Journée mondiale du cancer, déclarée par l'Organisation mondiale de la santé. Dans un contexte de pandémie, le slogan «This World Cancer Day, together all our actions matter» a toute sa signification. Comme l’a souligné la ministre de la Santé, Paulette Lenert, la solidarité reste le mot d’ordre: «C'est la somme de toutes nos actions qui finira par faire la différence!».

Au Luxembourg, le cancer est la première cause de décès chez les hommes et la deuxième chez les femmes. Bien que la médecine ait fait d'énormes progrès, le cancer reste un énorme défi de santé publique et un fardeau énorme pour les personnes touchées et leurs familles. «À toutes les personnes touchées, je souhaite infiniment de force et de courage. N’abandonnez pas! Nous nous battons à vos côtés et nous n'avons jamais été en meilleure position pour nous mobiliser contre le cancer », a encore ajouté Paulette Lenert.

Connaître les forces et les faiblesses pour mieux planifier

La lutte contre le cancer au Luxembourg a connu des succès majeurs au cours des dernières années, particulièrement en lien avec les projets entrepris dans le cadre du premier Plan national cancer Luxembourg 2014-2018. La création de nouvelles infrastructures organisationnelles, telles que le Centre national de génétique humaine au sein du Laboratoire national de Santé (LNS) et l’Institut national du cancer (INC), ainsi que le développement de référentiels et de parcours patients nationaux pour les cancers à haute prévalence sont autant d’exemples significatifs de ces succès,  que la mise en œuvre d’un programme national de détection précocedu cancer colorectal ou encore et la mise en place de Réunions de concertation pluridisciplinaire (RCP) nationales et la formalisation des RCP hospitalières.

Afin de remporter d’autres succès dans la lutte contre le cancer et d’avancer de manière ciblée, il importe de faire un inventaire des points forts et des déficiences de notre système de santé dans la prise en charge des cancers. Quels sont les objectifs atteints? Dans quel domaine et comment pouvons-nous nous améliorer afin de nous affirmer notamment au niveau international?

Et c’est précisément dans cet esprit que l’INC a élaboré le «Rapport national du cancer au Grand-Duché de Luxembourg» (rapport cancer 2020).

En collaboration étroite avec le groupe de travail interinstitutionnel, le rapport cancer est le premier rapport d’une telle ampleur dans le domaine de la cancérologie. Véritable vue panoramique du paysage de la cancérologie au Luxembourg, le rapport est d’une grande importance dans le cadre de la politique de santé publique, ainsi que pour tous les  organismes nationaux œuvrant dans ce domaine. «En effet, en offrant non seulement une vue rétrospective relative aux activités qui ont déjà été mises en œuvre, mais également un état des lieux des initiatives actuellement en place, il fournit des données riches et intéressantes permettant de développer la stratégie de la lutte contre le cancer dans le futur », a expliqué la ministre.  «Ce rapport sera également d’une grande utilité pour nos partenaires européens et internationaux».

Vue panoramique du paysage de la cancérologie au Luxembourg - pour le grand public et les experts

Le rapport cancer 2020 est censé dépeindre la situation à l’issue du 1e Plan national cancer 2014/2018.

Il s’inscrit dans une démarche pan-européenne. En effet la Commission européenne a placé le cancer parmi les 5 missions prioritaires de la recherche. «Ce rapport s’articule autour de tous les axes essentiels du domaine de la cancérologie, la santé publique, l’épidémiologie, les registres du cancer, la prévention primaire et secondaire, l’organisation des soins, la qualité des soins, la recherche et la relation avec les patients », a commenté le Dr Guy Berchem, président de l’INC.

«Le rapport cancer 2020 constitue une base ou point de départ du 2e Plan national cancer 2020/2024 qui vient de commencer», précise le Dr Berchem. «Il s’adresse au public de manière générale ainsi qu’aux experts dans les différents domaines. Son but est d’informer le lecteur sur divers aspects liés à la cancérologie et aux soins en cancérologie au Luxembourg».

L’accent maintenu sur la prévention primaire et secondaire, même en temps de COVID-19

Dans la lutte contre le cancer, nous devons néanmoins continuer à concentrer nos efforts sur la prévention et le dépistage.

Prévention, parce qu'un mode de vie sain peut prévenir 40% des maladies. Cela inclut une alimentation saine, une activité physique régulière et la réduction des facteurs de risque connus. Et en ce qui concerne le dépistage, plus la maladie est diagnostiquée tôt, plus les chances de guérison sont grandes. Reconnu précocement, par exemple, un cancer du sein ou de l'intestin a de très bonnes chances de guérison.

Le cancer ne s'arrête pas à cause du coronavirus. Par peur de contracter le virus ou de prendre la place d'un autre patient «plus malade», de nombreux patients reportent leur rendez-vous pour un dépistage ou interrompent leur traitement contre le cancer. «Faites vos examens radiologiques! Une anomalie ou suspicion de cancer, c’est une urgence. Ne pas le faire ou le reporter c’est une perte de chances», insiste la ministre.«Et n’ayez pas peur de vous rendre à l’hôpital. Dans les hôpitaux toutes les mesures sanitaires sont pleinement respectées».

Tous les documents téléchargeables à partir de la page:

https://sante.public.lu/fr/actualites/2021/02/presentation-rapport-national-du-cancer/index.html